Bernabé López : « Le Maroc a montré le pire de lui-même ».

Selon Bernabé, un grand ami du Maroc, le royaume de Mohammed VI « a montré le pire de lui-même ».

Questionné par La Vanguardia sur la particularité de la dernière crise hispano-marocaine par rapport aux crises précédentes, Lopez a déclaré : « Nous sommes toujours dans le tunnel car l’épisode n’est pas encore terminé. Mais en remontant dans l’histoire, on a l’impression que c’est la plus grande crise depuis celle de Perejil en 2002. Comme par le passé, elle a répondu au malaise marocain face à certaines déclarations et certains gestes, mais cette réponse a été disproportionnée. Lâcher dix mille personnes comme ça pour entrer à Ceuta a attiré l’attention du monde entier. Sans aucun doute, elle a eu l’effet inverse de celui escompté. Il suffit de se rappeler l’éditorial du Monde . Ils ont donné l’image d’un pays auquel on ne peut pas faire confiance. Elle a montré le pire d’elle-même ».

Concernant la décision de Donald Trump a encouragé le Maroc, l’éminent Professeur honoraire de l’Université autonome de Madrid a estimé que « sans aucun doute, la décision du président Trump de reconnaître le Sahara comme un autre territoire du Maroc a créé un sentiment d’impunité chez eux et cela aide à comprendre l’enhardissement par rapport au point de vue de l’Espagne, une pression qu’ils ont également exercée sur l’UE. Il suffit de voir la suspension des relations avec l’Allemagne au début du mois de mars, également au sujet du Sahara. C’était déjà un avertissement de ce qui pourrait nous arriver ».

Pour lui, « l’objectif principal du Maroc était de souligner les ambiguïtés internationales sur le Sahara et de faire oublier ce qui ne l’intéresse pas : la solution réside dans un accord entre les parties. L’hospitalisation en Espagne de Brahim Gali est un prétexte qui leur va comme un gant. Mais ils ont été trop enhardis et ont donc agi ». « Leur deuxième erreur, à mon avis, est d’être allés trop loin dans la diabolisation du Front Polisario, qu’ils veulent assimiler à une organisation terroriste, alors qu’il s’agit de l’autre partie au conflit reconnue par les Nations unies. Il a fermé la porte à une solution », précise-t-il.

« La vérité, dit-il, est que depuis 2003 et le plan susmentionné, l’ONU a fait preuve d’une inaction et d’une passivité absolues. Elle se contente d’adopter des résolutions décaféinées, au grand bonheur du Maroc. On ne peut pas attendre grand chose des Nations Unies concernant l’avenir du Sahara, alors qu’elles ne sont même pas capables de nommer un représentant spécial. Nous verrons si cette crise l’incitera à repenser certaines choses ».

Lopez prévient contre une escalade. « Entre cette passivité de l’ONU et le soutien des USA, il n’est pas surprenant que Rabat agisse avec plus de belligérance », signale-t-il.

Bernabé Lopez estime que « le Maroc a été maladroit avec Ghali, qui a un profil gris et qu’on a élevé en le dénigrant au point d’en créer le profil d’un guérillero mythique. L’Algérie n’a pas tardé à l’exploiter ; il y a l’image de son président, entouré de soldats, lui rendant visite comme s’il était un héros. Je l’ai rencontré lorsqu’il était le représentant du Front Polisario à Madrid et il avait un profil plutôt discret. Il n’était certainement pas un chef de guerre. Cette initiative s’est retournée contre le Maroc ».

D’après Lopez, la reconnaissance officielle d’Israël a eu l’effet d’un « boomeang » . « C’est pourquoi, affirme-t-il, en guise de compensation, le gouvernement marocain a publiquement félicité le Hamas pour sa « victoire » à Gaza. La maison royale et son entourage, le pouvoir caché du Makhzen, s’est probablement tiré une balle dans le pied » car «  elle a mis en évidence les ambiguïtés avec Israël ».

A une question sur le silence de la France, Lopez a réponde : « Ce silence est significatif en soi. Il s’agit d’un changement par rapport aux crises précédentes, lorsque la France faisait clairement état de sa relation spéciale avec le Maroc. Cette fois, elle fait preuve de prudence. Depuis la présidence de François Hollande (2012-2017), la France exprime une volonté de s’entendre avec l’Algérie, ce qui met en colère le Maroc, qui craint de perdre son grand soutien. Les relations se sont également considérablement refroidies en 2014 après une tentative judiciaire de poursuivre l’homme fort de la sécurité, Abdellatif El Hammouchi, pour torture, ce qui a conduit à la suspension de la coopération sécuritaire, une question clé, pendant un an. Mais le poids du Maroc est si fort qu’un an plus tard, El Hammouchi a été décoré par l’Elysée ».

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali,