Le gaz algérien, le service « sanitaire » rendu au Polisario, le Maroc et Pedro Sánchez

Si le service rendu dans la « guérison » de Brahim Ghali à Logroño et l’affaire du gaz sont liées, elles n’ont encore été clarifiées par personne dans le gouvernement de Sánchez.

En octobre 2020, l’entreprise espagnole Naturgy et Sonatrach, la plus grande entreprise algérienne et contrôleur de gaz naturel, ont conclu un accord pour revoir les conditions commerciales des différents contrats de gaz existant entre les parties, comme l’a rapporté le président de l’entreprise espagnole, Francisco Reynés, à la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV).

Naturgy, l’ancien Gas Natural Fenosa et maintenant Naturgy Energy Group, S.A. (NEGSA), est une société espagnole spécialisée dans le secteur du gaz et de l’électricité, dont les sièges sont situés à Barcelone et à Madrid. Elle est considérée comme l’une des trois plus grandes entreprises du secteur de l’électricité en Espagne. Avec Endesa et Iberdrola, elle contrôle 90 % du marché de l’électricité et est étroitement liée au gaz naturel.

Comme l’a analysé le Libre Mercado, cet accord, qui a révisé les dispositions sur les prix, le volume et la durée, indique la volonté de Sonatrach et de Naturgy de prolonger leur partenariat à long terme initié il y a plusieurs décennies et montre la volonté des deux sociétés de consolider leur alliance stratégique et historique sur le long terme.

Au même moment, la visite officielle du gouvernement espagnol présidée par Pedro Sánchez lui-même en Algérie a coïncidé avec une réunion parallèle du président de Naturgy, Francisco Reynés, et du président-directeur général de Sonatrach, Toufik Hakkar.

L’accord sur ces modifications a renforcé l’alliance de Naturgy et Sonatrach, dont la relation d’affaires remonte à 1970 et qui se partagent la propriété du gazoduc Medgaz, qui relie les deux pays, avec 49% et 51%, respectivement.

La pandémie de covid-19 a durement touché le secteur pétrolier et gazier et l’Espagne a assuré l’approvisionnement en gaz algérien avec des ajustements à la baisse qui ont profité à la société espagnole en bourse.

Mais la question est de savoir si ces négociations ont inclus des gestes en faveur de l’allié de l’Algérie dans son conflit avec le Maroc, le Front Polisario. Après l’entrée illégale et secrète de Brahim Ghali en Espagne, le conflit entre l’Espagne et le Maroc est devenu visible, un conflit dans lequel, en plus d’autres facteurs connus, le renouvellement de la concession du gazoduc du Maghreb qui passe par le Maroc, nécessaire pour l’Espagne, bien que moins, et qui doit être renouvelé en octobre prochain, peut également être présent.

Aujourd’hui, le gaz algérien arrive également en Espagne via un autre gazoduc, appelé Medgaz, qui relie directement l’Espagne et l’Algérie. Naturgy a acheté du gaz à l’Algérie il y a deux ans pour 30.000 millions d’euros, mais a ensuite essayé de négocier un nouveau contrat en raison de la chute du gaz sur les marchés, réduisant l’achat à moins de 15.000 millions.

Le gazoduc algéro-espagnol ne plaît pas beaucoup au Maroc car il cesse de percevoir des « péages » pour le transport du gaz à travers son territoire. La construction d’une section de 200 kilomètres du gazoduc à travers l’Algérie à partir de la frontière algéro-marocaine rend presque inutile le passage du gaz par le Maroc, ce qui pourrait être une autre des causes du conflit. Il est dans l’intérêt de l’Espagne de maintenir les deux arrivées de gaz car la dépendance à l’égard d’un seul pays, en cas de conflit, pourrait être très dommageable.

Si le service rendu de  » soigner  » Brahim Ghali à Logroño et la question du gaz sont liées, elles n’ont encore été clarifiées par personne dans le gouvernement de Pedro Sánchez. Il est connu que ce type de négociations génère des commissions substantielles dont on n’a jamais entendu parler. Malgré tout, en janvier dernier, l’Espagne avait le prix du gaz naturel le plus cher de l’Union européenne.

Libertad Digital, 04 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Algérie, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali,