Maroc-Espagne :Casado se rend à Ceuta

Deux semaines après l’arrivée massive d’immigrants dans la ville autonome, le chef de l’opposition rencontrera Vivas et des hommes d’affaires

Le leader du Parti Populaire, Pablo Casado, se rend ce jeudi à Ceuta au milieu de l’escalade verbale entre l’Espagne et le Maroc et au milieu de la controverse créée par la présence en Espagne du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, qui est reparti tôt ce matin en Algérie après un mois et demi d’hospitalisation pour coronavirus à La Rioja.

Au programme de la visite de M. Casado, qui a lieu deux semaines après le débarquement massif d’immigrants à Ceuta, il y a une réunion à 10h45 avec le président de la ville autonome, Juan Vivas, et une réunion avec des hommes d’affaires dans l’après-midi.

Mardi, lors d’un petit-déjeuner organisé par Europa Press, M. Casado a appelé le gouvernement de Pedro Sánchez à « intensifier » la relation avec le Maroc pour résoudre la crise et ne pas mettre en danger la coopération en matière de politique migratoire, de lutte contre le terrorisme djihadiste et le trafic de drogue ou la collaboration dans le domaine de la pêche ou de l’agriculture.

Après avoir rappelé que le PP « prévient » depuis un an de ce qui pourrait se passer avec Rabat, le président du PP a qualifié de « formidable maladresse » l’entrée en Espagne avec « fausse identité » du leader du Front Polisario.

Précisément, le PP a demandé ce mercredi la démission « immédiate » de la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, pour sa gestion « infâme » dans la crise diplomatique avec le Maroc et l' »obscurantisme » dans l’entrée et la sortie d’Espagne du leader du Front Polisario.

« Je pense qu’il a généré une crise diplomatique de premier ordre et le gouvernement a montré qu’il a un poids nul en politique étrangère », a déclaré le secrétaire général du PP, Teodoro García Egea sur TVE pour justifier la demande de démission lorsqu’il a été interrogé sur le départ du Ghali d’Espagne tôt ce matin.

M. Casado s’est plaint que, deux semaines après avoir parlé avec Pedro Sánchez à la suite de cette crise avec le Maroc, le chef de l’exécutif ne lui a pas reparlé. « Il m’a dit qu’il allait m’en informer ponctuellement et jusqu’à aujourd’hui », a-t-il déploré mardi.

Des reproches croisés entre l’Espagne et le Maroc

Ces derniers jours, la tension s’est aggravée avec Rabat, qui a accusé le gouvernement de Pedro Sánchez d’utiliser la migration comme un « prétexte » pour « détourner l’attention des causes réelles de la crise bilatérale », faisant allusion au fait que la racine de la crise se trouve au Sahara occidental.

Le chef de l’exécutif, Pedro Sánchez, a déjà déclaré mardi qu' »il n’est pas admissible » qu’il y ait un gouvernement qui dise que les frontières sont attaquées pour « inonder une ville espagnole d’immigrants à cause de désaccords en politique étrangère ».

Et ce mercredi, la première vice-présidente du gouvernement, Carmen Calvo, a assuré que l’Espagne continuera à travailler pour récupérer la relation avec le Maroc, tout en précisant que la position de l’exécutif concernant la souveraineté du Sahara Occidental n’a « pas changé du tout ».

La Vanguardia, 03 juin 2021

Etiquettes : Pablo Casado, Espagne, Maroc, Ceuta, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, PP, Arancha Gonzalez Laya, migration,