L’UE accuse le Maroc de « chantage », une première

Les bras de fer diplomatiques gagnés par le Maroc

Rabat a maintenu des tensions avec la France, les États-Unis et la Suède. Elle a utilisé divers moyens de pression pour imposer sa volonté.

FRANCISCO PEREGIL

Depuis des mois, le Maroc mène un combat diplomatique avec l’Allemagne et surtout contre l’Espagne au sujet du Sahara occidental. En mars, elle a suspendu ses contacts avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat et en mai, elle a retiré son ambassadeur de Berlin. L’Espagne et l’Allemagne se sont montrées favorables à la recherche d’une solution au conflit du Sahara « mutuellement acceptable » pour les parties et dans le cadre de l’ONU. Mais cette réponse ne satisfait pas Rabat.

En principe, le Maroc semble être la partie la plus faible dans la crise. Cependant, le Palais Royal, qui est en charge de sa politique diplomatique, s’est habitué ces dernières années à mener des batailles importantes sur la scène internationale. Et elle les a presque toutes remportées, à l’exception de l’assaut de l’île espagnole de Perejil en 2002. Voici quelques-unes de ces séries.

Contre l’Espagne. En août 2018, Rabat a fermé le poste de douane commercial de Beni Enzar, à la frontière avec Melilla, sans la moindre protestation de Madrid. En juin 2020, le roi et la reine d’Espagne ont visité toutes les communautés du pays après l’état d’alerte, à l’exception des villes autonomes de Ceuta et Melilla, afin que le voisin du sud, qui les considère comme des « presidios occupés », ne se sente pas lésé. En janvier de la même année, le Maroc a validé deux lois pour étendre la délimitation de ses eaux territoriales. Sur toutes ces questions, la diplomatie espagnole se limite à assurer que les relations sont excellentes.

Le dernier en date a été l’arrivée de 8 000 migrants nageant vers Ceuta. Une source connaissant le Maroc, qui préfère rester anonyme, a déclaré : « Rabat a fait une erreur avec ce différend. Les investissements que certaines grandes entreprises de l’Ibex envisageaient de réaliser ont déjà été perdus. Et il semble que Rabat ait assumé ce coût ».

Contre les États-Unis. En avril 2013, sous la présidence de Barack Obama, la délégation américaine aux Nations unies a tenté d’intégrer un système de surveillance des droits de l’homme dans la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso). Le monarque a ensuite ordonné l’annulation des manœuvres militaires conjointes avec les États-Unis, connues sous le nom d’African Lion, prévues pour le mois d’avril dans le nord du Sahara occidental. La fin de la crise est mise en scène sept mois plus tard, avec la réception de Mohammed VI à la Maison Blanche. Ironiquement, le soutien du Maroc par la France et… l’Espagne a été décisif dans sa lutte contre Washington.

Samir Bennis, fondateur du site web Morocco World News, qui diffuse habituellement des nouvelles positives en anglais pour l’image du pays, estime que la « forte projection politique » du Maroc est liée à l’importance qu’il joue dans la sécurité « non seulement de l’Union européenne », mais du monde en général ; dans l’émigration irrégulière, le trafic de drogue ou le terrorisme.

Bennis, qui travaille comme conseiller marocain aux Etats-Unis pour un pays du Golfe, estime que ce que l’Espagne n’a pas compris, c’est que les Etats-Unis ont besoin du Maroc pour renforcer leur position en Afrique. Et il prédit que son influence diplomatique sera encore plus déterminante à l’avenir, grâce au « rôle économique croissant » promu en Afrique subsaharienne par Mohammed VI au cours des deux dernières décennies. Ce conseiller marocain rappelle que le pays possède 70% des réserves mondiales de phosphate et qu’il est le premier exportateur de cette matière, un engrais agricole essentiel. Il prédit qu’avec la croissance de la population mondiale dans les prochaines décennies, « le Maroc sera au monde ce que l’Arabie saoudite a été au pétrole ».

Contre la RASD et son grand protecteur, l’Algérie. Le Maroc a réussi à obtenir de l’ONU qu’elle efface le mot référendum de ses résolutions depuis qu’il a présenté sa proposition d’autonomie pour le Sahara Occidental en 2007. Chaque bataille gagnée à l’ONU est une victoire sur l’Algérie, puisque c’est elle qui défend les intérêts de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui n’est pas reconnue comme un État indépendant par les Nations unies. Cependant, la RASD a également un allié clé au sein de l’ONU, à savoir l’Afrique du Sud … .

Haizam Amirah Fernández, chercheur à l’Institut royal Elcano, se demande si toutes ces crises ont abouti à une victoire du Maroc. « Ces conflits ont-ils apporté au Maroc ce à quoi il aspire vraiment, à savoir la reconnaissance mondiale de sa souveraineté sur le Sahara ? Amirah Fernandez conclut : « Quatre des cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU ne reconnaissent toujours pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Aujourd’hui, il ne semble pas que la décision de Donald Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara ait été un tournant. Et en retour, tous ces bras de fer dans lesquels le Maroc a joué les durs ont laissé un arrière-goût qui ne profite pas à son image de partenaire ».

Contre la France. Mohamed VI a suspendu la coopération sécuritaire avec la France lorsque le policier le plus puissant du pays, Abdelatif Hamuchi, était sur le point d’être poursuivi à Paris, accusé de torture. Ce février 2014, quatre agents de la police judiciaire française se sont rendus à la résidence de l’ambassadeur du Maroc à Paris. La France a fini par annoncer qu’elle décorait Hamuchi de l’ordre d’officier de la Légion d’honneur après avoir subi une année de black-out médiatique sur le terrorisme. Hamuchi n’a plus jamais été accusé de torture. Trois mois plus tard, l’Assemblée nationale a approuvé un accord selon lequel les plaintes déposées en France contre des ressortissants marocains accusés d’avoir commis des crimes au Maroc seraient envoyées « en priorité » à Rabat, même si les victimes étaient françaises.

Khadija Mohsen-Finan, professeur à l’université de Paris 1 et spécialiste du Maghreb, estime que le grand avantage du Maroc est que ni l’ONU ni l’UE ne condamnent ses violations des droits de l’homme. Elle ajoute que le comportement « impuni » de Rabat n’est pas sans rappeler celui d’Israël. « Maintenant que les deux pays ont normalisé leurs relations, ils se soutiennent mutuellement. Ils se moquent tous deux du droit international. Le professeur estime que dans le cas de l’Union européenne, cette « impunité » est flagrante. « Malgré le fait que la Cour de Strasbourg ait déclaré [en 2018] que le Sahara occidental n’appartient pas au Maroc, l’UE a renégocié l’accord de pêche avec Rabat [en 2019] et lui a accordé de meilleures conditions. »

Contre la Suède. En septembre 2015, le gouvernement civil de Casablanca a stoppé l’ouverture du magasin de meubles Ikea à la périphérie de la ville – son premier magasin au Maghreb, avec 27 000 mètres carrés et un investissement de 40 millions d’euros – sous prétexte que l’entreprise suédoise ne disposait pas d’un « certificat de conformité ». Cependant, la véritable raison était que le gouvernement social-démocrate suédois envisageait de reconnaître la République arabe sahraouie démocratique (RASD) comme un État.

Après presque trois mois de boycott, le gouvernement suédois a retiré son projet de soutien à la RASD. La « reconnaissance » de l’indépendance du Sahara « n’aiderait pas le processus ». La situation du Sahara Occidental diffère de celle d’autres Etats que la Suède a reconnu dans le passé », a déclaré à l’époque la ministre suédoise des affaires étrangères, Margo Wallström. Le magasin Ikea a été ouvert à Casablanca.

Toutes les procédures judiciaires que le Maroc a gagnées ont duré des mois : trois mois dans le cas de la Suède et un an dans le cas de la France. Mais aucun d’entre eux n’a déclenché une campagne de dénigrement internationale comme celle que Rabat a subie après l’arrivée de 8 000 immigrants illégaux à Ceuta, dont de nombreux mineurs. Les autorités marocaines n’avaient pas non plus été ouvertement accusées avec le mot qui a toujours flotté dans l’air et qu’aucun politicien en Occident n’a osé prononcer : chantage.

El Pais, 07 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Allemagne, Sahara Occidental, Ceuta, Union Européenne, UE, chantage,