Les Maliens victimes du colonialisme passé et présent (OWP)

Une approche plus large du coup d’Etat malien et de l’insurrection militante

Fin mai, le colonel Assimi Goita, 38 ans, a organisé un coup d’État militaire au Mali pour la deuxième fois en neuf mois. Le président Bah Ndaw et le premier ministre Moctar Ouane ont été arrêtés par des soldats après que Goita n’ait pas été consulté sur un remaniement ministériel. Suite à la pression internationale, Goita a affirmé que des élections démocratiques auraient lieu comme prévu l’année prochaine. Il a également nommé un civil comme Premier ministre, à côté de lui-même comme Président. Les États-Unis ont formé Goita dans le cadre de leur programme de formation.

Les coups d’État sont manifestement relativement fréquents au Mali. Six ont eu lieu depuis l’indépendance en 1960. En août dernier, Ibrahim Boubacar Keita a été chassé de la présidence par Goita à la suite de manifestations massives contre la corruption et la persistance de l’insurrection. Ces coups d’État ont été condamnés par la communauté internationale, notamment par le Conseil de sécurité des Nations unies, l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. En 2012, des tribus nomades touaregs s’étaient emparées de Gao, Tombouctou et Kidal dans le nord, ce qui a conduit Amadou Sanogo à lancer un coup d’État. Le pouvoir a été rétabli entre les mains de civils à la suite de négociations. L’incapacité d’un gouvernement civil à contrôler l’insurrection militante, les problèmes économiques et la corruption a ouvert la voie à des prises de pouvoir militaires. Les civils ont souffert des combats, et près d’un million de personnes ont fui leur foyer depuis 2013. En 2020, plus de 2 800 personnes ont été tuées dans le conflit malien.

Le gouvernement a eu du mal à répondre au conflit impliquant des affiliés d’Al-Qaïda et d’ISIS dans le nord et le centre du Mali tout en faisant partie d’un conflit plus large dans le Sahel de l’Afrique de l’Ouest. Ces militants se sont livrés à des exécutions sommaires de civils non armés accusés d’avoir contacté le gouvernement malien. Depuis le début de l’année 2021, les attaques djihadistes contre des civils au Burkina Faso, au Mali et au Niger ont considérablement augmenté. Début juin, 100 civils ont été massacrés lors d’une attaque nocturne au Burkina Faso. La sécurité de base fait clairement défaut. Les États-Unis ont également 1 500 soldats au Sahel et une base de drones au Niger voisin. La force G5 Sahel, forte de cinq mille hommes, opère également dans la région depuis 2017. La France compte environ 5 100 soldats qui combattent les militants à travers le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad. Pape Samba Kane, un journaliste sénégalais, suggère que l’implication de la France est significativement attribuable à l’accès aux mines d’or et d’uranium. Il pense également que la France a joué un rôle dans l’accord de paix de 2014 entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et le gouvernement malien. Cet accord a essentiellement donné à la France plus de contrôle sur la région dévolue de Kidal, avec une motivation en matière de ressources tout à fait différente de celle d’assurer la paix. Kidal possède d’importantes réserves d’or et Tombouctou est également riche en ressources. En effet, l’implication française dans la région ne peut être totalement dissociée de son colonialisme ouest-africain. Les frontières arbitraires et rectilignes du Mali sont un autre reflet tangible du rôle du colonialisme dans le présent. Les Maliens sont donc confrontés aux ramifications du colonialisme passé et présent.

En plus des conflits conventionnels, le Mali est simultanément confronté au COVID-19. Le nombre de cas de COVID-19 au Mali est faible avec 14 300 cas confirmés à ce jour. Cependant, cela dépend de l’étendue des tests. Par ailleurs, seulement 0,2% de la population malienne est entièrement vaccinée et elle s’appuie sur le programme COVAX. L’hésitation à se faire vacciner est également un problème au Mali. Un rapport des Nations unies a révélé que le conflit, le COVID-19 et la détérioration des conditions économiques entraînent une augmentation du trafic d’enfants au Mali. Par conséquent, les problèmes auxquels le Mali est confronté sont variés, fondamentaux et mettent à rude épreuve la capacité de l’État à fournir des solutions de gouvernance de base. En effet, comme l’indique le rapport, les autorités étatiques ont elles-mêmes été impliquées dans le trafic d’enfants.

En raison de l’insuffisance des opportunités économiques, beaucoup se tournent vers le trafic de migrants et de drogues pour gagner leur vie. Il reste à voir comment le coup d’État militaire pourrait résoudre ces problèmes socio-économiques, qui existent au-delà du domaine des armes et des armées. Le Mali est en proie à des problèmes importants et à un large éventail d’acteurs qui cherchent à accroître leur pouvoir. Au milieu de tout cela, on ne peut pas perdre espoir dans la négociation, le compromis et la paix.

Les Maliens interagissent également avec les forces internationales de maintien de la paix. La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) opère depuis 2013 à la suite de l’échec de la rébellion touareg dans le nord du Mali. Avec une force totale de 18 318 personnes, la MINUSMA est aujourd’hui la deuxième plus grande mission de maintien de la paix des Nations unies. Elle a également le taux de mortalité le plus élevé, actuellement de 245 morts. La mission a fait l’objet d’allégations d’agressions sexuelles et de fraude au carburant. Les enquêteurs de la MINUSMA ont également découvert que la France a bombardé et tué 19 civils lors d’une cérémonie de mariage en janvier, en alléguant la présence de terroristes islamistes.

L’Union européenne a temporairement suspendu les missions de formation des forces de sécurité militaires et civiles du Mali à la suite du coup d’État. Environ 18 000 soldats maliens ont reçu une telle formation depuis 2013. Cela s’est fait dans le cadre de la mission de formation de l’UE, qui compte actuellement environ 1 100 soldats de toute l’UE. Il convient de noter l’éventail diversifié des 25 États membres de l’UE qui contribuent au nombre de troupes. Il semblerait que l’UE ait renforcé la capacité de sécurité des forces maliennes pour défendre indirectement le flanc sud de l’UE. Si le Mali devient un État en faillite, il pourrait devenir un tremplin pour le terrorisme et, en fin de compte, pousser davantage de migrants vers l’UE. Le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye pourraient connaître un nouvel afflux de civils fuyant des attaques terroristes aveugles et des échecs systémiques de gouvernance. Les migrations en provenance d’Afrique du Nord et d’Afrique centrale sont fermement contrôlées par l’UE, comme en témoigne l’expulsion rapide des migrants de l’enclave espagnole de Ceuta.

En plus des conflits conventionnels, le Mali est simultanément confronté au COVID-19. Le nombre de cas de COVID-19 au Mali est faible avec 14 300 cas confirmés à ce jour. Cependant, cela dépend de l’étendue des tests. Par ailleurs, seulement 0,2% de la population malienne est entièrement vaccinée et elle s’appuie sur le programme COVAX. L’hésitation à se faire vacciner est également un problème au Mali. Un rapport des Nations unies a révélé que le conflit, le COVID-19 et la détérioration des conditions économiques entraînent une augmentation du trafic d’enfants au Mali. Par conséquent, les problèmes auxquels le Mali est confronté sont variés, fondamentaux et mettent à rude épreuve la capacité de l’État à fournir des solutions de gouvernance de base. En effet, comme l’indique le rapport, les autorités étatiques ont elles-mêmes été impliquées dans le trafic d’enfants.

En raison de l’insuffisance des opportunités économiques, beaucoup se tournent vers le trafic de migrants et de drogues pour gagner leur vie. Il reste à voir comment le coup d’État militaire pourrait résoudre ces problèmes socio-économiques, qui existent au-delà du domaine des armes et des armées. Le Mali est en proie à des problèmes importants et à un large éventail d’acteurs qui cherchent à accroître leur pouvoir. Au milieu de tout cela, on ne peut pas perdre espoir dans la négociation, le compromis et la paix.

The Organization of World Peace, 15 juin 2021

Etiquettes : Sahel, Mali, France, Barkhane, gisements d’or, uranium, colonisation, spoliation, corruption, gabégie,