Les États-Unis, l’Espagne et le Maroc (média espagnol)

L’équidistance de l’administration Biden affaiblit la position de M. Sánchez lorsqu’il s’agit de négocier l’avenir des bases.

Le très bref contact entre le président des États-Unis, Joe Biden, et le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, qui a duré moins d’une minute, a déçu les attentes suscitées par l’absence de contact entre les deux hommes – pas même un coup de téléphone – depuis l’investiture de l’occupant de la Maison Blanche. Cette déception a toutefois été partiellement compensée par l’annonce que le prochain sommet de l’OTAN, au cours duquel l’organisation doit approuver son nouveau concept stratégique, se tiendra en Espagne.

Malgré le caractère éphémère de la rencontre, M. Sánchez a expliqué qu’avec M. Biden, ils avaient parlé du renforcement de l’accord de défense bilatéral, qui inclut les bases américaines de Rota et Morón de la Frontera, de l’Amérique latine, en particulier des problèmes d’immigration, et du « programme progressiste » du président américain. Mais pas un mot sur l’une des crises les plus graves qui touchent l’Espagne, à savoir les relations avec le Maroc, un allié stratégique des États-Unis, comme l’est l’Espagne.

La brièveté de la réunion entre Biden et Sánchez est d’autant plus surprenante après la conversation téléphonique entre le secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, et la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, au cours de laquelle, outre les liens d’amitié et la relation transatlantique, la partie américaine a manifesté sa préoccupation concernant l’émigration, dont les États-Unis défendent qu’elle doit être canalisée  » par des canaux réguliers et de manière sûre, ordonnée et humaine « . Il est possible que le porte-parole américain ait fait référence à l’émigration en Amérique centrale, mais ce qui s’est passé à Ceuta correspond parfaitement à ce qui ne peut pas se produire.

Le silence des États-Unis sur le Maroc semble être un nouvel indicateur qu’ils n’ont pas l’intention de revenir sur la décision prise par Donald Trump quelques jours avant de quitter la Maison Blanche, lorsqu’il a soutenu la propriété marocaine du Sahara occidental en échange de la reconnaissance et de l’amélioration des relations entre le Maroc et Israël. Cette décision de Trump est contraire au droit international et aux décisions de l’ONU, qui continue de défendre la tenue d’un référendum d’autodétermination dans l’ancienne colonie espagnole. C’est l’Union européenne qui devra se prononcer, dans une position encore plus inconfortable en raison de la position américaine.

Au plus fort de la crise migratoire à Ceuta le 18 mai, lorsque le Maroc a encouragé 9 000 de ses citoyens, dont des centaines d’enfants, à sauter la frontière et à entrer dans la ville espagnole, M. Blinken a reconnu le rôle « clé » de Rabat dans la stabilité de la région. Washington ne s’est pas exprimé clairement en faveur de l’Espagne dans la crise, comme l’a fait l’UE, bien que la position américaine ait évolué par la suite. La diplomatie américaine a fait savoir que l’actuelle administration Biden a de « profondes divergences » avec les décisions de Trump, mais il ne semble pas que ces divergences aillent jusqu’à annuler la reconnaissance du Sahara occidental comme faisant partie du Maroc. Un autre signe de détente a été le refus des États-Unis d’organiser des manœuvres militaires conjointes avec le Maroc African Lion dans les eaux et le territoire sahariens, comme Rabat l’avait annoncé. Dans l’ensemble, Washington a maintenu une position équidistante dans le conflit entre deux partenaires et alliés : une équanimité qui affaiblit la position de Sánchez lorsqu’il s’agit de mettre sur la table des questions telles que le rôle des bases dans la nouvelle stratégie africaine de Washington.

El Periódico, 14 juin 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Etats-Unis, Sahara Occidental, OTAN, normalisation, Joe Biden, Ceuta,