Le banc de pêche du Sahara occidental

Les négociations des accords de pêche avec les pays propriétaires des richesses halieutiques sont toujours complexes et très délicates, car elles impliquent des facteurs transversaux qui vont au-delà de la négociation elle-même ; et s’il y a aussi deux peuples qui revendiquent le même territoire, où l’un d’eux est plus puissant économiquement, militairement et politiquement que l’autre, et si les institutions supranationales – pas les institutions juridiques – soutiennent ce dernier, nous serons face à un équilibre très instable de la validité de l’accord signé.

Nous faisons référence à l’accord de pêche signé entre l’UE et le Royaume du Maroc, ratifié par le Parlement européen le 12 février 2019, dans lequel la région du Sahara occidental est incluse, la Chambre refusant de demander à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) un avis sur l’inclusion dans l’accord des eaux du Sahara occidental.

Il convient de noter que cette Cour a déjà statué en 2016 qu’aucun accord commercial ne peut inclure le Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui. Le conflit collatéral est servi sur une assiette.

De plus, l’ONU (à la fois l’Assemblée Générale et le Conseil de Sécurité) a passé des dizaines et des dizaines de résolutions sur le Sahara Occidental, reconnaissant à plusieurs reprises le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et exigeant du Maroc qu’il quitte un territoire qui ne lui appartient pas et sur lequel il ne détient aucun titre de souveraineté.

Les négociations de l’accord de pêche se déroulent d’abord entre l’Espagne et le Maroc, puis entre l’UE et le pays d’Afrique du Nord, qui reçoit pour cet accord environ 55 millions d’euros par an et exige un certain nombre de conditions telles que : qu’un certain nombre de prises soient débarquées dans les ports marocains (pour ne pas les y vendre), l’embarquement de marins marocains, etc. En d’autres termes, nous voyons comment l’un des acteurs de la situation complexe du Sahara Occidental est exclu de certains avantages.

L’Union européenne et en particulier l’Espagne, qui est la puissance administrante du Sahara Occidental, selon l’article 73 de la Charte des Nations Unies, et qui est donc un acteur clé dans le scellement d’un des conflits latents dans notre histoire récente depuis plus de 45 ans, regardent ailleurs et sont complices d’une situation de plus en plus figée, avec une ingérence internationale de plus en plus profonde.

Ce problème qui n’a pas été résolu et qui, avec le temps, affecte de plus en plus les relations diplomatiques avec d’autres pays, est négatif pour l’Espagne, un pays avec une longue tradition de pêche où ce secteur génère environ 20% de la production totale de l’UE ; ce qui signifie en 2020 un volume d’extraction d’environ 890.000 tonnes entre les poissons et les fruits de mer, avec un chiffre d’affaires global de 2.050 millions d’euros et avec une génération d’emplois entre les emplois directs et indirects près de 350.000 emplois. Elle doit donc agir en tant qu’administrateur de pays, comme le dit l’organisation internationale des Nations unies, car tôt ou tard, ces deux peuples actuellement belliqueux parviendront à une sorte d’accord. Il est clair qu’opter pour l’un d’entre eux, comme c’est le cas actuellement, pourrait avoir de graves conséquences pour les intérêts commerciaux et économiques espagnols à l’avenir. La réalité sahraouie est là et tôt ou tard, elle finira par participer aux négociations de cet accord de pêche.

BREF RAPPEL HISTORIQUE

Le dernier territoire que l’Espagne a cédé au Maroc est Sidi-Ifni, en 1969, en échange d’un accord de pêche substantiel qui donnait de grands avantages aux navires espagnols. Le Sahara occidental est resté, mais, en raison de la fameuse Marche verte de 1975, elle s’en est retirée sans reconnaître la souveraineté du Maroc, en attendant la tenue d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, qui malheureusement n’a pas eu lieu jusqu’à présent, et c’est là, entre autres raisons, que réside la complexité de la signature de l’accord de pêche avec le Maroc.

Un des dommages causés par la cession du banc de pêche du Sahara Occidental au Maroc a été la réduction de la flotte de pêche basée aux îles Canaries, qui avait augmenté entre 1975 et 1982, apportant un important boom économique, en particulier à Lanzarote et Tenerife, mais qui, après l’accord hispano-marocain de 1983, a commencé à décliner considérablement en raison de l’augmentation des restrictions que le pays alaouite exigeait pour pouvoir accéder à ses zones de pêche.

LE BANC DE PÊCHE CANARI-SAHARIEN

L’accord de pêche signé entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc couvre les eaux souveraines marocaines jusqu’à la limite sud à la latitude 27º 40′ et les eaux du banc canarien-saharien s’étendent du parallèle 27º 40′ à la frontière mauritanienne, mais, sur la base de l’accord signé, les navires de pêche européens qui pêchent dans le banc canarien-saharien ne sont pas autorisés à entrer dans les eaux du banc canarien-saharien, Les navires de pêche européens qui pêchent dans cette bande côtière paient leurs licences au Maroc, un fait inhabituel, alors qu’ils sont en fait sous l’administration et la responsabilité maritimes espagnoles, compte tenu du fait que les navires de pêche canariens ont toujours pêché au sud de ce parallèle.

Tous ces problèmes, qui ont traîné et deviennent de plus en plus difficiles en raison de la géopolitique des pays dans le contexte mondial, devraient faire penser aux représentants espagnols au Parlement européen qu’avec les négociations au Sahara Occidental il faut être prudent dans tout ce qui est signé.

Le Royaume du Maroc a très bien joué au fil des ans la politique internationale par laquelle il a annexé des territoires stratégiques et très riches en ressources comme le Sahara Occidental. S’il domine les eaux de ce territoire, il ne tardera pas à demander l’extension de son plateau continental à la montagne Tropic, qui abrite les plus grands gisements de tellurium au monde, ainsi que des minéraux riches en cobalt et en platine.

En raison de sa position stratégique, en raison de la pêche et parce que cette montagne tropicale est au-delà de 200 miles au sud des îles Canaries, l’Espagne ne peut pas manquer l’occasion d’avoir une influence au Sahara Occidental.

RAFAEL RODRIGUEZ VALERO
Je suis né à Gijón. J’ai étudié la spécialité des machines à l’école navale de La Corogne. Je suis ingénieur en chef de la marine marchande, docteur en marine civile de l’université de La Corogne, professeur d’université et commissaire aux dommages. J’ai occupé les postes académiques de directeur du département des énergies et de la propulsion marines, de membre du conseil d’administration de l’université de La Corogne et de membre du sénat de l’université de La Corogne. J’ai développé ma profession en tant qu’inspecteur du Lloyd’s Register of Shipping, inspecteur en chef d’une société de pêche au thon et directeur d’une coentreprise au Chili. J’ai occupé les postes politiques de directeur général de la marine marchande et de président de l’autorité portuaire de Ceuta.

Naucher Global, 06 juin 2021

Etiquettes : Sahara Occidental, Espagne, Maroc, accord de pêche, ressources halieutiques,