Déclarations de Tebboune sur le Maroc : Le Makhzen dans tous ses états

LES DÉCLARATIONS DU PRÉSIDENT TEBBOUNE SUR LE MAROC ONT FAIT JASER SES MÉDIAS : Le Makhzen dans tous ses états

Les déclarations du président Tebboune au magazine hebdomadaire français, Le Point, à propos de l’attitude du Maroc vis-à-vis du Sahara occidental, la question des frontières entre les deux pays ainsi que les tensions dans la région, ont fait mouche chez notre voisin immédiat. Preuve en est, l’emballement médiatique de la presse du Makhzen, qui s’est lâchée à son corps défendant contre l’Algérie et son Président. comme si les deux derniers affronts infligés à Rabat, à travers le non-lieu prononcé par la justice espagnole à l’égard du président Ghali et l’exclusion, par l’armée US, d’opérer les manœuvres « African Lion 2021 » dans une partie du territoire sahraoui occupé, n’ont pas suffi, il n’en fallait pas plus à ce propos pour provoquer un séisme dans la maison alaouite. Sinon comment expliquer le déchaînement violent de la presse du Makhzen contre le président de la République, dont le « seul tort » est d’avoir qualifié la monarchie -qu’ il distingue du peuple marocain frère- d’agresseur à l’égard de l’Algérie ?

Au-delà de l’agression des Sahraouis dans leur territoire occupé, à laquelle avait assisté la communauté internationale le 13 novembre 2020, avec toutes les implications de la violation du cessez-le-feu sur le droit international et la stabilité dans la région, le Maroc n’était pas moins agressif vis-à-vis de l’Algérie. À la traditionnelle « guerre du kif », dont des tonnes de cannabis sont déversées au travers des confins de l’ouest, ô combien périlleux à la société juvénile nationale, le Makhzen opère une nouvelle stratégie consistant à inonder l’Algérie en fausse monnaie dans le but de porter préjudice à son économie. C’est sans compter la campagne médiatique hostile, comme celle que venaient d’enclencher les médias du Makhzen, contre le pays qui reste intraitable sur les questions de décolonisation. Peut-on, dans ses conditions, aspirer à une réouverture des frontières- fermées depuis 1994 sur décision de l’Algérie après les accusations marocaines de terrorisme ? L’Algérie dit « non ! » C’est ainsi qu’à la question de savoir s’il y a à craindre « un conflit armé dans la région » et sur « l’avenir pour l’UMA avec des générations d’Algériens et de Marocains qui ne se connaissent pas », le Président ne pense pas moins que la balle est dans le camp marocain, et que dans cette relation, « le rôle honorable revient à l’Algérie ». En sus, le chef de l’État dit clairement que cette rupture des frontières concerne le régime royal et non pas le peuple marocain, dont l’estime auprès de son frère algérien n’est plus à démontrer.

Quant à l’Algérie, de par la longue histoire dont la plus récente est la Guerre de libération nationale, qui a forgé sa politique étrangère, elle ne peut en aucun cas attenter à l’intégrité territoriale de ses voisins, le Maroc y compris. Dans ses propos, et à vrai dire, ce n’est pas le fait pour le chef de l’État de dire que l’Algérie « n’agressera jamais son voisin », mais seulement de « riposter » si elle est attaquée, qui dérange tant le Makhzen. Par contre, le fait de considérer les rapports de force dans la région en faveur de l’Algérie fait grincer des dents le palais de Rabat. Autre déclaration qui n’en a pas moins fait mal au Makhzen, le fait de rétablir certaines vérités au sujet du dossier sahraoui. Interrogé à ce sujet, le président Tebboune a, là encore, remis les pendules à l’heure. Car, depuis la violation marocaine du cessez-le-feu suivie par l’épisode d’officialisation des relations Rabat-Tel-Aviv, « certains croient qu’avec l’ouverture de consulats [à Laâyoune et Dakhla, NDLR], le dossier du Sahara occidental est clos », estime le chef de l’État. Or, « ils se trompent », a-t-il affirmé, appelant le Maroc, directement visé, à « revenir rapidement » à la solution édictée par le droit international et des résolutions onusiennes.

Que vaux la reconnaissance de Trump ?

S’il est maintenant vrai qu’entre les deux pays, le Sahara occidental « a toujours été une pomme de discorde », les tensions ne peuvent déborder audelà de leur cadre diplomatique. Sur ce d’ailleurs, le chef de l’État invite le voisin immédiat à opter pour la raison. Autrement dit, accepter le fait que le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique qu’il est question de libérer. À ce moment là, le Maroc finira peut-être par croire que l’Algérie n’est pas son ennemi. En revanche, l’ennemi « c’est le sous-développement », et l’Algérie « est en train de se construire avec ou sans le Maroc. », conclu t-il.

Concernant la supposée reconnaissance de la marocanité du Sahara, le chef de l’Etat a porté un coup de grâce au régime qui a pactisé avec les sionistes en contre-partie du deal avec l’ancien président américain Trump. Ceci, après la levée de bouclier mondiale contre la décision du prédécesseur de Joe Biden. « Comment peut-on penser offrir à un monarque un territoire entier, avec toute sa population ? », ou encore « Où est le respect des peuples ? », s’interroge le président Tebboune, avant d’asséner qu’une telle reconnaissance « ne veut rien dire » face au droit international et des résolutions onusiennes sur le conflit. Mais, derrière ce refus marocain obstiné quant à céder à l’autodétermination des Sahraouis, un « changement ethnique », révèle le chef de l’État. En conséquence de quoi, les Sahraouis à l’intérieur de leur territoire occupé, sont aujourd’hui minoritaires par rapport aux Marocains ainsi fixés par le Makhzen. Dans ce cas, pour le scrutin d’autodétermination, les Marocains installés sur le territoire occupé vont voter pour l’indépendance parce qu’ils ne voudront plus être les sujets du roi ».
Farid Guellil

Le Courrier d’Algérie, 05 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Algérie, Abdelmadjid Tebboune, Makhzen, Le Point, Sahara Occidental,