Tomas Barbulo : « Le Maroc n’est pas un pays ami et a perdu la bataille de l’opinion publique ».

Le journaliste et écrivain espagnol, Tomas Barbulo, a indiqué dans une interview au site sahraoui, SH24H, que le Maroc avec ses attitudes n’est pas un pays ami de l’Espagne, et a considéré que le Makhzen a perdu la bataille de l’opinion publique après l’utilisation de l’immigration comme une arme de chantage contre l’Espagne et l’Europe.

Voici le texte intégral de l’interview publiée par SH24H le 30 mai dernier.
——-

– Ces derniers jours, la cause et l’histoire du peuple sahraoui ont été au premier plan des débats au niveau national (Espagne). D’après votre expérience en tant que journaliste et chercheur sur le Sahara occidental, comment évaluez-vous les connaissances de l’opinion publique espagnole sur un conflit aussi proche ?

Jusqu’à il y a quelques mois, il s’agissait d’une connaissance superficielle. Cependant, la récente agression du Maroc à Ceuta, utilisant des centaines de mineurs comme chair à canon sous prétexte que le secrétaire général du Front Polisario se trouvait dans un hôpital espagnol, a contribué à accroître l’intérêt du public pour le conflit.

– Le Maroc a tenté de braquer les projecteurs sur la figure du président de la RASD, Brahim Ghali, pour justifier l’agression contre la souveraineté du territoire espagnol. Comment évaluez-vous l’approche des médias et quelles sont les intentions du Maroc ?

Les attaques contre le gouvernement pour avoir accueilli Brahim Ghali sont une manœuvre de diversion. La réalité est que Mohamed VI est très inquiet car l’Union européenne ne suit pas la voie de Donald Trump et rechigne à reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. C’est pourquoi il a créé un conflit diplomatique avec l’Allemagne, qui n’a pas fonctionné, et c’est pourquoi il a également créé un conflit avec l’Espagne. Toutes ces manœuvres visent la même chose : que l’UE viole le droit international et reconnaisse sa souveraineté sur le Sahara occidental. Il y a des médias qui l’ont compris et l’ont dénoncé, et d’autres qui ont décidé de défendre la stratégie de Rabat. Ils sauront pourquoi ils le font.

– Est-il possible de considérer le traitement médiatique actuel de la question du Sahara Occidental, dicté par le professionnalisme et le suivi régulier et objectif des événements du conflit du Sahara Occidental, ou simplement une circonstance dans laquelle la question du Sahara est exploitée à des fins de pression ou de chantage et tout cela au détriment de la vérité et de la noblesse de la lutte du peuple sahraoui ?

Il y a tout. Il y a des médias et des professionnels qui rapportent les faits de manière objective et d’autres qui les déforment et les utilisent pour attaquer le gouvernement. Mais, au-delà des misères de certains, l’opinion publique espagnole soutient le peuple sahraoui et rejette les agressions marocaines.

– Comment définissez-vous la position du gouvernement et des différentes forces politiques face à ces événements ?

Comme dans presque tout ce qui concerne le Maroc, il y a un manque d’informations pour interpréter les faits avec précision. A première vue, le gouvernement a répondu rapidement et avec force à l’agression marocaine. La position du PP et de son leader, Pablo Casado, me semble incompréhensible. Il affirme qu’avec lui à la Moncloa, l’agression n’aurait pas eu lieu. Pourquoi ? Parce qu’il aurait reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental ?

– En analysant en détail les déclarations de l’ambassadeur marocain de Rabat, on peut percevoir une interférence claire.

Les déclarations de l’ambassadeur sont inadmissibles dans n’importe quel pays. Pouvez-vous imaginer ce qui se serait passé si l’ambassadeur d’Espagne à Rabat avait tenu des propos similaires ? Il aurait été expulsé du Maroc immédiatement. Cette dame a été invalidée pour représenter son pays en Espagne. J’espère que le gouvernement comprendra cela et refusera son retour à Madrid.

– Depuis Rabat, ils tentent de marquer les lignes de travail du système judiciaire espagnol, quelle est l’intention et dans quelle mesure cela peut-il lui nuire ?

Dans ce domaine comme dans d’autres, tels que ceux que nous avons mentionnés précédemment, Mohamed VI se comporte comme une brute de cour d’école, essayant d’intimider les autres avec bravade. Je pense que ce genre d’actions vise à faire voir à ses sujets qu’il est un dur à cuire, mais vu d’Espagne, ses menaces envers la justice sont ridicules.

– Le Maroc a été sponsorisé par d’importants lobbies politiques et médiatiques espagnols pour dénaturer la lutte sahraouie et blanchir le régime de Rabat. Comment la récente agression contre l’Espagne a-t-elle influencé l’image supposée du « Maroc pays ami » ?

Je pense qu’il est devenu clair pour l’opinion publique que le Maroc n’est pas un pays ami. Il est vrai que Mohammed VI a un bon nombre de copains dans les médias espagnols. Dans de nombreux cas, il exerce son influence par le biais d’actionnaires qui ont des engagements avec des entreprises françaises ou avec des fonds d’investissement liés à Israël. Maintenant, après l’agression de Ceuta, ces « amis du Maroc » ont beaucoup de mal à le défendre, car cela signifie se ranger du côté de celui qui s’est révélé être un ennemi. C’est pourquoi, au lieu de le défendre, ils attaquent le Polisario et son secrétaire général.

– On parle d’un « avant et d’un après » dans les relations ou l’image du Maroc. Comment cela peut-il influencer la lutte sahraouie et la position du Maroc en Espagne ?

Les relations entre l’Espagne et le Maroc sont très complexes. L’Espagne a cédé à de trop nombreuses reprises à la grossièreté et aux caprices de Mohammed VI en échange de sa coopération en matière d’immigration et de terrorisme. Même si je crois que cela doit cesser, je considère que c’est difficile. L’attitude du chef de l’opposition, Pablo Casado, dans cette affaire, en se rangeant du côté de Rabat, est une honte pour ses électeurs. S’il soutient publiquement le Maroc lorsque Mohamed VI fait une monstruosité comme celle qu’il a faite à Ceuta, que pouvons-nous attendre de lui ? Pour le reste, je crois que le Maroc a perdu la bataille de l’opinion publique et que le peuple sahraoui peut profiter de cette occasion pour donner un nouvel élan à la connaissance de sa lutte par le peuple espagnol.

– Que peut retirer le Maroc, au niveau national et international, des images qui montrent l’utilisation de la population comme outil politique ?

Condamnation et mépris. En utilisant les personnes les plus vulnérables, dont des centaines d’enfants, comme munitions, Mohammed VI a montré qu’il était un monstre.

– La potion de l’UE en tant que bloc est un élément clé de la défense des intérêts de l’Espagne et de la défense de Ceuta et Melilla en tant que frontières politiques européennes. Pourquoi le Maroc tente-t-il de se dissocier de l’UE et l’Espagne applaudit-elle les déclarations de soutien reçues de Bruxelles ?

Le Maroc s’est rendu compte que son agression à Ceuta a causé de graves dommages à son image en Europe, au point de mettre en péril les milliards d’aide qu’il reçoit de Bruxelles, et c’est pourquoi il essaie de faire croire qu’il n’a de problème qu’avec l’Espagne. Mais à cette occasion, le soutien de l’UE aux frontières de Ceuta et Melilla en tant que frontières européennes a été clair. En d’autres termes, cela s’est retourné contre le Maroc.

– Depuis 1975, l’Espagne tente de se dissocier de sa responsabilité dans le processus de décolonisation du territoire de la RASD sous occupation marocaine. Combien de temps encore Madrid fera-t-elle profil bas dans une affaire qui relève de sa responsabilité juridique et géostratégique ?

L’Espagne s’est débarrassée de cette question depuis près d’un siècle. C’est pourquoi il faut dire qu’elle a été complice des massacres que le Maroc a perpétrés dans le passé et de la répression qu’il exerce actuellement contre les Sahraouis. Face à la mort de personnes âgées, de femmes et d’enfants, et face à la torture, il n’y a pas d’excuses : soit vous êtes avec le tortionnaire, soit vous êtes avec la victime. Il n’y a pas de place pour le silence. Mais je crains que la position de l’Espagne ne change pas.

– Comment les intellectuels et l’opinion publique peuvent-ils influencer les actions politiques de l’Espagne concernant le Sahara Occidental ?

En expliquant encore et encore les faits qui prouvent la responsabilité de l’Espagne au Sahara. Par le biais d’essais, de romans, de films, d’articles, de pièces de théâtre, de poèmes… Plus l’opinion publique est consciente, plus les gouvernements feront attention à ne pas l’offenser pour ne pas perdre leurs votes.

SH24, 30 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Ceuta, Brahim Ghali, migration, UE,