Sahara Occidental : Rien n’empêche Brahim Ghali de sortir de l’Espagne

Le juge refuse d’envoyer en prison ou de retirer le passeport de Brahim Gali, leader du Front Polisario.
Le leader sahraoui, qui est hospitalisé à Logroño, pourra quitter l’Espagne.

Brahim Gali, leader du Front Polisario, pourra quitter l’Espagne. Le juge Santiago Pedraz, instructeur de l’Audience nationale, a rejeté mardi toutes les mesures corcitives demandées à son encontre, notamment l’entrée en détention provisoire et le retrait du passeport. Le magistrat a pris cette décision après avoir pris une déclaration en tant que défendeur également président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui a comparu par vidéoconférence de l’hôpital de Logroño où il est admis pour le coronavirus depuis la mi-avril. Au cours de l’interrogatoire, Gali a nié les crimes qui lui sont attribués, selon des sources juridiques.

Aux questions du bureau du procureur et de son avocat, le leader sahraoui a défendu son innocence et rejeté les faits qui lui sont imputés dans les deux plaintes déposées contre lui : l’un par le blogueur Fadel Breica, de nationalité espagnole, qui l’accuse de torture et de détention illégale dans les camps de Tindouf en 2019 ; et un autre par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (Asadedh), qui lui attribue des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité contre des dissidents et des prisonniers de guerre sahraouis au cours des dernières décennies. « Ce mardi], il a été démontré que les faits qui font l’objet de l’accusation sont faux », a résumé Manuel Ollé, l’avocat de Gali, après la déclaration.

La réunion de mardi a suscité une énorme attente au niveau international. Le Maroc et l’Espagne sont plongés dans un conflit diplomatique, qui a fait un bond qualitatif cette semaine. Après que, pendant près d’un mois, le pays africain a répété en public que son mécontentement à l’égard de La Moncloa était dû à l’accueil de Gali pour ses soins de santé – temps qui incluait la crise frontalière à Ceuta, lorsque les agents marocains ont fermé les yeux et ont permis l’entrée irrégulière dans la ville autonome de plus de 9 000 immigrants -, Rabat a publié une déclaration lundi où il a admis que le problème derrière ces tensions se trouve en réalité dans la position de l’Espagne sur le Sahara occidental.

Dans cette ligne Ollé a dit : « Gali a dit que ce procès a un motif politique pour porter atteinte à la dignité et la crédibilité du peuple sahraoui, ainsi que sa lutte sur la voie de l’autodétermination qui leur correspond en tant que territoire ». Ces derniers jours, le Maroc a intensifié la campagne contre le Polisario et a ciblé son chef, dans le but de le « criminaliser » et d’isoler le mouvement au niveau international, selon des sources diplomatiques. Rabat considère comme acquis les crimes graves attribués à Gali, tandis que le juge et le ministère public ont fait preuve de réticence en n’appréciant pas « les indices clairs de participation […] aux comportements inclus dans la plainte ».

Santiago Pedraz, qui a seulement demandé à Brahim Gali de fournir une adresse et un numéro de téléphone en Espagne par lesquels il peut être contacté, a émis deux ordres forts après la déclaration de rejet des mesures de précaution, ce à quoi s’est également opposé le ministère public. « Aucun risque de fuite ne peut être apprécié. Il n’existe aucune information permettant d’apprécier que l’enquêté peut ou veut se soustraire à l’action de la justice, d’autant plus que dès qu’il a eu connaissance des faits instruits, il a comparu dans l’affaire et a accepté la pratique de sa déclaration, même au vu de l’état de santé dans lequel il se trouve qui aurait permis à sa défense de demander de reporter la déclaration », disent les résolutions.

Le juge ajoute que le leader du Front Polisario ne peut pas « cacher, altérer ou détruire des sources de preuves pertinentes pour le procès, notamment en raison de la date des événements faisant l’objet de l’enquête ». Et l’enquêteur de poursuivre : « Le rapport de l’accusation n’a même pas fourni d’éléments indicatifs – les déclarations des témoins dans l’affaire n’ont aucune preuve corroborante et de leur part il n’y a aucune participation aux faits de l’accusé – qui soutiennent l’existence de motifs suffisants pour le croire responsable d’un quelconque crime ». « Il ne suffit pas, évidemment, de convenir de mesures de précaution personnelles pour indiquer que Gali est entré illégalement en Espagne », ajoute-t-il.

Les deux cas
Les deux affaires contre Gali, qui avaient été rejetées, ont été réactivées cette année 2021. En janvier, Pedraz a décidé de reprendre l’enquête ouverte en 2020 par la plainte de Fadel Breica, qui a raconté comment il a été arrêté en 2019 dans les camps de Tindouf et « soumis à des coups et des chocs électriques ». L’activiste a notamment dirigé son accusation contre le chef du Polisario, qu’il place au sommet de la chaîne de commandement. Pour cette raison, lorsque le magistrat a pris connaissance de la présence du leader sahraoui en Espagne, il a décidé de l’appeler à témoigner sur ces faits. Un rendez-vous qui a également été utilisé pour s’enquérir de la plainte d’Asadedh.

« Le président Gali a fait un effort considérable en raison de son état de santé », a déclaré l’avocat de la défense : « Il a montré son engagement absolu dans la lutte pour la justice et la liberté. Et c’est pourquoi il s’est présenté volontairement devant les tribunaux espagnols ». Selon Ollé, la plainte de Breica est « infondée ». Et, concernant les faits relatés par Asadedh au sujet des crimes contre l’humanité : « Gali a expliqué que, en tant que ministre de la Défense à l’époque, il n’avait aucune responsabilité, action ou conduite dont il était accusé ». « Nous allons immédiatement demander le rejet de l’affaire », a insisté l’avocat : « Le droit pénal a été utilisé pour quelque chose qui ne devrait jamais l’être. Gali va-t-il quitter l’Espagne ? « Il est en mauvaise santé et, dès qu’il aura repris des forces, il décidera de ce qu’il faut faire ».

El Pais, 01 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, hospitalisation, Logroño, plainte, Audiencia Nacional, justice, Santiago Pedraz, Manuel Ollé,

1 Trackback / Pingback

  1. Maroc : Grave lèse-majesté ! - Maghreb Online

Comments are closed.