Jack Lang: De Marrakech à Epstein

Décidement, l’ancien ministre socialiste et directeur de l’Insititut du Monde Arabe arrive toujours à s’en tirer d’affaire. Des rumeurs de partouze pédophile à Marrakech, signataire de la pétition de 1977 et grand ami de Woody Allen, Jack Lang n’est pas sorti de l’auberge. Les détails dans cet article de The Daily Beast

Epstein a financé une fondation étrange liée à un célèbre politicien français, Jack Lang.

Le Daily Beast a appris qu’Epstein a financé une organisation française dont les dirigeants ont des liens avec Jack Lang, qui a défendu des pédophiles il y a plusieurs décennies et qui est un ami de Woody Allen.

Kate Briquelet, Erin Zaleski, William Bredderman

Au printemps 2019, Jeffrey Epstein était persona non grata en Amérique. Le Miami Herald avait publié un exposé sur les abus du financier sur des mineures, le ministère de la Justice avait ouvert une enquête sur son accord de plaidoyer secret de 2008, et les procureurs fédéraux de Manhattan construisaient discrètement de nouvelles charges criminelles contre lui.

C’est peut-être pour cette raison qu’Epstein s’est réfugié à Paris, où tout le monde ne fuyait pas le riche délinquant sexuel. Le politicien français Jack Lang, ancien ministre de la culture et ministre de l’éducation du pays, a déclaré au média Franceinfo basé à Paris que lui et Epstein ont assisté à une fête pour le 30e anniversaire de la pyramide du Louvre en mars 2019 – environ quatre mois avant que le FBI n’arrête Epstein. Lang aurait invité le trafiquant sexuel, qu’il a décrit comme « une personne charmante, courtoise et agréable. »

Maintenant, le Daily Beast a appris qu’Epstein a financé une organisation française dont les dirigeants ont des liens avec Lang, qui, il y a des décennies, a approuvé une opinion dérangeante concernant le sexe avec des enfants de 13 ans et, comme Epstein, est ami avec le réalisateur en difficulté Woody Allen.

Le nom du groupe, L’Association Pour La Promotion De La Politique Culturelle Nationale Menée Dans Les Années 80 Et 90 Du Xxème Siècle, se traduit par « Association pour la promotion de la politique culturelle nationale menée dans les années 80 et 90 du vingtième siècle ». La mission du groupe, énumérée dans les documents d’incorporation français, est aussi vague que son titre : promouvoir les principaux leaders et les réalisations de la politique culturelle de ces décennies.

Pourtant, Lang est réputé pour son influence culturelle à cette époque. Un profil publié en 2016 dans Apollo notait : « La nomination de Jack Lang en 1981 est, avec le recul, la plus déterminante dans l’élaboration de la forme que prend aujourd’hui le ministère de la culture. Les années de Lang à la tête du ministère ont été mémorables, colorées et source de divisions. » Les politiques de Lang « ont également donné un véritable coup de fouet à la créativité et à sa libre expression », note le magazine. Un article du New York Times de 1985 a salué Lang comme une « superstar de la culture française » pour son attrait auprès des jeunes électeurs.

Avant son arrestation en juillet 2019, l’association à but non lucratif Gratitude America Ltd. d’Epstein a versé des fonds à cet obscur projet parisien et à deux autres groupes internationaux : une clinique sexuelle à Rome et une compagnie de ballet lituanienne.

L’organisation française, qui n’a pas de site Web ou de présence sur les médias sociaux, a été lancée en 2018 – la même année où elle a reçu 57 897 dollars de Gratitude America. Deux des anciens assistants de Lang sont des dirigeants de l’association, tandis qu’un employé actuel du bureau de Lang est un représentant du groupe.

Jacques Renard, le trésorier du groupe, était directeur adjoint et chef de cabinet du ministère de la culture de Lang dans les années 1980 et au début des années 1990. Christophe Degruelle, président de l’association, est un conseiller municipal de Blois qui a été chef de cabinet de Lang au ministère de l’éducation de 2000 à 2002.

En 1977, il a signé une lettre publiée dans Le Monde pour défendre trois hommes emprisonnés pour avoir abusé sexuellement d’enfants de 12 et 13 ans.

Degruelle et Lang ont été photographiés ensemble pas plus tard qu’en 2018, et dans une interview de 2016, Degruelle a déclaré avoir passé les trois dernières années à conseiller Lang en tant que président de l’Institut du monde arabe. « J’ai deux passions dans la vie : la politique et la culture. J’ai la chance d’avoir un équilibre entre l’action publique locale et une activité avec Jack Lang qui répond à mes attentes », a déclaré Degruelle.

Pendant ce temps, Fabrice Parsy est nommé comme agent du groupe dans un document signé par Renard, selon les dossiers. Parsy travaille actuellement dans le bureau de Lang.

Sylvie Aubry, fleuriste et propriétaire de boutique, est la secrétaire de l’association, qui partage son adresse professionnelle dans le 14e arrondissement de Paris. On ne sait pas si elle est liée à Lang ou Epstein, ni comment elle est liée aux autres hommes.

Aucun des responsables de l’association n’a répondu aux messages demandant un commentaire.

Lang n’a pas répondu lorsqu’un journaliste du Beast lui a envoyé un courriel pour obtenir un commentaire ; à la place, Parsy a répondu en tant que membre du personnel du bureau de Lang, disant que Lang était occupé à planifier un événement pour l’Institut du monde arabe et n’était pas disponible.

Parsy n’a pas répondu aux messages de suivi du Daily Beast.

Epstein était un habitué des voyages à Paris. Lorsque le FBI lui a passé les menottes sur un tarmac du New Jersey l’année dernière, il revenait d’un voyage dans la capitale française.

Les autorités françaises ont commencé à enquêter sur Epstein en août 2019, après qu’il se soit suicidé dans une prison fédérale américaine. L’enquête française « se concentrera sur les crimes potentiels contre des victimes françaises commis sur le territoire national ainsi qu’à l’étranger », avait alors déclaré le procureur de Paris Rémy Heitz, « et sur les auteurs qui sont des citoyens français. »

Le petit livre noir d’Epstein contenait plusieurs numéros de téléphone français, notamment celui de l’architecte d’intérieur Alberto Pinto-, qui a décoré l’hôtel particulier d’Epstein à New York et a rencontré l’une des victimes d’Epstein à Paris, et celui de l’Hôtel de Crillon, où Aubry est le fleuriste officiel. Le rolodex contenait également une section intitulée « Massage – Paris ».

La police a perquisitionné l’appartement d’Epstein, d’une valeur de 8,6 millions de dollars, avenue Foch, ainsi que les bureaux de l’agent de mannequins français Jean-Luc Brunel, que les avocats des victimes (et même son propre ancien comptable) ont accusé de procurer des filles à Epstein et qui a déjà été accusé de viol lui-même. En 1988, l’émission 60 Minutes a révélé que Brunel avait drogué des mannequins et qu’il avait violé une femme alors qu’elle était inconsciente. (Brunel a nié toutes ces allégations).

Le parquet de Paris a déclaré au Daily Beast qu’il enquêtait également sur la complice présumée d’Epstein, Ghislaine Maxwell, dans le cadre de l’enquête sur les viols et abus présumés de mineurs en France. Maxwell est une citoyenne française, où elle est née et où sa famille possède des maisons. Elle possède également la nationalité britannique et américaine.

Après la mort d’Epstein, l’attention des médias s’est portée sur Maxwell et ses allées et venues, et certains tabloïds ont émis l’hypothèse qu’elle se terrait à Paris.

Maxwell est détenue dans un centre de détention fédéral à New York dans l’attente de son procès pour des accusations liées au réseau sexuel d’Epstein. La mondaine britannique a longtemps nié toute implication dans les crimes sexuels d’Epstein et s’est opposée aux poursuites des victimes qui l’accusaient d’abus.

Virginia Roberts Giuffre, une survivante du réseau de traite d’Epstein, a affirmé qu’Epstein et Maxwell l’ont emmenée à Paris et l’ont forcée à avoir des relations sexuelles avec eux et d’autres personnes, y compris le propriétaire non identifié d’une grande chaîne d’hôtels.

Pour sa part, M. Lang a affirmé qu’il ne savait rien de l’histoire peu glorieuse d’Epstein.

Il a déclaré à Franceinfo qu’il avait rencontré Epstein il y a quelques années, lorsque la princesse Camilla de Bourbon-Two Sicilies, la duchesse de Castro, aurait fêté le réalisateur Woody Allen – également un ami de longue date d’Epstein – dans sa maison à Paris.

M. Lang, 81 ans, a défendu M. Allen à la suite des accusations d’abus sur sa fille, Dylan Farrow, lorsqu’elle avait 7 ans. Le jour où Farrow a fondu en larmes lors d’une interview de janvier 2018 avec CBS This Morning, Lang a tweeté pour soutenir Allen, écrivant « #WoodyAllenforever » et (la faute de frappe, la sienne) « Il t’aime ».

« Pourquoi, dans cette étrange époque, devrions-nous jeter le mépris sur Woody ? Cela aboutit à la pire des choses : une censure économique, un interdit professionnel sur un grand maître du cinéma mondial », a déclaré Lang à Franceinfo, interrogé sur ces tweets. Il a ajouté : « Je ne m’érige pas en juge ou en Cour suprême des mœurs, mais à cette époque, aux États-Unis, il y a eu une sorte de chasse aux sorcières dans la presse, dans certains médias. »

Lang n’est pas étranger à la défense des pédophiles accusés. En 1977, il a signé une lettre publiée dans Le Monde pour défendre trois hommes emprisonnés pour avoir abusé sexuellement d’enfants de 12 et 13 ans. (Selon certains rapports, les victimes avaient 13 et 14 ans). « Trois ans de prison pour des câlins et des baisers, c’est suffisant », peut-on lire dans la lettre du scribe français Gabriel Matzneff, connu pour avoir écrit sur son penchant pour les relations sexuelles avec des enfants. Parmi les autres signataires figurent les intellectuels français Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Les médias ont récemment appelé Matzneff « le Jeffrey Epstein de Paris », après la publication des mémoires de Vanessa Springora, Consentement, qui affirme que Matzneff a commencé à la violer lorsqu’elle avait 14 ans. La police française a demandé à d’autres témoins et victimes des abus de Matzneff de se manifester.

A propos d’Epstein, Lang a déclaré à Franceinfo : « Je ne suis allée qu’une seule fois chez lui, avenue Foch, pour un déjeuner. Il est vrai qu’il était souvent accompagné de plusieurs jolies femmes, mais qui n’étaient manifestement pas mineures. » Il se dit très surpris d’apprendre les accusations portées contre Epstein.

Je ne m’érige pas en juge ou en Cour suprême des mœurs, mais à cette époque, aux États-Unis, il y a eu une sorte de chasse aux sorcières dans la presse, dans certains médias.

Jack Lang, défendant Woody Allen

Interrogé sur Maxwell, Lang a affirmé qu’il ne se souvenait pas de l’avoir rencontrée mais qu’il connaissait son père, le défunt magnat de l’édition Robert Maxwell. « Robert Maxwell est quelqu’un que tout le monde a rencontré dans les années 1985-1986, pendant le maelström autour de la privatisation de TF1 », a déclaré Jack Lang, en référence à la chaîne de télévision nationale française.

L’homme politique n’était pas le seul visiteur de marque du pied-à-terre d’Epstein.

Le magnat du cinéma en disgrâce Harvey Weinstein a séjourné chez Epstein à Paris et aurait tenté d’agresser sexuellement l’une des femmes du financier lors d’un massage non sexuel.

Pendant ce temps, le majordome français d’Epstein a affirmé que Steve Bannon, l’ancien stratège en chef du président Trump, a fait appel à Epstein à l’automne 2018. (Bannon a également été repéré entrant dans le manoir d’Epstein à Manhattan pour ce que Page Six a décrit comme une « réunion secrète »). L’employé a dit à Franceinfo que le prince Andrew, le magnat de Microsoft Bill Gates et sa femme Melinda, et l’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak ont également rendu visite à Epstein à Paris.

Plusieurs survivantes du trafic d’Epstein disent qu’il a abusé d’elles à Paris.

Juliette Bryant avait 20 ans et était une aspirante mannequin quand Epstein l’a attirée d’Afrique du Sud en 2002 en lui promettant des emplois de mannequin à New York. Dans un procès, Mme Bryant affirme qu’Epstein l’a exploitée pendant des années, qu’il l’a violée à plusieurs reprises dans son complexe des Caraïbes et qu’il a abusé d’elle dans ses résidences à travers le monde, y compris à Paris.

Juliette Bryant a été « forcée de se rendre au domicile d’Epstein à Paris, où elle a été hébergée par Ghislaine Maxwell, l’un des principaux recruteurs de jeunes femmes d’Epstein, et où [l’assistante et co-conspiratrice d’Epstein] Sarah Kellen l’a forcée à se faire photographier nue pour Epstein », peut-on lire dans sa plainte. « Au cours de ce voyage, Juliette a été témoin du fait que des jeunes femelles étaient sur appel pour donner du plaisir sexuel à Epstein ».

Une plainte déposée par Teala Davies indique qu’elle avait 17 ans lorsque le financier s’est « glissé dans la chambre de Teala » à Paris et l’a violée en 2003. Une autre plainte déposée par une femme dénommée Mary Doe affirme que le trafiquant l’a invitée « à séjourner chez lui à Paris et s’est arrangé pour qu’elle assiste à un concert en compagnie d’un top model mondialement connu ».

Anouska De Georgiou, mannequin et actrice britannique, a déclaré à la NBC qu’Epstein a abusé d’elle à ses domiciles de Paris, New York et des îles Vierges américaines. Et dans chaque endroit, il y avait ce microcosme d’acceptation, de gens qui disaient « oui », qui agissaient comme si c’était normal », a déclaré Mme De Georgiou.

Giuffre, qui a été victime de la traite des êtres humains par Epstein de 1999 à 2002, a déclaré que lui et Maxwell l’ont abusée sexuellement en France à plusieurs reprises.

Dans une déposition de 2016, Giuffre a déclaré avoir eu des contacts sexuels avec Maxwell, Epstein et une troisième personne (dont le nom a été caviardé) dans un hôtel donnant sur les Champs-Élysées. Par la suite, Maxwell se serait rendu en ville pour recruter une fille pour Epstein.

Maxwell « s’est approché de cette fille française pour me montrer combien il était facile pour elle de se procurer des filles », a témoigné Giuffre. « Je n’étais pas très doué pour ça. Et, vous savez… une partie de ma formation consistait à amener d’autres filles. Alors elle s’est approchée d’elle. En cinq minutes, elle avait son numéro et cette fille est venue plus tard cette nuit-là à l’hôtel et a servi Jeffrey. »

« Je n’ai pas vu Ghislaine avec elle », a ajouté Giuffre. « Je sais juste qu’elle m’a raconté ce qui s’est passé et que Jeffrey m’a raconté ce qui s’est passé. »

Giuffre a déclaré qu’elle avait également été contrainte d’avoir des relations sexuelles avec Maxwell, Epstein et une troisième personne dans une résidence du sud de la France avant une fête d’anniversaire.

Plus tard dans la déposition, Giuffre a déclaré que Maxwell l’avait envoyée chez le propriétaire d’une grande chaîne d’hôtels à l’époque de la fête d’anniversaire du top model Naomi Campbell. « Ghislaine m’a demandé d’aller lui faire un massage érotique », a déclaré Giuffre.

Les relevés de vol du jet privé d’Epstein indiquent qu’il s’est souvent rendu à Paris ces dernières années, y compris juste avant son arrestation. Le 19 mars 2019, son avion a voyagé de New York à Paris, et de là, a fait des escapades à Nice et à Vienne, en Autriche, révèlent les carnets de vol publiés par Business Insider.

Le 2 avril 2019, l’avion d’Epstein s’est rendu de Paris à New York, avant de revenir à Paris le 19 avril. De là, Epstein s’est rendu à Rabat, au Maroc, pendant une journée le 25 avril. Il s’est envolé pour New York trois jours plus tard. Son dernier voyage à Paris a eu lieu le 14 juin.

La « petite amie » d’Epstein, Karyna Shuliak, était à Paris avec lui avant son retour le 6 juillet et son arrestation à l’aéroport de Teterboro, selon le New York Daily News. Shuliak, 31 ans, aurait été la dernière personne à parler à Epstein dans un appel téléphonique enregistré depuis la prison.

Les voyages à l’étranger ont été mentionnés dans un procès que le procureur général des îles Vierges américaines a intenté contre la succession d’Epstein, d’une valeur de 634 millions de dollars.

« La surveillance d’un délinquant sexuel disposant de ses propres îles privées et des ressources nécessaires pour faire entrer et sortir les victimes dans des avions et des hélicoptères privés a présenté des défis uniques et a permis à l’entreprise Epstein de limiter l’examen par le gouvernement des îles Vierges », indique la plainte.

Epstein, un délinquant sexuel enregistré dans le territoire des Caraïbes, « a trompé le gouvernement concernant ses plans de voyage » avant de s’envoler pour Paris.

« Le 19 mars 2019, les îles Vierges ont été informées qu’Epstein se rendrait en France pour 10 jours […]. Son formulaire de notification ne divulguait pas de voyage dans d’autres pays », indique la poursuite. « Il a ensuite été découvert par les autorités chargées de l’application de la loi qu’Epstein s’était également rendu à Vienne et à Monaco au cours de ce voyage. »

Le U.S. Marshals Service enquêtait sur le voyage non déclaré d’Epstein en Europe quelques semaines avant son suicide et a demandé l’aide des autorités en France, à Monaco, en Autriche et au Maroc, selon les documents obtenus par Muckrock.

Selon les documents expurgés, un contrôleur aérien des îles Vierges américaines a affirmé avoir vu Epstein débarquer de son avion avec des jeunes filles à plusieurs reprises entre juin 2018 et novembre 2018. Le contrôleur a déclaré avoir vu des filles qui semblaient avoir 11 ou 12 ans avec Epstein, et dans un autre cas, une fille qui semblait avoir 16 à 18 ans.

Mais deux jours après la mort d’Epstein, le service des maréchaux américains a fermé l’enquête et annulé les demandes d’assistance de la France et des autres pays.

The Daily Beast, 06 oct 2020

Etiquettes : Jack Lang, Jeffrey Epstein, pédophilie, pédocriminalité, « Association pour la promotion de la politique culturelle nationale menée dans les années 80 et 90 du XXème siècle« , finacement, don, 58.000 dollars,


Comments are closed.