Mali : Briefing et consultations au Conseil de Sécurité

Lundi (14 juin), le Conseil de sécurité devrait tenir son briefing trimestriel, suivi de consultations, sur le Mali. Le Représentant spécial et chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), El-Ghassim Wane, fera un exposé. Fatima Maiga, présidente de la Coalition des Femmes Leaders Nord, Sud et Centre du Mali (NSC), informera également le Conseil. A l’issue de la réunion, la France, porte parole sur le Mali, devrait faire circuler un projet de résolution visant à renouveler le mandat de la MINUSMA, que les membres commenceront à négocier la semaine prochaine. Le mandat de la MINUSMA expire le 30 juin.

Le 24 mai, le Mali a connu son deuxième coup d’État en 9 mois. Des membres de l’armée ont arrêté le président de transition Bah N’daw et le Premier ministre Moctar Ouane, qui ont tous deux démissionné le 26 mai alors qu’ils étaient encore en détention. Ces événements ont ajouté une nouvelle incertitude et une nouvelle complexité à la transition politique mise en place pour rétablir un gouvernement élu après le coup d’État du 18 août 2020.

Wane a informé les membres du Conseil de la dernière crise le 26 mai lors de consultations à huis clos. Lors de cette réunion, il aurait décrit les événements qui ont conduit à l’arrestation des autorités de transition. Un remaniement du gouvernement de transition, annoncé plus tôt dans la journée du 24 mai, a permis de remplacer les ministres de la défense et de la sécurité. Ces deux responsables étaient impliqués dans le coup d’État de l’année dernière. Dans une déclaration du 25 mai, le vice-président de transition, le colonel Assimi Goïta – qui était l’un des leaders du coup d’État d’août 2020 – a affirmé que M. Ouane ne l’avait pas consulté au sujet du nouveau cabinet, violant ainsi la responsabilité de M. Goïta en matière de défense et de sécurité stipulée dans la charte de transition.

Les membres du Conseil de sécurité ont publié un communiqué de presse condamnant les arrestations à la suite de la réunion du 26 mai. La déclaration affirmait le soutien des membres du Conseil à la transition dirigée par des civils, appelait à sa reprise immédiate et au maintien de son calendrier de 18 mois, et exprimait son soutien aux efforts de médiation régionaux. Dans le communiqué de presse, les membres du Conseil ont souligné que « l’imposition d’un changement de direction de la transition par la force, y compris par des démissions forcées, est inacceptable ».

D’autres interlocuteurs internationaux ont également condamné fermement le coup d’État du 24 mai. Lors d’un sommet extraordinaire tenu le 30 mai à Accra, au Ghana, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a suspendu le Mali du bloc régional et a demandé la nomination immédiate d’un nouveau premier ministre civil. Le 1er juin, le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a suspendu le Mali de toute participation à l’ensemble des activités et organes de l’UA, a appelé à un retour rapide à la transition dirigée par des civils et a menacé d’imposer des sanctions ciblées. En outre, la France, principal partenaire militaire du Mali, a annoncé le 3 juin qu’elle suspendait ses opérations conjointes avec l’armée malienne.

Lors de la réunion de lundi, M. Wane devrait faire le point sur l’évolution de la situation depuis le rapport du Secrétaire général du 1er juin sur le Mali. Goïta a prêté serment en tant que président le 7 juin, suite à la décision de la Cour constitutionnelle du 29 mai d’exercer les fonctions de la présidence de transition pour mener la transition à son terme. Goïta a promis que les élections présidentielles et législatives prévues pour le 27 février 2022 auront lieu comme prévu. Le jour de sa prestation de serment, Goïta a nommé Choguel Maiga, du Mouvement du 5 juin, au poste de premier ministre – le mouvement a mené les manifestations de 2020 qui ont précipité le coup d’État d’août 2020 et a critiqué la trajectoire de la transition. Les 8 et 9 juin, le médiateur de la CEDEAO au Mali, Goodluck Jonathan, s’est rendu à Bamako et a discuté avec Goïta et Maiga de leurs plans pour achever la transition dans le délai de 18 mois ; cette visite était la deuxième mission de Jonathan à Bamako depuis le coup d’État. M. Wane pourrait souligner dans son briefing l’importance particulière de concentrer les efforts sur l’organisation des élections de février.

Lors de la session de lundi, les membres du Conseil pourraient réitérer leur condamnation du coup d’État du mois dernier. Ils devraient insister sur la nécessité de reprendre la transition politique et d’organiser les élections dans les délais. Les membres pourraient souligner la nécessité d’un dialogue inclusif et d’un compromis entre les parties prenantes afin de respecter le calendrier électoral.

D’autres sujets de discussion lors de la réunion seront la mise en œuvre de l’accord de paix du Mali de 2015 et la situation dans le centre du Mali. Wane pourrait évoquer les « retards prolongés », selon le rapport du Secrétaire général, dans la mise en œuvre des principales dispositions de l’accord de paix de 2015. Le 13 avril, le chef du parti signataire Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidati, a été assassiné à Bamako par des individus non identifiés. Les autorités de transition ont ouvert une enquête sur cet assassinat.

En ce qui concerne la situation dans le centre du Mali, le rapport du Secrétaire général note que « la violence s’est poursuivie sans relâche » et affirme que « sans une vision forte et cohérente du gouvernement de transition et une présence plus forte de l’État, [la MINUSMA] ne sera pas en mesure de faire une réelle différence dans le centre du Mali ». Le rapport observe une diminution de la violence intercommunautaire dans plusieurs districts dans le cadre de diverses initiatives locales de dialogue et de cessez-le-feu, mais il fait état d’une augmentation des activités des groupes terroristes. Il note également une expansion des groupes extrémistes et du conflit dans certaines parties du sud du Mali.

Au cours de la réunion de lundi, les membres devraient appeler à la poursuite de la mise en œuvre de l’accord de paix. Ils pourraient également discuter de l’augmentation du plafond des troupes de la MINUSMA lors du prochain renouvellement du mandat afin d’améliorer sa capacité à protéger les civils dans le centre du Mali. La MINUSMA a eu du mal à mettre en œuvre un plan d’adaptation suite à la décision du Conseil en 2019 d’ajouter, comme deuxième priorité stratégique, le soutien de la mission au gouvernement pour stabiliser le centre du Mali. Les membres peuvent également souligner que les nouvelles autorités maliennes gardent le cap sur la lutte contre l’impunité des violations des droits de l’homme.

Certains membres du Conseil pourraient réitérer les appels à la création d’un bureau des Nations unies pour soutenir le Groupe des cinq de la Force conjointe du Sahel (FC-G5S). Lors du dernier briefing du Conseil sur le Mali en avril, le Niger a annoncé au nom des « A3 plus un » (Kenya, Niger, Tunisie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines) qu’il avait l’intention de proposer au cours du mois de juin une résolution visant à créer le bureau, ce que le Secrétaire général a recommandé pour faciliter un financement plus prévisible de la FC-G5S. En ce qui concerne plus largement le Sahel, où la sécurité continue de se détériorer, le président français Emmanuel Macron a annoncé hier (10 mai) que la France envisage de réduire l’opération Barkhane, sa force régionale de lutte contre le terrorisme au Sahel. La France maintiendra ses forces au Sahel, mais M. Macron a laissé entendre que Paris souhaitait voir d’autres pays accroître leur soutien aux efforts de lutte contre le terrorisme.

Mme Maiga, du Conseil national de sécurité, devrait mettre l’accent sur la participation politique des femmes lors de son exposé à la réunion de lundi. Le groupe informel d’experts du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité s’est réuni le 29 avril pour discuter du Mali. Un résumé de la réunion, publié le 25 mai, contient plusieurs recommandations, notamment pour le prochain renouvellement du mandat de la MINUSMA afin d’accroître la participation des femmes au processus de transition et à la mise en œuvre de l’accord de paix.

Etiquettes : ONU, Conseil de Sécurité, Mali, MINUSMA, Sahel,