Maroc : Benyaich, la « sœur espagnole » de Mohamed VI.

L’ambassadrice Karima Benyaich Millán, la « sœur espagnole » de Mohamed VI.

Avec une mère originaire de Grenade et un père marocain doué pour le chant flamenco, le diplomate a été au cœur de la crise avec Rabat.

Son père avait duende. Marocain mais avec une voix pour le cante jondo digne d’accompagner le grand José Menese. Sa mère, de Grenade, de l’Albaicín. Fadel Beyaich et Carmen Millán se sont rencontrés dans la ville de l’Alhambra. Le Marocain fréquentait la Peña la Platería et étudiait la médecine. Fadel et Carmen tombent amoureux et luttent contre les reproches de sa famille très traditionnelle. À Tetuan, ils se sont mariés. Karima Benyaich Millán, ambassadrice du Maroc en Espagne en ce moment critique pour les relations entre les deux pays, est la sœur espagnole de Mohamed VI.

Sa phrase, « il y a des actes qui ont des conséquences et il faut les assumer », en relation avec l’accueil temporaire en Espagne pour assister le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, pour cause de maladie, rend claire la tension entre Rabat et Madrid. Benyaich a été convoqué pour des consultations le 18 mai et se trouve toujours au Maroc, sans date de retour imminente. Le leader sahraoui est à Alger depuis la nuit du 1er juin.

L’actuel roi du Maroc et les deux enfants de Fadel Benyaich et Carmen Millan ont grandi ensemble. Un malheur a marqué la vie du couple hispano-marocain. Le 10 juillet 1971, la vie de Karima Beyaich Millán a été bouleversée.

C’était le 50e anniversaire de la tentative de coup d’État contre Hassan II. Le roi a survécu à la tentative, qui a eu lieu le jour de son 42e anniversaire. Mais le père de Karima, Fadel, le médecin du roi, est mort. Karima avait alors 10 ans. Son jeune frère Fadel Mohamed avait neuf ans.

« Malheureusement, j’avais dix ans quand mon père est mort. Il avait beaucoup de rêves pour sa ville, Tétouan, où il avait passé toute sa vie. Je suis heureuse de contribuer un peu maintenant », disait-elle en 2011 lors de sa venue dans sa ville natale pour un festival Women’s Voices.

Le roi avait organisé une grande fête dans un hôtel de luxe à Sijrat. Des militaires ont pris d’assaut le lieu mais le roi lui a sauvé la vie. Il a pu se cacher dans les toilettes. Le père de Karima et de Fadel est tombé lors de la fusillade sur la plage. Après cette tentative de coup d’État, Hassan II punit d’une main de fer toute velléité de dissidence.

Les Benyaichs à la cour de Hassan II

Après la mort du patriarche, Carmen Millán, l’épouse de Fadel, originaire de Grenade, et ses enfants, dont Karima, font partie de la cour. Les relations avec Hassan II et ses enfants sont devenues aussi étroites que si elles étaient familiales. Karima est une amie proche des sœurs du roi Mohammed VI, notamment de Lalla Hana. Karima et son frère Fadel ont fait leurs études au Royal College. Ils font partie de la cour.

Preuve du traitement dont bénéficient les Benyaich, leur frère Fadel Mohamed a d’abord été ambassadeur en Espagne, puis Karima lui a succédé, après presque une décennie comme ambassadeur à Lisbonne. Karima est la première femme à représenter le Royaume du Maroc en Espagne.

Karima Benyaich Millán (Tetuán, 1961), de nationalité espagnole, est encore ambassadrice du Royaume du Maroc dans notre pays, bien que l’on ne sache pas si elle y retournera. La récente crise, qui s’est concentrée à Ceuta, a laissé les relations entre Rabat et Madrid en mauvais état.

« Les conséquences » auxquelles l’ambassadeur a fait allusion ont conduit à l’arrivée de quelque 8 000 migrants à Ceuta en un seul jour, lorsque le Maroc a ouvert ses portes du jour au lendemain. Tous sont maintenant rentrés, sauf les mineurs, qui ne peuvent être expulsés.

Après ce jour où les Marocains et les Subsahariens ont gagné Ceuta à la nage, l’ambassadeur Benyaich a dû se rendre d’urgence au Palais de Santa Cruz. Elle y a rencontré la ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha González Laya. Ce n’était pas la première fois. En 2020, elle a déjà dû comparaître devant Laya pour des déclarations dans lesquelles elle soutenait que Ceuta et Melilla étaient aussi marocaines que le Sahara.

C’est d’ailleurs ce que soutient son frère, le roi Mohammed VI. Il est rare que Karima Benyaich dise quelque chose qui exprime la volonté du palais, car elle fait partie de la cour du roi actuel. L’héritier, Moulay Hassan, penche cependant pour sa mère, Lalla Salma, séparée du monarque, mais qui possède encore une grande ascendance grâce à son premier-né. Il vient d’avoir 18 ans.

Cette tension actuelle entre le gouvernement des socialistes et de Podemos et le royaume alaouite contraste avec les premiers jours du gouvernement Sanchez, où l’on commémorait les vingt ans de l’accession au trône de Mohammed VI.

Lors de la fête à l’ambassade, Karima Benyaich Millán a reçu avec une grande hospitalité les ministres encore en exercice, Fernando Grande-Marlaska, de l’Intérieur, Dolores Delgado, alors à la tête de la Justice, la vice-présidente Carmen Calvo, ou encore Josep Borrell, actuel Haut représentant pour la politique étrangère et la sécurité de l’UE, accompagné de son épouse, la sénatrice Cristina Narbona.

« Ces photos ont beaucoup d’importance car elles indiquent qui sont les favoris du régime. C’étaient les amis du Maroc. Lorsque le PP était au pouvoir, ils étaient les socialistes », déclare le journaliste marocain Ali Lmrabet. Parmi les politiciens populaires qui étaient également présents, on peut citer Ana Pastor, par exemple.

De sa vie avant son rôle diplomatique en Espagne, on sait qu’après avoir fait ses études à l’étranger (il a obtenu une maîtrise en économie à Montréal), puis approfondi ses études en commerce et finances internationales, sa thèse portait sur « l’impact de l’intégration de l’Espagne et du Portugal dans la Communauté européenne sur l’économie marocaine ».

À son retour au Maroc, il a occupé plusieurs postes liés à la coopération culturelle et scientifique au ministère des affaires étrangères. Il a représenté le Maroc au Conseil permanent de la Francophonie. Lorsque le Comité Averroès a été créé, à la fin du mandat de Felipe Gonzalez, en 1996, Karima Benyaich était présente.

Au sein du Comité Averroès, Karima Benyaich était la voix du régime. Elle était aussi le censeur en chef. » ALI LMRABET, JOURNALISTE

« Elle était la voix du régime dans ce comité. L’objectif était de renforcer les relations entre les deux pays. Mais elle était aussi le censeur en chef », explique Ali Lrmabet, qui a été diplomate avant de devenir journaliste. Et il fait allusion à la façon dont il a empêché que son cas soit traité. En mai 2003, Lrmabet a été condamné pour ses articles sur le roi. Après une sévère grève de la faim, il a été gracié.

Dans le Comité Averroès, Karima Benyaich a coïncidé avec l’arabisant Bernabé Lopez. « Il a dirigé la partie marocaine du Comité Averroès. Aznar a dû l’appliquer après l’accord entre Gonzalez et Hassan II. Il craignait que ce soit un cadeau empoisonné, mais dans un premier temps, il a bien fonctionné. L’objectif était d’améliorer les relations culturelles. Après Perejil, tout s’est écroulé. Et dans la deuxième étape, avec Zapatero et Moratinos, l’expérience que j’ai est négative. S’il y avait des problèmes, ils étaient évités ».

Origine espagnole, tendance française

Ceux qui la connaissent notent qu’elle ne parle pas l’espagnol avec un accent andalou, mais avec un léger accent français. On dit même qu’elle est actuellement en couple avec un homme d’affaires français. Elle était mariée à l’homme d’affaires Nasser Bouzza, mais ils sont séparés.

Bernabé López, originaire de Grenade, se souvient que le père de Karima « chantait comme un ange ». Il a eu la chance de l’écouter avec José Menese en 1965, mais il ne connaissait pas alors sa position à la cour du Maroc.

Avec les frères Benyaich, qui sont la voix de leur maître, il n’y a pas eu le moindre rapprochement sur le plan culturel ». BERNABÉ LÓPEZ, ARABISTE

L’arabisant ne cache pas sa frustration à l’égard des fils de l’elfe médecin marocain. « Avec les frères Benyaich, qui sont la voix de leur maître, il n’y a pas eu le moindre rapprochement sur le plan culturel, ce qu’il y avait dans les étapes précédentes. Le meilleur ambassadeur était Omar Azziman, qui était à Madrid entre 2004 et 2010. Maintenant, il est conseiller du roi. A son époque, il y a eu un rapprochement des cultures. Un des éléments qui échoue dans la relation avec le Maroc est l’imaginaire, cette vaseline intellectuelle que fournit la culture ».

Bernabé López regrette que dans la récente crise « toute la misère de l’autre » ait été mise en lumière. L’ignorance et les préjugés règnent des deux côtés.

El Independiente, 05 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Karima Benyaich, Makhzen, Hassan II, Mohammed VI,