Des raisons pour quitter le Maroc en débandade vers Ceuta

L’exode de 10 000 personnes vers la ville autonome en deux jours seulement soulève des questions sur le manque d’horizons dans le pays et l’autoritarisme du régime.

Francisco Peregil

Maintenant que le cri d’Aschraf – ce garçon de 16 ans qui flottait avec des bouteilles en plastique à Ceuta en implorant les soldats espagnols : « Essayez de nous comprendre, pour l’amour de Dieu ! » – semble s’être éteint, il convient de se demander ce qui a poussé tant de gens à se précipiter sur Ceuta comme planche de salut. L’histoire d’Aschraf fait partie des quelque 8 000 adultes et 2 000 mineurs non accompagnés qui sont entrés à Ceuta la semaine du 17 mai, sous le regard impassible de la police marocaine. Quelles raisons avaient chacune de ces personnes pour émigrer sans papiers, avec les vêtements qu’elles avaient sur le dos ?

Lorsque ce journal a posé la question à plusieurs sources, la plupart ont évité de répondre ou ont demandé l’anonymat. Fouad Abdelmumni, 63 ans, économiste spécialisé dans le microcrédit et membre de l’ONG Transparency Maroc, estime que la source du mécontentement de la population réside dans l’autoritarisme de la monarchie. Il y a très peu de personnes au Maroc qui expriment cette opinion avec des noms et des prénoms. Abdelmumni est l’un d’entre eux.

L’activiste n’évite pas non plus les raisons économiques. Il affirme que sur les 27 millions de personnes en âge de travailler, moins de 12 millions ont un emploi. Il rappelle que la population active augmente de 400 000 personnes chaque année, alors que l’économie locale ne crée que 26 000 emplois par an. Et qu’en 2020, avec la pandémie, 432 000 emplois ont été détruits. Le mauvais état de l’éducation, de la santé, du logement, des loisirs, des libertés, des inégalités sociales… Tous ces facteurs contribuent, selon Abdelmumni, à ce que « le rêve de l’Europe » soit devenu une « obsession » chez les jeunes et les plus défavorisés.

Mais au-delà de ces raisons, Abdelmumni estime que « l’autoritarisme monarchique empêche la résolution du conflit du Sahara, qui à son tour empêche le développement du Maroc et de la région ». Il affirme que la proposition présentée par le Maroc en 2007 concernant le Sahara, d’accorder l’autonomie au territoire, ne sera convaincante que « le jour où le Maroc sera perçu comme pouvant assumer ses exigences ».

Abdelmumni considère qu' »il ne peut y avoir de véritable autonomie dans un État où le roi exerce une autorité hégémonique sur l’exécutif et le judiciaire, et n’a aucune obligation en matière d’État de droit ou de responsabilité ». Il conclut : « Cette situation continuera à pousser les décideurs marocains vers des stratégies qui nuisent à leurs voisins. Et les responsables continueront à pousser leur population à fuir par l’Espagne ».

Le Roi du Maroc a confié en décembre 2019 à un groupe restreint de 10 femmes et 25 hommes, des professionnels très prestigieux des sciences, des lettres et des arts, la tâche de préparer un rapport « franc et audacieux ». avec un diagnostic des problèmes du pays et une série de solutions pour redresser la barre d’ici 2035. C’est ainsi qu’est née la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD). Il y avait une grande attente pour connaître le résultat.

Plus de 10 000 personnes ont échangé leurs points de vue avec la Commission. Il y a eu 6 600 soumissions écrites, 30 visites sur le terrain en pleine pandémie et 113 ateliers. Le résultat est un rapport de 167 pages que le président de la commission, Chakib Benmusa, a remis au roi au palais de Fès le 25 mai, une semaine après le « Essayez de nous comprendre, pour l’amour de Dieu ! ».

Changement « nécessaire et urgent »

La commission souligne dans son rapport que le changement est « nécessaire et urgent ». Elle affirme que ce système ne répond pas aux besoins de ses citoyens et que la « stabilité économique et sociale » du pays est en danger. Elle pointe du doigt « un système judiciaire qui manque de confiance », une « bureaucratie tatillonne » et des « ressources inefficaces ». Elle fait valoir qu’il existe « un sentiment d’insécurité et d’imprévisibilité judiciaire qui limite les initiatives ». Et il parle de l' »instrumentalisation » de la loi.

Le rapport est aussi intéressant pour ce qu’il dit que pour ce qu’il ne dit pas. Le texte reproduit, par exemple, les propos d’une jeune femme qui déclare : « Certaines personnes ont tout et d’autres n’ont rien ». Mais il n’y a pas d’analyse des incompatibilités possibles entre le pouvoir politique et le pouvoir économique.

Au Maroc, la première fortune du pays appartient au roi Mohamed VI. Une autre des plus grosses fortunes est celle d’Aziz Ajanuch (Akhannouch, dans sa transcription française), qui a été ministre de la pêche et de l’agriculture pendant 14 ans et qui est le principal actionnaire de la chaîne de stations-service Afriquia, la plus grande du Maroc. Ajanuch a rencontré par vidéoconférence le 12 mai, cinq jours avant l’exode vers Ceuta, le leader du Parti populaire, Pablo Casado.

Le rapport de la commission pour le nouveau développement ne mentionne le mot « mineurs » que deux fois dans ses 167 pages. Et c’est parler dans le même paragraphe du drame du mariage de femmes mineures avec des hommes adultes. Le problème de l’émigration n’est mentionné que dans un seul paragraphe, qui évoque également la fuite des cerveaux vers les pays développés.

Ce journal a envoyé plusieurs questions par e-mail à Chakib Benmusa, le président de la commission. Parmi elles, pourquoi l’exode vers Ceuta n’a pas suscité de débat dans le pays. M. Benmusa a répondu : « La crise avec l’Espagne découle d’une question essentielle pour les Marocains, à savoir la question nationale et l’intégrité territoriale. En tant que président de la commission, les médias nationaux m’ont interrogé sur la situation des jeunes qui tentent de se rendre en Europe. Je n’ai pas le sentiment que le débat n’existe pas dans la société ».

On a également demandé à M. Benmusa, ambassadeur du Maroc en France depuis 2012, s’il avait remarqué chez les gens la peur de s’exprimer. Et Benmusa de répondre que les consultations ont été menées de manière « franche et ouverte ». Et que nombre de ces déclarations ont été transmises en « totale transparence », sur la page Facebook de la commission ou dans des vidéos de synthèse.

Enfin, la question suivante a été posée à Benmusa : le rapport de la CSMD parle de l’institution monarchique comme d’un « symbole de continuité historique et de stabilité », comme de la « pierre angulaire de l’État ». La CSMD a-t-elle fait preuve d’un manque d’audace en proposant des réformes concernant une institution aussi importante ? « Le travail effectué par la commission s’inscrit dans le cadre constitutionnel existant, conformément à l’organisation des pouvoirs que ce cadre définit. Je rappelle que ce cadre a été approuvé par les Marocains dans un large consensus », a répondu le président de la commission. « Beaucoup de propositions de la commission sont inédites, et certains les considèrent comme audacieuses car elles rompent avec l’existant : placer le citoyen au cœur des politiques publiques en tant que bénéficiaire, mais aussi en tant qu’acteur ; (…) la transformation structurelle de l’économie et son ouverture à des acteurs nouveaux et innovants, etc. », a-t-il ajouté.

La déception d’un jeune homme

Un diplômé universitaire de 25 ans s’est dit très déçu après avoir lu en détail le texte des 35 experts. Il avoue qu’il voyait cette commission, composée de personnes brillantes, comme le dernier espoir de sa génération. Il estime que le rapport est « vide », n’offrant aucune réponse concrète aux problèmes de la jeunesse et de la société.  » La commission fixe son objectif de nouveaux développements pour 2035. D’ici là, j’aurai 40 ans. Nous verrons si la prochaine génération aura une autre commission d’ici 2045. »

Le diplômé se plaint également que la Commission n’avance pas de propositions sur les libertés individuelles. « Ils n’ont même pas parlé des relations sexuelles hors mariage, interdites par le code pénal, ni de l’homosexualité, également interdite, ni de l’égalité en matière d’héritage, les femmes étant condamnées à recevoir deux fois moins que les hommes, ni de la place des femmes marocaines dans la société… Ils ont ignoré tout cela. Comme si les seuls problèmes du pays étaient strictement économiques », dit-elle.

« Le Marocain de 2035, comme un Chinois »

« La commission essaie de créer plus d’emplois », admet ce diplômé. « Mais seulement pour augmenter le PIB. Ils ne parlent pas des Marocains comme des êtres humains, mais comme des robots. Ils oublient que nous avons le droit à la différence, à la liberté d’expression. Cette commission imagine le Marocain de 2035 comme un Chinois : il sera éduqué, il aura un travail… Mais sans libertés, sans opinions, sans droits ».

Au Maroc, les principaux leaders du Hirak rifain, le mouvement de protestation qui a éclaté à Al Hoceima fin 2016, sont toujours en prison. Naser Zafzafi, le plus connu des militants, purge une peine de vingt ans de prison pour atteinte à la sécurité intérieure de l’État.

Deux journalistes sont également en détention provisoire. Tous deux sont accusés de délits sexuels et plusieurs organisations humanitaires ont demandé leur libération et un procès équitable. Il s’agit de Suleiman Raisuni (détenu depuis 13 mois) et Omar Radi (détenu depuis 11 mois). Raisuni est en grève de la faim depuis 66 jours. Dris Radi, père du journaliste Omar Radi, a déclaré que les raisons qui poussent les gens à émigrer sont « évidentes, comme elles l’ont toujours été ». « Mais cette fois-ci, a-t-il dit, il s’agit d’une exploitation stupide, peut-être criminelle, de mineurs.

Pour sa part, Zakaria Zarruki, 30 ans, diplômé en droit et habitant de Fnideq (anciennement Castillejos), la ville marocaine la plus proche de Ceuta, estime que tous ces milliers de personnes qui sont arrivées à Ceuta ont « démissionné » de leur pays. « D’un pays qui ne résout pas ses problèmes », ajoute-t-il. « Et le gouvernement marocain a également reconnu son propre échec en les abandonnant à leur sort, en leur ouvrant la porte. »

Plusieurs membres à Tétouan de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) indiquent que parmi les causes qui ont poussé tant de personnes à émigrer à Ceuta, il y a la fermeture de la frontière avec Ceuta, depuis mars 2020, à cause de la pandémie. Et aussi l’arrêt de la contrebande avec l’Espagne, qui « était la seule source de subsistance pour la grande majorité des habitants de la région ».

Les militants de l’AMDH, qui préfèrent ne pas révéler leurs noms, soulignent que les mineurs vivent les difficultés de leurs familles au quotidien et nourrissent « un sentiment de culpabilité » parce qu’ils ne peuvent rien faire pour les aider. « Et ils essaient de combattre cette culpabilité en émigrant », ajoutent-ils. Les militants humanitaires décrivent un panorama de « portes fermées » au Maroc, où « les études ne représentent plus une garantie d’emploi » et où il existe « un nombre énorme de chômeurs titulaires de diplômes universitaires ».

Ces militants de Tétouan affirment que l’exode massif a lieu quand « une patrie déchire ses enfants et les jette comme de la nourriture pour les poissons de la mer », et quand « l’État méprise sa jeunesse », quand « les jeunes ne peuvent même pas trouver un euro pour acheter leur pain », « quand ils s’interrogent sur leur avenir perdu et ne trouvent aucune réponse ».

L’un des militants a ajouté que les dirigeants marocains sont « des lâches corrompus, sans morale ». Et d’ajouter : « Mais même l’Espagne n’est pas exempte de reproches lorsqu’elle a renvoyé ces pauvres enfants au Maroc. L’Espagne (…) n’a pas respecté les droits des enfants du Sud. Ces enfants, bien qu’ils soient pauvres, sont très intelligents. Et ils émigreront à nouveau, car ils savent que le pays d’accueil s’occupera d’eux s’ils ne sont pas accompagnés. Et ce sont souvent leurs parents qui les encouragent à partir.

El Pais, 14 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, crise économique, pauvreté,