Algérie/ En vrac : Terreau machiste et femmes fraises !

Nous sommes à quelques encablures du scrutin législatif du 12 juin…Oh vivement, disent les populaces décontenancées par le burlesque de la campagne électorale des législatives . Et quelle campagne ! Après les visages sans visages de femmes qui s’envisagent députées, nous eûmes droit au nec plus ultra du folklore politique.

Un obscur chef de parti, a comparé les femmes candidates aux législatives, à des fraises fraîches.

«Dans nos listes du FGB ( nom de son parti), nous avons choisi des fraises sélectionnées. Ce sont de belles femmes ingénieures, médecins, mariées. Il y’a même des directrices ».

Fraises fraîches ou quand le grotesque s’essaye à l’humour politique.

Dans cette polysémie qui célèbre le machisme primaire , on retrouve la dimension et la place que donne l’homo algérianus à la femme.

Ne dit-on pas dans certaines contrées : « El M’ra hachak» ? Comme si le fait d’aborder l’élément féminin mène à la honte voire à la répugnance.

Femmes…fraises fraîches…Terreau machiste, et vocabulaire stigmatisant la femme, dans un spectre politique envahi par de dégradantes allégories.

« El Hassnaouates » de notre parti , a terminé le macho chef de parti. Connotations qui puent le rabaissement . Et où l’allusion à la femme, quelles que soit les circonstances, n’est jamais innocente.

« El M’ra » dit l’algérien de sa seconde moitié comme pour nommer une ombre voire une apparition.

La femme…dans l’imaginaire collectif des algériens était déjà un fantôme. Elle devient matière évanescente, hypothétique et faire-valoir dès que l’on se permet le luxe de l’estampiller femme politique. « Femmes je vous aime », dit le chanteur. « Femmes , je vous hais » semblent dire les algériens à celles, qui sont leurs sœurs , leurs femmes , leurs mères.

La femme algérienne , partie privative du « mec redjla » n’a pas fini d’apprécier le rétrécissement de sa surface vitale.

La Nation, 06 juin 2021

Etiquettes : Algérie, femme, machisme, macho, FGB, campagne électorale, élections législatives,