El Himma derrière la diplomatie agressive du Maroc (média)

Selon Africa Intelligence, la stratégie de la tension diplomatique prônée par le roi du Maroc est l’oeuvre de son conseiller et ami d’enfance, Fouad Ali El Himma.

Dans un articlé diffusé le 07 juin 2021 sous le titre de « Du Sahara occidental à la radiodiffusion, le conseiller royal El Himma est seul aux commandes au Palais« , le média français indique que le ministre des affaires étrangères Nasser Bourita ne fait que mettre en oeuvre cette stratégie. « Mais l’initiative de cette nouvelle doctrine vient du Palais Royal, et plus précisément du conseiller politique du roi, Fouad Ali El Himma, avec l’appui des « sécurocrates » du roi ».

Africa Intelligence révèle que « il y a maintenant quatre capitales européennes sans représentant officiel du Maroc ». Karima Benyaich, ambassadrice en Espagne a été rappelée « pour protester contre l’hospitalisation du leader du Front POLISARIO, Brahim Ghali, à Logroño, un mois plus tôt ». L’ambassade du Maroc à Berlin se trouve décapitée depuis que le 6 mai, Zohour Alaoui a été rappelée à Rabat. « Le Palais a également retardé le remplacement de son ambassadeur à Paris, Chakib Benmoussa, et de son ambassadeur auprès de l’UE et de la Belgique, Ahmed Rahhou, qui ont tous deux été affectés à de nouvelles fonctions à Rabat ».

« Ces absences ne sont pas un simple concours de circonstances. Elles font plutôt partie d’une stratégie visant à faire pression sur les principaux États de l’UE, qui, selon Rabat, sont coupables de duplicité en refusant de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, tout en profitant de sa coopération sur les questions de sécurité et en le laissant jouer les gardes-frontières contre les migrants non autorisés. Pour s’assurer que son message est bien compris, le Maroc a laissé entrer des milliers de candidats à l’immigration dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla – une tactique utilisée par Mouammar Kadhafi lorsqu’il était au pouvoir et, plus récemment, par le président turc Recep Tayyip Erdogan », signale Africa Intelligence.

« Rabat estime disposer d’une « fenêtre d’opportunité » historique mais éphémère sur le Sahara occidental, ouverte par la reconnaissance par l’administration Trump de la souveraineté marocaine sur le territoire en décembre et maintenue ouverte depuis par les difficultés internes de l’Algérie voisine, principal soutien du Front POLISARIO. L’empressement du Maroc est également lié aux élections législatives qui doivent avoir lieu dans le royaume en septembre », ajoute-t-il.

D’après la même source, dans une conversation téléphonique avec Anthony Blinken, Nasser Bourita a fait savoir que « le Maroc n’accepterait jamais de nouvelles négociations avec le Front POLISARIO comme celles qui ont eu lieu à Manhasset de 2007 à 2012 et à Genève en 2018. Le Maroc demande même que le nouveau PSEG soit mandaté pour trouver une solution à la situation sur la base du propre plan d’autonomie du Maroc pour la région. Cette solution est soutenue depuis longtemps par Paris et Madrid et, moins ouvertement, par Washington. Les efforts du Maroc pour en faire le nouveau cadre d’une stratégie de sortie de crise n’ont cependant pratiquement aucune chance d’être approuvés par l’ONU ».

Etiquettes : Maroc, Espagne, Sahara Occidental, Front Polisario, Union Européenne, UE, ONU, Fouad Ali El Himma, Mohammed VI,