Sahel : Soutien discret aux négociations avec les islamistes

Alors que la victoire militaire s’éloigne, les pays d’Afrique de l’Ouest soutiennent discrètement les pourparlers avec les islamistes.

Deux ans après que l’émir local Djibril Diallo a fui sa maison dans le nord du Burkina Faso à la suite de menaces de mort proférées par des militants islamistes, il a reçu une demande inattendue : revenir et participer à des pourparlers de paix avec les mêmes personnes qui voulaient sa mort.

Adama Ouedraogo, maire adjoint de Thiou, la ville natale de Diallo, l’a appelé en janvier pour l’aider à négocier la fin des années d’attaques menées par les djihadistes contre les milices locales et les civils, qui ont forcé des milliers de personnes à fuir la région.

« Je leur ai dit que si tout le monde était sincère, je pourrais revenir », a déclaré Diallo, chef traditionnel des éleveurs peuls.

Depuis une décennie, les armées ouest-africaines et leurs alliés internationaux luttent contre les groupes militants actifs dans la région du Sahel, dont certains sont liés aux réseaux Al-Qaïda et État islamique.

Leur succès a été limité. Des attaques contre des civils se produisent encore la plupart des semaines et de vastes zones échappent encore au contrôle du gouvernement. Des centaines de soldats ont été tués depuis que les militants ont pris le contrôle de pans entiers du Mali en 2012.

Aujourd’hui, dans les régions les plus touchées du Burkina Faso et du Mali voisin, les dirigeants locaux poursuivent des pourparlers non officiels avec les militants. Les gouvernements ne reconnaissent pas publiquement ces discussions, mais cinq sources impliquées ont déclaré à Reuters que les autorités les soutenaient discrètement.

La France, alliée militaire et ancienne puissance coloniale, qui a 5 100 soldats dans la région pour soutenir les forces locales, affirme que les militants profiteront des trêves pour se regrouper, se réarmer et recruter.

Le président Emmanuel Macron a réitéré son opposition aux pourparlers jeudi, déclarant aux journalistes que les troupes françaises ne mèneraient pas d’opérations conjointes avec des pays qui « décident de négocier avec des groupes qui … tirent sur nos enfants ».

Pourtant, des signes timides indiquent que la sensibilisation pourrait contribuer à endiguer les effusions de sang dans les localités où elles se produisent.

Les données recueillies par le Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED), basé aux États-Unis, pour les régions du Nord, du Sahel et de la Boucle de Mouhoun, montrent une réduction significative du nombre de décès liés au conflit, bien que d’autres facteurs, notamment les récentes offensives militaires, aient pu jouer un rôle.

Dans le Nord, le nombre de décès dus aux batailles et aux violences contre les civils est passé de 65 au premier trimestre 2020 à 26 au premier trimestre 2021. Au Sahel, ils sont passés de 487 à 191 et dans la Boucle de Mouhoun, de 66 à zéro.

Mahamadou Sawadogo, chercheur sur les questions de sécurité et ancien gendarme burkinabé, a déclaré que ces trêves avaient conduit à un apaisement de la violence, mais a averti que leur portée était limitée à des localités spécifiques.

L’attaque des 4 et 5 juin contre le village de Solhan, près de la frontière avec le Niger, qui a fait au moins 132 morts, a souligné à quel point la région reste dangereuse. Le village n’était pas connu pour avoir négocié un accord avec les djihadistes.

À Thiou, situé sur une étendue de broussailles arides à environ 20 km de la frontière malienne, Diallo et d’autres ont conclu une trêve en février avec des militants qui affirment être liés à la branche régionale d’Al-Qaïda, le JNIM.

Le commerce circule à nouveau librement et des milliers de personnes déplacées sont rentrées chez elles, selon M. Diallo.

Idrissa Diallo, un restaurateur de la ville qui n’a aucun lien de parenté avec Djibril Diallo mais partage un nom de famille commun aux Fulanis, a fui en Côte d’Ivoire en 2019 après que les djihadistes ont commencé à s’affronter aux groupes d’autodéfense locaux.

Il est rentré chez lui à la suite des pourparlers.

« Le calme est revenu », a-t-il dit, en déplaçant de petits morceaux de viande et d’oignons sur des charbons ardents. « J’ai commencé à travailler un peu, et il y a beaucoup de clients qui viennent ».

RÉUNIONS SECRÈTES

Les premières réunions ont eu lieu en décembre dans le secret d’une forêt à l’extérieur de Thiou, dans la région du Nord du Burkina Faso, selon le maire adjoint Ouedraogo.

Elles ont été organisées par M. Ouedraogo, qui dit avoir gardé le contact avec certaines personnes ayant rejoint les militants. Il était accompagné du chef d’un groupe de combattants volontaires soutenus par l’armée et opposés aux djihadistes.

« Au début des négociations, ce n’était pas du tout facile », se souvient Ouedraogo. « Les djihadistes sont arrivés avec beaucoup d’armes ».

Ils se sont rencontrés sept fois avant que les deux parties n’acceptent des pourparlers plus formels. Ouedraogo a informé le maire, les chefs de village et Diallo, une figure autoritaire parmi les bergers peuls que les djihadistes considéraient comme un interlocuteur digne de ce nom bien qu’ils l’aient menacé.

Diallo s’est joint au processus et, après une autre réunion, les djihadistes ont fait un rapport à leurs supérieurs, a-t-il dit.

Le maire de Thiou a informé le gouverneur régional, nommé par le gouvernement fédéral, selon Diallo et deux autres personnes qui ont participé aux discussions mais ont demandé à ne pas être nommées.

Le maire s’est refusé à tout commentaire lorsqu’il a été interrogé sur les contacts, et le gouverneur n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Un porte-parole du gouvernement a déclaré que les négociations étaient une initiative locale et a refusé de répondre à des questions spécifiques.

Puis, en février, environ 400 combattants djihadistes, dont certains du Mali où est basée la puissante branche JNIM d’Al-Qaïda, sont venus sceller la paix, a indiqué M. Ouedraogo.

La principale condition des djihadistes était que les combattants volontaires, que les djihadistes accusaient de voler des motos et du bétail et de tuer des civils soupçonnés de sympathiser avec les islamistes, cessent leurs patrouilles.

Les négociateurs ont accepté et ont permis aux djihadistes et aux membres de leur famille de faire du commerce au marché et de recevoir des soins médicaux en ville, selon Ouedraogo et Diallo.

Les djihadistes ont promis de cesser leurs attaques et de lever les blocus.

OPPOSITION FRANÇAISE

Les autorités ont été contraintes par l’opposition française à négocier avec les militants, a déclaré une source impliquée dans les pourparlers au Burkina Faso et au Mali, ajoutant que le temps était compté alors que les contacts avec les militants semblaient porter leurs fruits.

Lors d’une conférence de presse jeudi où il a annoncé que la France mettrait fin à son opération militaire au Sahel et incorporerait ses forces dans une campagne internationale plus large, Macron a menacé de ne plus travailler avec les pays qui négocient avec les djihadistes.

« Je ne sais pas comment expliquer aux parents d’un soldat français tombé sur le champ de bataille que je renvoie ses frères d’armes se battre aux côtés d’une armée qui a décidé de négocier avec ses assaillants », a déclaré Macron.

Dénonçant l' »ambiguïté » sur la question, M. Macron a déclaré qu’une condition pour que la France reprenne les opérations militaires conjointes avec l’armée malienne – suspendues après un coup d’État le mois dernier – serait que les Maliens s’engagent à ne pas négocier avec les militants.

Les dirigeants maliens ont publiquement approuvé l’idée de pourparlers, mais ils ont gardé le silence sur les mesures concrètes prises pour poursuivre les négociations.

Dans le cercle de Niono, dans le centre du Mali, des représentants du Haut Conseil islamique (HCI), la principale instance musulmane du pays, ont mené des négociations au début de l’année avec des militants liés à Al-Qaïda, qui ont abouti à un accord de paix en mars, a déclaré Bocary Diallo, l’un des négociateurs du HCI.

M. Diallo a déclaré que l’organisation avait reçu le feu vert lors d’une réunion à laquelle participaient des chefs religieux et quatre ministres du gouvernement, mais que ce dernier n’avait jamais officiellement donné son accord.

La présidence du Mali et le ministère de la Réconciliation nationale n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Reuters, 11 juin 2021

Etiquettes : Sahel, Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger, Afrique de l’Ouest, France, Barkhane,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire