L’Algérie de la fierté et de la légalité

Le Maroc est condamné de père en fils à vivre de ses turpitudes. Malgré les désillusions du défunt Hassan II, contraint sous les armes de la résistance de signer l’accord de cessez-le-feu de septembre 1991, le roi Mohamed VI connaîtra certainement le même sort. Les signes de la déroute sont nettement perceptibles dans la soumission totale au sionisme pour sauver un trône chancelant.

Ils sont accentués par un isolement international traduit par le gel des relations diplomatiques avec l’Allemagne et l’Espagne, et le désaveu cinglant du Pentagone qui a apporté, par la voix du porte-parole de l’Africom un démenti sur la prétendue participation aux manœuvres marocaines dans les territoires sahraouis. Il a précisé que les exercices se dérouleront dans les frontières internationalement reconnues. Cette position conforte le choix stratégique du retour à la légalité internationale prônée par l’Administration Biden. La boucle est bouclée par l’Union européenne qui se refuse au chantage marocain et entend défendre ses frontières.

En perte de vitesse, le Maroc colonial a perdu la bataille de la légitimité et de la reconnaissance internationale, dont la décision de la Cour espagnole de ne pas prononcer une détention provisoire «ni tout autre type de mesures préventives» contre le président sahraoui, Brahim Ghali, à qui ont rendu visite à l’hôpital d’Aïn Naâdja le président de la République, Abdelmadjid Tebboune et le chef d’état-major de l’ANP, Saïd Chanegriha. «Notre visite est un devoir pour un pays qui réclame justice et ne saurait s’y soustraire», a souligné le Président mettant en garde contre les tentations guerrières. Le Maroc a toujours été l’agresseur. Nous n’agressons jamais notre voisin. Nous riposterons si nous sommes attaqués. Mais je doute que le Maroc s’y essaie, les rapports de force étant ce qu’ils sont», a-t-il indiqué dans un entretien accordé à l’hebdomadaire français Le Point.

En puissance d’équilibre, l’Algérie travaille inlassablement à la restauration de la paix et de la stabilité dans la région. Les acquis fondamentaux de l’Accord d’Alger constituent une base consensuelle revendiquée par tous les partenaires maliens, au moment où la Libye amorce le virage de la légitimité constitutionnelle.

Horizons, 4 juin 2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, Espagne, Union Européenne, UE, Front Polisario, Brahim Ghali,