Qui est Naftali Bennett, le nouveau leader d’Israël ?

JERUSALEM (AP) – Naftali Bennett, qui a prêté serment dimanche en tant que nouveau premier ministre d’Israël, incarne bon nombre des contradictions qui définissent cette nation vieille de 73 ans.

C’est un juif religieux qui a gagné des millions dans le secteur principalement laïc de la haute technologie, un champion du mouvement de colonisation qui vit dans la banlieue de Tel Aviv, et un ancien allié de Benjamin Netanyahu qui s’est associé à des partis centristes et de gauche pour mettre fin à son règne de 12 ans.

Son parti ultranationaliste Yamina n’a remporté que sept sièges à la Knesset, qui compte 120 membres, lors des élections de mars – le quatrième scrutin de ce type en deux ans. Mais en refusant de s’engager auprès de Netanyahou ou de ses adversaires, Bennett s’est positionné en tant que faiseur de roi. Même après qu’un membre de son parti nationaliste religieux l’ait abandonné pour protester contre le nouvel accord de coalition, il s’est retrouvé avec la couronne.

Voici un aperçu du nouveau leader d’Israël :

UN ULTRANATIONALISTE AVEC UNE COALITION MODÉRÉE

Bennett s’est longtemps positionné à la droite de Netanyahou. Mais il sera fortement limité par la lourdeur de sa coalition, qui ne dispose que d’une faible majorité au Parlement et qui comprend des partis de droite, de gauche et du centre.

Il est opposé à l’indépendance palestinienne et soutient fermement les colonies juives en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, que les Palestiniens et une grande partie de la communauté internationale considèrent comme un obstacle majeur à la paix.

M. Bennett a violemment critiqué M. Netanyahou après que le Premier ministre a accepté de ralentir la construction de colonies sous la pression du président Barack Obama, qui a tenté sans succès de relancer le processus de paix au début de son premier mandat.

Il a brièvement été à la tête du conseil des colons de Cisjordanie, Yesha, avant d’entrer à la Knesset en 2013. Bennett a ensuite été ministre du Cabinet des affaires de la diaspora, de l’éducation et de la défense dans divers gouvernements dirigés par Netanyahu.

« C’est un leader de droite, un dur en matière de sécurité, mais en même temps très pragmatique », a déclaré Yohanan Plesner, directeur de l’Institut israélien pour la démocratie, qui connaît Bennett depuis des décennies et a servi avec lui dans l’armée.

Il s’attend à ce que Bennett s’engage avec d’autres factions pour trouver un « dénominateur commun » alors qu’il cherche un soutien et une légitimité en tant que leader national.

RIVALITÉ AVEC NETANYAHOU

Le père de quatre enfants, âgé de 49 ans, partage l’approche belliciste de Netanyahou sur le conflit au Moyen-Orient, mais les deux hommes ont eu des relations tendues au fil des ans.

M. Bennett a été le chef de cabinet de M. Netanyahou pendant deux ans, mais ils se sont séparés après une mystérieuse brouille que les médias israéliens ont reliée à l’épouse de M. Netanyahou, Sara, qui exerce une grande influence sur le cercle restreint de son mari.

Bennett a fait campagne en tant que pilier de la droite avant les élections de mars et a signé un engagement à la télévision nationale disant qu’il ne permettrait jamais à Yair Lapid, un centriste et le principal rival de Netanyahu, de devenir Premier ministre.

Mais lorsqu’il est devenu évident que Netanyahou était incapable de former une coalition gouvernementale, c’est exactement ce que Bennett a fait, acceptant d’être Premier ministre pendant deux ans avant de céder le pouvoir à Lapid, l’architecte de la nouvelle coalition.

Les partisans de Netanyahu ont qualifié Bennett de traître, affirmant qu’il a fraudé les électeurs. Bennett a défendu sa décision comme une démarche pragmatique visant à unifier le pays et à éviter un cinquième tour d’élections.

UN CHANGEMENT DE GÉNÉRATION

Bennett, un juif orthodoxe moderne, sera le premier Premier ministre d’Israël à porter régulièrement une kippa, la calotte que portent les juifs pratiquants. Il vit dans la banlieue huppée de Tel Aviv, à Raanana, plutôt que dans les colonies dont il se fait le champion.

Bennett a commencé sa vie avec ses parents d’origine américaine à Haïfa, puis a rebondi avec sa famille entre l’Amérique du Nord et Israël, le service militaire, la faculté de droit et le secteur privé. Tout au long de sa vie, il s’est forgé un personnage à la fois moderne, religieux et nationaliste.

Après avoir servi dans l’unité commando d’élite Sayeret Matkal, Bennett a fait des études de droit à l’université hébraïque. En 1999, il a cofondé Cyota, une société de logiciels anti-fraude qui a été vendue en 2005 à la société américaine RSA Security pour 145 millions de dollars.

M. Bennett a déclaré que l’expérience amère de la guerre menée par Israël en 2006 contre le groupe militant libanais Hezbollah l’a poussé à se lancer dans la politique. La guerre, qui a duré un mois, s’est terminée sans résultat et les dirigeants militaires et politiques israéliens de l’époque ont été largement critiqués pour avoir bâclé la campagne.

Bennett représente une troisième génération de dirigeants israéliens, après les fondateurs de l’État et la génération de Netanyahou, qui a atteint sa majorité pendant les premières années tendues du pays, marquées par des guerres répétées avec les États arabes.

« Il est Israël 3.0 », a écrit Anshel Pfeffer, un chroniqueur du journal israélien de gauche Haaretz, dans un récent profil de Bennett.

« Un nationaliste juif mais pas vraiment dogmatique. Un peu religieux, mais certainement pas dévot. Un militaire qui préfère le confort de la vie urbaine civile et un entrepreneur de haute technologie qui ne cherche pas à gagner d’autres millions. Un partisan de la Grande Terre d’Israël, mais pas un colon. Et il se pourrait bien qu’il ne soit pas non plus un politicien à vie. »

Associated Press, 14 juin 2021

Etiquettes : Israël, Naftali Bennett, Benjamin Netanyahou, Yamina, Knesset, Cisjordanie, Jérusalem-Est, Palestine,