Afrique du Sud : « Ruée vers le diamant »

Une « ruée vers le diamant » s’empare d’un village sud-africain après la découverte de pierres non identifiées

KWAHLATHI, Afrique du Sud, 14 juin (Reuters) – Plus de 1 000 chercheurs de fortune ont afflué lundi dans le village de KwaHlathi, dans la province sud-africaine du KwaZulu-Natal, à la recherche de ce qu’ils pensaient être des diamants après la découverte de pierres non identifiées dans la région.

Les gens ont voyagé de toute l’Afrique du Sud pour rejoindre les villageois qui creusent depuis samedi, après qu’un homme de troupeau qui a déterré la première pierre sur un champ ouvert, que certains croient être des cristaux de quartz, ait annoncé le mot.

La découverte a changé la vie, a déclaré Mendo Sabelo un creuseur Mendo Sabelo alors qu’il tenait une poignée de minuscules pierres.

« Cela signifie que nos vies vont changer parce que personne n’avait un vrai travail, je fais des petits boulots. Quand je suis rentré à la maison avec eux, (la famille était) vraiment ravie », a déclaré le père de deux enfants de 27 ans.

Le chômeur Skhumbuzo Mbhele a souscrit à cet avis, ajoutant: « Je n’avais ni vu ni touché un diamant de ma vie. C’est la première fois que je le touche ici. »

Le département des mines a annoncé lundi qu’il envoyait une équipe composée d’experts géologiques et miniers sur le site pour collecter des échantillons et effectuer une analyse.

Un rapport technique officiel sera publié en temps voulu, a indiqué le département.

L’absence d’analyse des pierres n’a pas découragé les chercheurs de fortune car de longues files de voitures garées des deux côtés de la route de gravier pouvaient être vues à quelques mètres seulement du champ ouvert, où les jeunes, les vieux, les femmes et les hommes ont creusé à travers le sol avec des pioches, des pelles et des fourches pour trouver des richesses.

L’économie sud-africaine souffre depuis longtemps de taux de chômage extrêmement élevés, piégeant des millions de personnes dans la pauvreté et contribuant aux inégalités criantes qui persistent près de trois décennies après la fin de l’apartheid en 1994. La pandémie de coronavirus a aggravé la situation.

Certaines personnes ont commencé à vendre les pierres, avec un prix de départ allant de 100 rands (7,29 $) à 300 rands.

Le gouvernement provincial a depuis demandé à toutes les personnes impliquées de quitter le site pour permettre aux autorités de procéder à une inspection appropriée, craignant que les personnes qui creusent sur le site ne propagent potentiellement le coronavirus.

Reuters, 15 juin 2021

Etiquettes : Afrique du Sud, « Ruée vers le diamant », KwaHlathi, KwaZulu-Natal, pierres non identifiées,