L’héritage atomique de la France en Algérie

La France n’a pas encore suffisamment pris en compte les retombées de ses essais nucléaires bâclés dans une ancienne colonie.

Youcef O. Bounab

Au début du mois de février 2021, des vents violents ont balayé les sables sahariens du sud de l’Algérie vers la mer Méditerranée. Peu de temps après, la tempête de sable a atteint certaines parties de l’Europe, où elle a imposé un étrange ciel orange.

Ce qui s’est avéré encore moins normal à propos de la tempête de sable, comme l’ont montré les médias, c’est qu’elle portait des niveaux de radiation inhabituellement élevés. Les vents avaient transporté des sables contaminés du désert algérien – où la France avait effectué des essais nucléaires pendant et après la colonisation – et ont exacerbé un débat en cours sur le traumatisme colonial et les relations actuelles de l’Algérie avec la France.

Les médias algériens et français ont couvert la tempête de sable à la lumière du fossé diplomatique actuel entre la France et son ancienne colonie. Après l’invasion d’Alger en 1830, la France a régné sur l’Algérie pendant plus d’un siècle, et la plupart des archives qui couvrent cette époque restent sous l’emprise de l’Élysée (la résidence officielle du président français). L’Algérie exige toujours des réparations et, entre autres, l’accès aux archives de guerre (qui comprennent, entre autres, le nombre réel d’essais nucléaires et les coordonnées de leurs emplacements). La France avance dans cette direction, mais lentement et en faisant quelques volte-face.

Lors d’une visite à Alger au cours de sa campagne présidentielle en 2017, Emmanuel Macron a été audacieux, en particulier pour un candidat à la présidence, pour avoir fait la déclaration historique mais évidente que le colonialisme français était « un crime contre l’humanité. » Macron a qualifié ce voyage de « visite d’amitié et de travail », et il a également fait toute la lumière sur la torture et le meurtre par l’armée française de militants et de combattants indépendantistes pendant la guerre d’Algérie, comme Maurice Audin. Le futur président a promis une nouvelle aube dans les relations de la France avec l’Algérie.

En mars dernier, Macron a semblé tenir cette promesse, du moins en partie, lorsqu’il a annoncé une nouvelle déclassification des archives de guerre, qui figurait depuis des décennies parmi les principales demandes de l’Algérie. Cependant, l’Élysée n’a pas déclassifié les dossiers relatifs aux essais nucléaires français dans le désert algérien. Cette décision est intervenue peu après la publication d’un rapport polémique, que les critiques ont considéré comme un effort unilatéral se complaisant dans la logique coloniale. M. Macron lui-même avait demandé ce rapport dans l’espoir de faire une percée dans la diplomatie franco-algérienne en reconnaissant certaines des atrocités commises par la France. On a demandé à Benjamin Stora, l’auteur français du rapport, pourquoi son rapport ne portait que sur la période entre 1954 et 1962 et non sur toute la période du colonialisme français en Algérie, de 1830 à 1962. Sa réponse a été honnête : « Ce livre ne traite pas de la colonisation ». Si le rapport présente une liste de propositions, comme la création d’une  » Commission Mémoire et Vérité  » et la transformation des camps d’internement en lieux de mémoire, ainsi qu’une trentaine d’autres mesures, il s’oppose explicitement à une apologie officielle de la colonisation.

Le 13 février 1960, à 7 h 04, la France fait exploser sa première bombe atomique, appelée Gerboise bleue, à Reggane, dans le sud de l’Algérie. La bombe a libéré plus de quatre fois l’énergie de la bombe d’Hiroshima. Une deuxième bombe, Gerboise Blanche, est déclenchée quelques mois plus tard, le 1er avril ; ce même jour, Nikita Khrouchtchev, alors dirigeant de l’Union soviétique, est en visite officielle en France.

Face à l’Union soviétique, aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne qui, depuis plus de dix ans, ont fait la démonstration de leurs capacités nucléaires, le message du président français Charles de Gaulle est clair : la France est enfin prête à rejoindre le peloton de tête des puissances militaires.

En 1945, quelques semaines à peine après les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, de Gaulle, alors encore général dans l’armée française, crée le Commissariat à l’énergie atomique, qu’il garde secret vis-à-vis du Parlement français jusqu’en 1958, date à laquelle il est élu président de la Cinquième République française. Dès son entrée en fonction, de Gaulle a fait de la poursuite des aspirations nucléaires de la France une priorité absolue, et le Commissariat a livré la première bombe atomique du pays 15 ans après sa création. Même dans l’ombre d’un holocauste nucléaire et au milieu de la guerre d’Algérie (1954-1962), la France reste déterminée à devenir la prochaine puissance nucléaire du monde. C’est une surprise pour les Soviétiques, les Américains et les Britanniques, qui ont tous testé des bombes auparavant.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de Gaulle estime que son pays est à la traîne par rapport aux autres puissances mondiales en termes d’énergie et de capacité militaire. Il accélère la création du Centre saharien d’expérimentations militaires (CSEM), où une colonie émerge autour du centre d’expérimentation de Reggane. Plus de 40 000 personnes vivraient dans la zone proche du centre lorsque les militaires et les civils français sont arrivés en grand nombre.

À ce jour, la France n’a pas révélé le véritable bilan de la contamination.

Selon la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, plus de 24 000 personnes qui se trouvaient à proximité de la première explosion ont été exposées à ses radiations. À ce jour, la France n’a pas révélé le bilan réel de la contamination, ni les coordonnées de tous les sites d’essais et des déchets nucléaires, qu’elle a dispersés dans différentes zones ou simplement enfouis à quelques mètres sous terre. (Ce n’est qu’en 2007, par exemple, que la France a fourni à l’Algérie des cartes des champs de mines qu’elle avait plantés à travers le pays pendant la guerre, alors même qu’un certain nombre de civils algériens, dont des enfants, étaient morts ou gravement blessés dans l’explosion de mines).

Les essais nucléaires – dont le nombre reste également à confirmer – ont été menés avec une telle négligence que les opérateurs ont été surnommés « les apprentis sorciers ». Beaucoup d’entre eux n’étaient pas formés et, au moment de la détonation, ne portaient même pas d’équipement de protection. En France, les familles continuent de saisir la justice pour demander des comptes aux maris et aux pères qui ont été victimes de la quête effrénée de la France en matière d’énergie nucléaire. Nombre d’entre eux ont même été privés de leur dossier médical, qui contenait des détails sur leur contamination et que la France jugeait trop accablant pour être rendu public.

Les autres essais, à Ekker et ailleurs dans le sud de l’Algérie, n’ont pas été meilleurs et ont fait payer un tribut tout aussi lourd aux opérateurs, sans parler des habitants, qui étaient pour la plupart des ouvriers et travaillaient dans les champs. Majoritairement arabophones et ne maîtrisant pas le français, ils n’ont probablement pas réalisé ce qui se passait sous leurs yeux.

Selon les témoignages du personnel des centres d’expérimentation, les militaires français de Reggane ont utilisé les habitants des environs de Ground Zero comme des cobayes en distribuant des dosimètres sous prétexte que ces outils permettaient de les décontaminer, tandis que d’autres étaient invités à faire la queue devant des « cuves de décontamination », qui servaient également à mesurer les niveaux d’exposition aux rayonnements des habitants.

Au fil des ans, des études ont montré que les populations vivant à proximité des sites d’essais continuaient de souffrir des effets secondaires de ces expériences, tels que des malformations congénitales et des maladies graves transmises de génération en génération, ainsi que de nombreux types de cancer. De plus, ces effets secondaires ne se limitaient pas aux personnes ; l’eau, dont les nomades dépendent fortement pour traverser le Sahara, ainsi que le bétail et la faune sauvage ont également été fortement affectés par les radiations.

Les effets radioactifs ne se sont pas non plus limités au désert algérien ou à l’Algérie dans son ensemble.

En 2014, le journal français Le Parisien a publié des documents révélant que des zones beaucoup plus vastes que ce que l’Élysée a toujours affirmé avaient été exposées aux effets radioactifs, tant dans le Sahara algérien que dans l’océan Pacifique, où la France a effectué un nombre encore plus important d’essais nucléaires. Par exemple, les radiations de la Gerboise bleue couvraient à elles seules une zone s’étendant de l’Algérie à la Libye et à la Mauritanie au nord, ainsi qu’au Mali et au Nigeria au sud. Même certaines parties de l’Espagne et de l’Italie ont enregistré des niveaux élevés de rayonnement environ deux semaines après le premier essai.

Officiellement, la France a effectué un total de 17 essais nucléaires en Algérie, dont le dernier a eu lieu le 16 février 1966, près de quatre ans après l’indépendance de l’Algérie, le 5 juillet 1962. Ces essais post-indépendance ont été secrètement autorisés par le traité des Accords d’Évian, signé en 1962 par le Gouvernement provisoire de la République algérienne, le Front de libération nationale et la France. Plus tard, cependant, des preuves ont été apportées que des essais nucléaires et biochimiques avaient eu lieu en Algérie jusqu’en 1978, en vertu d’un autre accord secret entre de Gaulle et le président algérien Houari Boumediene, arrivé au pouvoir en 1965.

En 1997, le magazine français Le Nouvel Observateur a choqué le public en publiant une enquête qui a démenti les affirmations officielles françaises (et algériennes) selon lesquelles les essais nucléaires avaient pris fin en 1966, comme convenu initialement. Le magazine a évalué que les quatre centres d’expérimentation (à Reggane, In Ekker, Colomb-Béchard et Hammaguir) n’ont été fermés qu’en 1978, l’année même où Boumediene est mort dans des circonstances vagues. Cela signifie que l’armée française a mené plus que les 17 expériences nucléaires rendues publiques dans le sud de l’Algérie.

L’enquête publiée par Le Nouvel Observateur mettait donc à nu deux mensonges gouvernementaux à la fois : que les accords d’Evian autorisaient de nouvelles expériences nucléaires secrètes (à condition que ces tests soient effectués dans des stations souterraines) et que Boumediene, qui était publiquement zélé dans son aversion pour la France, accordait à l’armée française, dans le plus grand secret, de grandes libertés dans le désert algérien.

Mais le magazine a omis deux autres points essentiels.

Dans les années 1960, la marine française contrôlait encore la base navale de Mers El-Kébir à Oran (ouest de l’Algérie), et Boumediene, qui était prudent quant à sa stature publique, notamment après avoir pris les rênes du pays en vertu d’un coup d’État militaire, était gêné par la présence française dans cette base. En fait, les accords d’Évian avaient également accordé secrètement à la France la pleine autorité sur Mers El-Kébir, l’une des plus importantes bases navales de la Méditerranée, jusqu’en 1977. En échange du départ de Mers El-Kébir avant cette date, l’armée française a reçu une prolongation de la période d’expérimentation dans le désert.

Le deuxième point, comme Rachid Benyelles, un général algérien à la retraite qui a présidé aux destinées de Mers El-Kébir pendant des années après son évacuation, l’a révélé plus tard dans ses mémoires (« Dans les arcanes du pouvoir »), est que ces expériences – y compris les expériences biochimiques et bactériologiques – n’ont pas été interrompues avant le milieu des années 1980, soit près d’une décennie après la mort de Boumediene. L’allégation selon laquelle elles auraient été interrompues en 1978 est simplement liée à la mort de Boumediene.

De tels récits ne font qu’ajouter aux fabrications multicouches que les deux gouvernements ont entretenues pendant des années. Et c’est cette même propension au flou et à la tromperie qui pèse encore aujourd’hui sur les relations entre les deux pays, ainsi que sur leurs relations avec le public. Malgré les vœux de Macron, la réticence de la France à réconcilier sa domination coloniale dans le pays d’Afrique du Nord perdure.

Alors que Macron a chargé Stora de retracer l’histoire de cette période, son homologue algérien, le président Tebboune, a nommé Abdelmadjid Chikhi. Les deux historiens devaient collaborer pour « réconcilier des mémoires divergentes » ; pourtant, même leur rencontre s’est soldée par une collision brutale. Alors que le rapport de Stora était considéré comme trop indulgent à l’égard du colonialisme, le travail de Chikhi s’est avéré inégal. « Comment pouvons-nous travailler sur notre histoire si la plupart d’entre elle est encore enfermée en France ? » a-t-il demandé en direct à la télévision.

Par rapport à ses prédécesseurs, c’est Macron et son gouvernement qui ont fait les plus grands pas vers la réconciliation jusqu’à présent : ils ont avoué la vérité sur la torture, appelé le colonialisme par son nom, rendu des objets historiques appartenant à l’Algérie et, plus récemment, émis un ordre de déclassification de certaines parties des archives secrètes. Pourtant, à chaque fois, la France refuse de fournir des réparations ou, encore moins, des excuses officielles. Il semble que la France préfère oublier complètement cette période.

Lors de la visite de Macron à Alger en 2017, il a été confronté à un spectateur algérien qui a pleuré au milieu de la foule : « La France doit assumer son passé colonial en Algérie. » Macron a répondu : « Mais vous n’avez jamais connu la colonisation. Pourquoi m’embêter avec ça ? » En Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, Macron a fait face à des questions similaires et a répondu juste en nature, objectant que ces personnes n’avaient pas vécu sous la colonisation. Loin de faire preuve de compassion, la réponse désinvolte de Macron en dit long sur l’incapacité de la France à prendre en compte son héritage colonial.

Newlines, 15 juin 2021

TAGS: Afrique, guerre d’Algérie, bombe atomique, colonisation, Emmanuel Macron, France, mer Méditerranée, essais nucléaires, océan Pacifique, Sahara,