Reuters : Avec les élections, les dirigeants algériens visent le retour à l’ordre établi

Le président algérien et les généraux qui le soutiennent espèrent que les élections législatives de samedi marqueront la fin de deux années de bouleversements, mais dans les rues escarpées et sinueuses de la capitale, peu de gens semblent enthousiastes.

Alors que des milliers de candidats ont rassemblé leurs partisans lors de la campagne officielle pour une élection que les partis islamistes modérés espèrent remporter, la faible participation aux récents scrutins nationaux a souligné le scepticisme de la population à l’égard du processus.

« Je ne voterai pas parce que rien ne changera. Rien du tout », a déclaré Khadidja, une femme portant un masque et un foulard rose, près d’un mur couvert d’affiches électorales.

Le vote intervient quelques semaines après que les forces de sécurité ont écrasé les dernières manifestations d’un mouvement de protestation de masse qui a éclaté en 2019, forçant le président vétéran Abdelaziz Bouteflika à quitter ses fonctions et suscitant des promesses officielles de changement.

Derrière les manœuvres politiques et l’agitation publique se profile une économie d’État largement fermée. Les réserves de devises étrangères ont chuté de 80 % depuis 2013, en raison de la baisse des recettes énergétiques, poussant les finances de l’État vers le désastre.

Tout effondrement économique en Algérie, une puissance militaire régionale, le plus grand pays d’Afrique et avec un long littoral méditerranéen, pourrait mettre en danger la stabilité au-delà de ses propres côtes.

Bien que le remplaçant de Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune, ait été élu président en 2019 et qu’une constitution modifiée ait été approuvée par référendum l’année dernière, de nombreux Algériens pensent que l’establishment sécuritaire et militaire conserve toujours le pouvoir réel.

L’establishment pense que le remplacement de l’ancien président, du parlement et de la constitution, associé à l’emprisonnement de nombreux copains de Bouteflika, est le meilleur moyen de mettre fin à la plus grande crise depuis des décennies, a déclaré un ancien haut fonctionnaire.

« L’élection est un autre effort pour gagner une certaine légitimité populaire dans le but de construire une nouvelle carte politique », a déclaré Abdelhak Bensadi, professeur de sciences politiques à l’université d’Alger.

Les partisans du Hirak, mouvement de protestation sans leader, soulignent la répression croissante de la dissidence par les forces de sécurité et considèrent l’élection de samedi comme une mascarade. Ils souhaitent une purge plus complète de l’élite dirigeante et que l’armée quitte la politique.

Ils ont également boycotté l’élection de Tebboune, dont le taux de participation officiellement enregistré n’était que de 40 %, et le référendum de l’année dernière qui n’a amené qu’un quart des électeurs aux urnes.

BOYCOT

« Un parlement élu par le peuple garantit la sortie du pays des scénarios précédents », a déclaré cette semaine le chef de l’autorité électorale, Mohamed Chorfi.

Pour encourager un plus grand engagement, Tebboune a exhorté les jeunes à concourir pour les sièges parlementaires et le gouvernement a donné 2 255 dollars à chaque candidat de moins de 40 ans pour les frais de propagande électorale.

À la suite des manifestations du Hirak, les vieux partis établis qui ont longtemps dominé la politique algérienne pourraient avoir du mal à conserver leurs électeurs.

Les partisans du Hirak étant susceptibles de boycotter le scrutin, la voie est libre pour les autres partis. Les groupes islamistes modérés espèrent que cela leur permettra d’obtenir une majorité de sièges et de s’assurer un rôle dans le prochain gouvernement de Tebboune.

« J’ai décidé de rester et de travailler dur pour changer le système politique », a déclaré Zakaria Cherfaoui, candidat du parti islamiste al-Adala.

Le nouveau gouvernement et le nouveau parlement seront confrontés à une série de défis immédiats après des années d’échec dans la diversification de l’économie, qui ne dépend plus de la chute des ventes de pétrole et de gaz.

Les nouvelles lois visant à encourager les investissements et à inverser le déclin du secteur de l’énergie ont eu du mal à avoir un quelconque impact, tandis qu’un carrousel de ministres en perpétuel changement entrait et sortait du bureau.

Les efforts de Bouteflika pour stimuler le secteur privé n’ont fait que renforcer la corruption rampante qui a contribué à alimenter les manifestations du Hirak. Entre-temps, toute tentative de stabiliser les dépenses de l’État en réduisant les avantages sociaux excessifs pourrait déclencher une nouvelle vague d’agitation populaire.

Reuters : Algérie, élections législatives, 12 juin 2021, armée, ANP,

1 Rétrolien / Ping

  1. Algérie : L’enjeu d’un scrutin singulier - Maghreb Online

Les commentaires sont fermés.