Tchad : Déby assassiné par ses proches?

Un rapport des services de renseignement implique des proches dans l’assassinat de Déby.

Un nouveau rapport de renseignement a affirmé que le défunt président tchadien Idriss Déby Itno a été assassiné par ses proches dans une attaque de vengeance. Dans son Sahara Focus, un rapport mensuel, le cabinet de conseil en risque politique, Menas Associates, a déclaré que les événements réels entourant la mort du président tchadien le 19 avril semblent très différents de la version officielle.

La mort soudaine de Déby Itno le 19 avril 2021 a créé un vide très dangereux en Afrique centrale et au Sahel.

La fabrication d’un président guerrier

Déby a commencé sa carrière dans l’armée au début des années 1970, en plein milieu de la première guerre civile tchadienne (1965-1979). Il a reçu une formation militaire en France et est rentré au Tchad en tant que pilote. Sous la présidence d’Hissène Habré, Déby a gravi les échelons de l’armée tchadienne et est devenu, avec son frère et son cousin, un chef de file de l’appareil sécuritaire de l’État.

En 1989, lui et ses proches ont éveillé les soupçons de Habré, le forçant à fuir pour sauver sa vie. Déby se réfugie dans la province occidentale du Soudan, le Darfour, où de nombreux guerriers de sa tribu, les Zaghawa, le rejoignent. Le Soudan, sous la direction du président Omar al-Bashir, a apporté à Déby le soutien militaire nécessaire pour prendre la relève de Habré.

Déby a réussi à se maintenir au pouvoir pendant 31 ans, soit un an de plus que son homologue soudanais, le président déchu Omar el-Béchir. Pendant sa présidence, il a été confronté à plusieurs reprises à une opposition armée et, en 2006 et 2008, des groupes armés ont failli le déposer. De nombreux facteurs ont contribué à sa survie. L’un d’eux est sans aucun doute le soutien militaire que Déby a reçu de la France et le soutien financier d’autres bienfaiteurs étrangers. Un autre facteur est la manière dont Déby a géré les relations avec sa tribu et avec son cercle proche.

Il a assuré la richesse et une position de pouvoir à ses proches parents et, chaque fois que possible, aux chefs rebelles en échange de leur loyauté. Il a également cultivé son image de chef de tribu et de chef guerrier zaghawa pour maintenir un semblant de légitimité.

Dans la culture zaghawa, le chef guerrier est une position digne de respect. En temps de guerre, la quintessence du chef guerrier tente de gagner de l’influence par le biais du « marché patrimonial » afin d’acquérir richesse et pouvoir jusqu’à ce qu’il n’ait plus besoin de son arme. C’est exactement ce que Déby a fait. Lorsque la survie du régime tchadien était en danger en 2006, Déby a cherché à revitaliser son image de chef guerrier. Par exemple, il a adopté un autre nom – il a pris le nom d’Itno, le nom de son grand-père, un chef de tribu très respecté.

Ce nom signifie « guerrier » et rappelle publiquement que sa légitimité à gouverner découle de son héritage tribal et de sa bravoure. En outre, Déby a cultivé cette image de bravoure en rejoignant personnellement ses troupes au combat. Dans sa mort également, Déby était un exemple de chef guerrier zaghawa.

Déby a-t-il été tué par les membres de sa tribu ?

On a d’abord prétendu que le défunt président avait été tué en combattant des rebelles qui tentaient de renverser son gouvernement.

Mais, dans son Sahara Focus d’avril, un mensuel de renseignements, Menas Associates, tout en citant des sources au sein des services de sécurité tchadiens, a affirmé que des tirs ont éclaté lors d’une réunion à laquelle assistaient le président et certains de ses généraux peu après que Déby ait rejoint ses forces dans leur camp près de la ville de Nokou, un peu au nord-ouest de Mao.

Au cours de la réunion, une dispute a éclaté entre Déby et certains membres de son personnel militaire, au cours de laquelle des armes à feu ont été dégainées et des coups de feu tirés, Déby ayant été touché à la hanche.

Au moins quatre officiers et gardes du corps auraient également péri dans l’incident. Des sources similaires ont affirmé que le fils de Déby, le général Mahamat Idriss Déby Itno, a ordonné l’exécution immédiate de quatre généraux.

Bien qu’ils n’aient pas encore été nommés, l’un de ceux qui ont été exécutés ou arrêtés était l’ADC de Déby, Khoudar Mahamat Acyl. Le chef des renseignements, le général Taher Erda, n’a pas été exécuté mais a été légèrement blessé.

Selon le rapport, « des preuves ont été transmises aux sections de renseignement des ambassades étrangères à N’Djamena par les médecins et les officiers de la police judiciaires officiels du gouvernement qui étaient présents lors de l’autopsie.

« Cela révèle que la balle qui a tué Déby a été tirée soit à très courte distance avec un pistolet de petit calibre, soit à courte distance avec un fusil de fort calibre. Il n’a donc pas été tué par des tirs rebelles, qui auraient été très éloignés de la personne de Déby.

 » Les preuves photographiques suggèrent également qu’il a été blessé à la hanche et qu’il a donc pu dégainer une arme de poing.

« D’autres preuves que Déby est mort des mains d’un ou plusieurs de ses généraux proviennent de Paris Match. Il a rapporté que les autorités françaises de renseignement et l’AFRICOM des États-Unis (U.S.) ont fait référence à la mort de Déby comme étant dans des « conditions douteuses », Paris Match suggérant que Déby a été « mortellement blessé par plusieurs balles de Kalachnikov ».

Cependant, les preuves les plus fiables proviennent du journaliste français Patrick Forestier, qui a des relations particulièrement perspicaces dans la région, selon le rapport.

C’est lui qui a découvert le terroriste tristement célèbre, El Para, dans le nord du Tchad en 2004. El Para était responsable de l’enlèvement de 32 touristes européens dans le Sahara algérien en 2003 et aurait fui les forces américaines dans le nord du Tchad lorsque Forestier l’a retrouvé.

Sa fin définitive

Selon Forestier, l’un des responsables militaires qui s’étaient rassemblés dans la tente de Déby était un cousin de son adversaire électoral, Yaya Dillo, que Déby avait tenté d’arrêter mais qui a été tué lors d’un assaut de l’armée contre sa maison à N’Djamena le 28 février. Au cours de cet assaut, la mère et le fils de Dillo ont été tués, selon Sahara Focus du 2021 mars.

Le problème pour Déby est que Yaya Dillo était également issu de sa propre tribu Zaghawa, qui domine les rangs supérieurs de l’armée. Après l’attaque de février, de nombreuses personnes ont prévenu que Déby risquait de subir des attaques de vengeance de la part de membres de la tribu Zaghawa, qui auraient pu avoir des loyautés divisées à cause de l’incident.

L’une des personnes cherchant à se venger était un cousin anonyme de Dillo, qui était également l’un des généraux de Déby et qui aurait fui la police de Déby. Cependant, selon Forestier, lorsque Déby a vu le général s’emporter, il s’est immédiatement adressé à lui en l’appelant « Hey rebelle » et lui a demandé ce qu’il faisait à la réunion. Ce dernier a accusé Déby d’être un meurtrier, ce qui a rendu furieux le président qui a immédiatement sorti son pistolet et tiré sur le général à bout portant.

Le sous-lieutenant Umaru Dillo Djérou, un cousin du général abattu, aurait alors tiré sur Déby et, dans la fusillade généralisée qui a suivi, plusieurs soldats ont été tués ou blessés, dont le général Taher Erda, qui a été légèrement blessé.

La mort de Déby était donc une douce vengeance, car il était prévu que des membres de sa propre tribu Zaghawa se vengeraient.

Forestier a affirmé que les forces militaires françaises au Tchad avaient fourni à Déby des liaisons électroniques directes avec le commandement militaire français. Paris a donc été immédiatement informé de la mort de Déby.

Le général Mahamat Idriss Déby (alias Kaka), qui se serait trouvé sur le champ de bataille à ce moment-là, aurait appris la mort de son père par les autorités françaises.

Il a immédiatement pris contact avec le président Emmanuel Macron, qui a accepté que Kaka prenne la tête du pays, et que les circonstances de la mort de Déby soient tenues secrètes.

The Nation, 01 juin 2021

Etiquettes : Tchad, Idris Déby Itno, Mahamar Idriss Déby, Kaka, France, Emmanuel Macron, Sahel, Yaya Dillo, Umaru Dillo Djérou,