Palestine : Ghaza sous les feux de Tel Aviv

JERUSALEM (AP) – L’aviation israélienne a effectué une série de frappes aériennes sur des sites de militants dans la bande de Ghaza tôt mercredi, les premiers raids de ce type depuis qu’un cessez-le-feu fragile a mis fin à la guerre avec le Hamas le mois dernier.

Les frappes aériennes ont visé des installations utilisées par les militants du Hamas pour se réunir et planifier des attaques, a déclaré l’armée israélienne, qui tient le groupe responsable de tout acte de violence émanant de Ghaza. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.

Mardi, des centaines d’ultranationalistes israéliens, dont certains scandaient « Mort aux Arabes », ont défilé dans l’est de Jérusalem dans une démonstration de force qui menaçait de déclencher de nouvelles violences. Les Palestiniens de Ghaza ont répondu en lançant des ballons incendiaires qui ont provoqué au moins 10 incendies dans le sud d’Israël.

La marche a constitué un test pour le nouveau gouvernement israélien, fragile, ainsi que pour la trêve fragile qui a mis fin à la guerre de 11 jours entre Israël et le Hamas le mois dernier.

Les Palestiniens considèrent cette marche, destinée à célébrer la prise de Jérusalem-Est par Israël en 1967, comme une provocation. Le Hamas a appelé les Palestiniens à « résister » à la parade, dont une version a contribué à déclencher la guerre de 11 jours à Ghaza le mois dernier.

Avec de la musique à fond, des centaines de nationalistes juifs se sont rassemblés et se sont déplacés devant la Porte de Damas. La plupart semblaient être de jeunes hommes, et beaucoup tenaient des drapeaux israéliens bleus et blancs tandis qu’ils dansaient et chantaient des chants religieux.

À un moment donné, plusieurs dizaines de jeunes, sautant et agitant leurs mains en l’air, ont scandé : « Mort aux Arabes ! » Dans un autre chant anti-arabe, ils ont crié : « Que votre village brûle. »

Dans une condamnation cinglante sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a déclaré que ceux qui criaient des slogans racistes étaient « une honte pour le peuple israélien », ajoutant : « Le fait qu’il existe des radicaux pour qui le drapeau israélien représente la haine et le racisme est abominable et impardonnable. »

La foule, bien que turbulente, semblait être beaucoup moins nombreuse que lors du défilé du mois dernier. De la porte de Damas, ils ont fait le tour de la vieille ville jusqu’au Mur occidental, le lieu le plus sacré où les Juifs peuvent prier.

Avant le défilé, la police israélienne a nettoyé la zone située devant la porte de Damas, fermé les routes à la circulation, ordonné la fermeture des magasins et renvoyé les jeunes manifestants palestiniens. La police a déclaré que des agents ont arrêté 17 personnes soupçonnées d’être impliquées dans les violences, dont certaines ont jeté des pierres et attaqué la police, et que deux policiers ont dû recevoir un traitement médical. Les Palestiniens ont déclaré que cinq personnes avaient été blessées lors d’affrontements avec la police.

Le défilé a constitué un premier défi pour le nouveau Premier ministre israélien, Naftali Bennett, un nationaliste israélien pur et dur qui a promis une approche pragmatique alors qu’il préside un gouvernement de coalition délicat et diversifié.

Bien que l’on ait craint que la marche ne fasse monter la tension, son annulation aurait exposé Bennett et d’autres membres de droite de la coalition à des critiques intenses de la part de ceux qui y verraient une capitulation devant le Hamas. La coalition a prêté serment dimanche et comprend des partis de tout l’éventail politique, y compris un petit parti arabe.

Mansour Abbas, dont le parti Raam est la première faction arabe à rejoindre une coalition israélienne, a déclaré que la marche était « une tentative de mettre le feu à la région à des fins politiques », avec l’intention de saper le nouveau gouvernement.

M. Abbas a déclaré que la police et le ministre de la sécurité publique auraient dû annuler l’événement. « J’appelle toutes les parties à ne pas se laisser entraîner dans une escalade et à faire preuve d’un maximum de retenue », a-t-il déclaré.

Les années précédentes, la marche passait par la porte de Damas et entrait au cœur du quartier musulman, un quartier palestinien surpeuplé aux rues et ruelles étroites. Mais la police a modifié l’itinéraire mardi pour éviter le quartier musulman.

Au lieu de cela, l’itinéraire contourne les anciens murs de la vieille ville et passe par la porte de Jaffa, une artère principale pour les touristes, en direction du quartier juif et du Mur occidental, le site le plus sacré où les Juifs peuvent prier.

La porte de Damas est un point central de la vie palestinienne à Jérusalem-Est. En avril et en mai, des manifestants palestiniens ont affronté à plusieurs reprises la police israélienne en raison des restrictions imposées aux rassemblements publics pendant le mois sacré musulman du ramadan.

Ces affrontements se sont étendus à l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, un site sacré pour les juifs et les musulmans. À l’époque, les tensions ont été alimentées par des protestations contre la menace d’expulsion de dizaines de familles palestiniennes par des colons juifs, également à Jérusalem.

Au plus fort des tensions, le 10 mai, les ultranationalistes israéliens ont organisé leur défilé annuel de drapeaux. Bien qu’il ait été détourné de la porte de Damas à la dernière minute, il a été perçu par les Palestiniens comme une célébration malvenue du contrôle israélien sur ce qu’ils considèrent comme leur capitale.

Au nom de la défense de la ville sainte, le Hamas a tiré des roquettes à longue portée sur Jérusalem, perturbant la marche et déclenchant la guerre de Ghaza, qui a coûté la vie à plus de 250 Palestiniens et tué 13 personnes en Israël.

Après avoir pris Jérusalem-Est en 1967, Israël l’a annexée, ce qui n’est pas reconnu par la majorité de la communauté internationale. Il considère la ville entière comme sa capitale, tandis que les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale de leur futur État. Les revendications concurrentes sur Jérusalem-Est, qui abrite des lieux saints juifs, chrétiens et musulmans, sont au cœur du conflit et ont déclenché de nombreux épisodes de violence.

Le Hamas avait appelé les Palestiniens à faire preuve d’une « résistance courageuse » à la marche. Il a exhorté les gens à se rassembler dans la vieille ville et à la mosquée Al-Aqsa pour « se lever face à l’occupant et lui résister par tous les moyens pour mettre fin à ses crimes et à son arrogance ».

Dans l’après-midi, des Palestiniens liés au Hamas ont lancé quelques ballons incendiaires depuis Ghaza, déclenchant au moins 10 incendies dans le sud d’Israël, selon le service national des pompiers israélien.

Abu Malek, l’un des jeunes hommes ayant lancé les ballons, a qualifié ce geste de « réponse initiale » à la marche.

Le Premier ministre Mohammad Shtayyeh, de l’Autorité palestinienne de Cisjordanie, soutenue par la communauté internationale, a qualifié la marche d' »agression contre notre peuple ». En Jordanie voisine, le ministère des Affaires étrangères a publié une déclaration condamnant la marche comme « inacceptable », affirmant qu’elle sapait les efforts visant à réduire les frictions entre Israël et les Palestiniens.

Les médias israéliens ont indiqué que l’armée était en état d’alerte maximale en Cisjordanie occupée et le long de la frontière de Ghaza. Des batteries du système israélien de défense contre les roquettes Iron Dome ont été vues déployées près de la ville de Netivot, dans le sud du pays, près de la frontière de Ghaza, par mesure de précaution.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a rencontré le chef d’état-major militaire, le commissaire de police et d’autres hauts responsables de la sécurité. Il a « souligné la nécessité d’éviter les frictions et de protéger la sécurité personnelle de … Juifs et Arabes », a déclaré son bureau.

Associated Press, 16 juin 2021

Etiquettes : Israël, Ghaza, Palestine, Cisjordanie, agression, attaque, bombardement,