Les députés européens débattent de l’utilisation de mineurs par le Maroc dans la crise des migrants de Ceuta.

Bruxelles, 4 juin (EFE) – Le Parlement européen débattra et votera la semaine prochaine une résolution sur la possible violation de la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant et l’utilisation de mineurs par les autorités marocaines dans la crise migratoire de Ceuta.

Les récents événements de Ceuta, suite au passage à la frontière de milliers de personnes, dont des centaines d’enfants, en provenance du Maroc, feront l’objet d’un débat jeudi prochain en séance plénière du Parlement, selon l’ordre du jour prévu pour ce jour.

Les députés examineront si l’utilisation d’enfants par les autorités marocaines est en violation de la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant.

A l’issue du débat, la plénière votera une résolution résumant ses conclusions, indique le Parlement européen, qui retrouve son siège de Strasbourg après plus d’un an de fermeture en raison de la pandémie.

Le gouvernement de la ville autonome de Ceuta a déclaré aujourd’hui qu’il estime qu’il y a encore environ 3 000 personnes  » errant  » dans les rues, dont de nombreux mineurs, sur les plus de 10 000 qui sont entrés illégalement dans la ville à la frontière avec le Maroc les 17 et 18 mai.

Les autorités de Ceuta ont déclaré qu’elles avaient actuellement recensé environ 1 160 mineurs et qu’elles travaillaient à la mise en place de nouveaux entrepôts dans la zone industrielle de Tarajal afin d’héberger les immigrés qui se trouvent encore dans la rue et de leur offrir une « prise en charge digne ».

Depuis le début de la crise migratoire à la mi-mars, la Commission européenne a réitéré à plusieurs reprises son soutien à l’Espagne dans la crise avec le Maroc suite au passage de milliers de personnes à Ceuta, après que Rabat ait lié la crise migratoire à la position de l’Espagne sur le Sahara occidental.

« La frontière de Ceuta est une frontière européenne et l’UE est solidaire de l’Espagne », telle est la phrase répétée à l’envi par les différents dirigeants européens, qui ont laissé la gestion de cette crise avec Rabat entre les mains des autorités de Madrid.

Bruxelles a également réaffirmé que l’UE a une « position très ferme sur le Sahara occidental » et qu’elle « reste inchangée ».

L’Union demande une reprise rapide des négociations en accord avec les Nations unies pour « trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies, notamment la 2548 adoptée le 30 octobre 2020 ».

Dans ce document, cet organe a exhorté les parties à reprendre les négociations sous les auspices du Secrétaire général des Nations unies, sans conditions préalables et de bonne foi, et a prolongé le mandat de la Minurso, sa mission de paix au Sahara occidental – déployée depuis 1991 – jusqu’à la fin du mois d’octobre de cette année.

La crise migratoire à Ceuta a coïncidé avec l’hospitalisation pour un cas grave de covid-19 dans la ville espagnole de Logroño (nord) d’un dirigeant du Front Polisario, bien qu’il ait quitté le pays il y a trois jours pour terminer sa convalescence en Algérie.

Dans des déclarations récentes, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a déclaré qu’il est « absolument inacceptable » que le Maroc ait pu « attaquer les frontières » de Ceuta avec l’assaut de milliers de personnes pour protester contre un problème de politique étrangère. EFE

Swissinfo, 4 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, mineurs, Parlement Européen, députés,