Qui est qui dans le nouveau gouvernemen de Bennett ?

Le nouveau gouvernement israélien est un méli-mélo de partis politiques qui n’avaient pas grand-chose en commun, si ce n’est le désir de déloger le Premier ministre de droite chevronné Benjamin Netanyahu.

La coalition, qui a prêté serment dimanche, va de l’extrême gauche à l’extrême droite et comprend pour la première fois une petite faction islamiste représentant la minorité arabe d’Israël.

On s’attend à ce qu’elle se concentre principalement sur les questions économiques et sociales plutôt que de risquer d’exposer les divisions internes en essayant d’aborder des questions diplomatiques majeures telles que le conflit israélo-palestinien. en savoir plus

Voici les personnes qui dirigent le nouveau gouvernement :

NAFTALI BENNETT – PREMIER MINISTRE

Bennett dirige le parti ultranationaliste Yamina (vers la droite) qui défend l’implantation juive en Cisjordanie occupée par Israël. Il a fait fortune dans la haute technologie israélienne avant d’entrer en politique en 2013. Bennett, 49 ans, a servi dans les précédents gouvernements dirigés par Netanyahu, plus récemment en tant que ministre de la défense.

Aujourd’hui, il affirme s’être associé à des opposants pour sauver le pays de la tourmente politique qui aurait pu conduire à une cinquième élection en un peu plus de deux ans. Son projet d’annexer une grande partie de la Cisjordanie semble irréalisable, compte tenu de ses nouveaux partenaires. Il s’oppose à la création d’un État palestinien indépendant.

Selon l’accord de coalition, Bennett sera Premier ministre pendant deux ans, après quoi il sera remplacé par Yair Lapid. Il est le premier dirigeant israélien à porter une kippa, une calotte portée par les juifs orthodoxes.

YAIR LAPID – MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

Lapid dirige le parti centriste Yesh Atid (Il y a un avenir) et a été l’architecte du nouveau gouvernement. Son parti est le plus important de la coalition mais il a accepté de partager le pouvoir avec Bennett pour s’assurer une majorité parlementaire.

Lapid, 57 ans, dont le défunt père était ministre de la justice dans une précédente coalition gouvernementale, a quitté son emploi de présentateur de télévision en 2012 et a formé son propre parti, en promettant d’alléger les pressions financières sur la classe moyenne.

Il cherche également à mettre fin à de nombreux privilèges financés par l’État dont bénéficient les juifs ultra-orthodoxes, une source de griefs de longue date pour de nombreux Israéliens laïques.

M. Lapid a d’abord été ministre des finances avant de passer dans l’opposition, qu’il a dirigée jusqu’à dimanche. Il occupera le poste de ministre des affaires étrangères pendant deux ans, puis reprendra le poste de premier ministre jusqu’à la fin du gouvernement. S’il dure aussi longtemps.

BENNY GANTZ – MINISTRE DE LA DÉFENSE

Il y a deux ans à peine, Gantz, ancien chef d’état-major des forces armées à la tête du parti centriste Bleu et Blanc, était le meilleur espoir de l’opposition pour déloger Netanyahou.

Mais il a accepté de rejoindre Netanyahou dans un gouvernement d' »unité », une décision qui a suscité la colère de nombre de ses partisans. Gantz, 62 ans, fait partie de la nouvelle coalition et reste ministre de la défense.

AVIGDOR LIEBERMAN – MINISTRE DES FINANCES

Immigrant d’extrême droite originaire de Moldavie et vivant dans une colonie israélienne en Cisjordanie, Lieberman, 63 ans, a été un joker politique au cours de la dernière décennie. Il a rejoint les gouvernements de Netanyahou, notamment en tant que ministre de la défense, mais a également démissionné.

En tant que ministre des finances, il devra maîtriser un déficit budgétaire qui a explosé pendant la crise du coronavirus.

Il a également déclaré qu’il essaierait de modifier le statu quo entre le gouvernement et la puissante minorité ultra-orthodoxe d’Israël, qui était un pilier du gouvernement sortant de M. Netanyahou.

La communauté ultra-orthodoxe a un faible taux de participation au marché du travail et dépend largement des aides gouvernementales tout en se concentrant sur les études religieuses. M. Lieberman a déclaré qu’il s’efforcerait de les intégrer davantage dans l’économie.

GIDEON SAAR – MINISTRE DE LA JUSTICE

Saar était le principal rival de Netanyahou au sein du Likoud, mais Netanyahou a fait de son mieux pour le tenir à l’écart des projecteurs et des portefeuilles les plus importants. Frustré, Saar a lancé une candidature à la direction du parti, qui a finalement échoué, puis a créé son propre parti.

En tant que chef du parti de la Nouvelle Espérance, Saar, 54 ans, sera ministre de la justice, où il supervisera le système juridique et deviendra membre du cabinet de sécurité.

MANSOUR ABBAS

La petite Liste arabe unie d’Abbas est le premier parti d’un gouvernement israélien à être issu de la minorité arabe d’Israël (21 %) – palestinienne par culture et héritage, mais israélienne par citoyenneté.

Il s’est séparé d’autres politiciens arabes qui préfèrent rester en dehors du gouvernement et a mis de côté ses divergences avec Bennett et d’autres partis de droite pour faire pencher la balance contre Netanyahu.

M. Abbas, 47 ans, devrait occuper le poste de ministre adjoint au sein du cabinet du Premier ministre. Il a pour objectif de négocier une forte augmentation des dépenses publiques dans les villes et villages arabes.

Mais sa présence est un facteur potentiellement déstabilisant. Il a été critiqué par les Palestiniens pour avoir accepté de soutenir un gouvernement israélien alors qu’Israël continue d’occuper les territoires qu’il a capturés lors de la guerre de 1967 et pour lesquels les Palestiniens réclament un État. Face à ces tensions, M. Abbas a déclaré vendredi au quotidien italien La Repubblica : « Il y aura des décisions difficiles à prendre, notamment en matière de sécurité. Nous devons jongler avec notre identité d’Arabes palestiniens et de citoyens de l’État d’Israël, entre les aspects civils et nationalistes. »

Reuters, 14 juin 2021

Etiquettes : Israël, nouveau gouvernement, coalition, Naftali Bennett, Yair Lapid, Benny Gantz, Avigdor Lieberman, Gideon Saar, Mansour Abbas,