Les stéréotypes submergent la crise d’identité au Maroc – OpEd

Par Ayoub Bouamri *

Il ne peut y avoir de véritable développement économique et culturel sans une identité stable et forte. Une nation ne peut pas s’élever si elle lutte encore dans l’océan sombre des crises d’identité. Ce n’est pas une opinion personnelle, c’est un fait historique. Le Maroc doit être honnête avec lui-même. Nous – en tant que nation – avons besoin que l’État fasse une déclaration claire sur qui nous sommes. La nécessité d’une grande recherche scientifique et historique, qui met fin définitivement à l’ingérence politique en la matière, est très essentielle. Mais d’abord, l’État doit avouer. S’il n’y a qu’une chose plus dangereuse que d’avoir un problème critique, il faut le nier. Et vice versa, la première étape pour résoudre un problème est de l’admettre. Si le Maroc admet avoir une crise d’identité, cela ouvrira la voie à la communauté universitaire pour traiter la question.

Le Maroc a trois principales identités contradictoires en lutte, chaque identité a ses branches. Il y a d’abord l’identité amazighe. Il est bien protégé par l’histoire, la langue, la culture, les gens et la science. Dernièrement, il a commencé à avoir plus de soutien politique en raison de la question du Sahara occidental. Deuxièmement, il y a l’identité arabo-islamique. C’est un complexe de la culture arabe moderne avec la version malékite-sunnite de l’islam. La plupart du temps, cette identité se retrouve à l’intérieur des habitudes et des traditions islamiques. Pourtant, il peut obtenir plus de soutien grâce aux médias arabes comme Aljazeera et Bein Sports, certains partis politiques marocains comme le Parti de la justice et du développement, et l’influence étrangère des partisans du panarabisme. Troisièmement, il y a l’identité française. Au siècle dernier, le Maroc s’appelait franco-marocain à l’intérieur des sociétés occidentales. Cette identité est principalement représentée par la langue et les rêves d’illumination colonialistes en suspens. De plus, sa présence à l’intérieur du Maroc a une superficie féodale. L’identité française est un système pour marquer les Marocains selon leur rang dans la société. Ainsi, la langue française – en tant qu’aspect de la culture française – est la principale langue parlée entre les classes les plus élevées des sociétés marocaines.

L’identité amazighe est plus large que le Maroc. C’est l’identité de l’Afrique du Nord. Pourtant, il est submergé par les stéréotypes. Le plus gros stéréotype est le mélange voulu entre la culture amazighe et la langue tamazight. De nombreux Marocains et Maghrébins sont victimes de ce stéréotype. La culture amazighe est plus grande qu’une simple langue. C’est un parapluie qui couvre l’histoire, les traditions, la nourriture, les vêtements, les comportements, les pensées, les religions, les interactions avec les vieilles nations (Romains, Égyptiens, Grecs…), les découvertes archéologiques, les peuples, les racines africaines ; et oui, la langue fait aussi partie de cette identité. Comme toute autre culture, la culture amazighe possède tous les critères qui distinguent une nation du reste du monde. En d’autres termes, une personne peut ne pas être capable de parler tamazight en raison de changements politiques historiques, mais elle reste amazighe. C’est-à-dire, perdre un critère de culture (la langue) ne signifie pas perdre toute l’identité. Cette passerelle est très critique en termes de sauvegarde de l’identité amazighe. Pour résoudre le problème amazigh, les Imazighen (Marocains) doivent commencer par traiter ce genre de stéréotype.

L’identité arabo-islamique est historiquement prouvée comme une culture étrangère. Il a commencé à l’intérieur d’un continent très lointain (l’Asie), puis s’est déplacé vers d’autres zones géographiques en raison des invasions. Cette identité, encore une fois, est submergée par les stéréotypes. Le plus critique pour les Marocains est le mélange entre l’Islam et la culture arabe. En effet, l’Islam fait partie de la culture arabe. Presque, personne ne peut nier l’affirmation selon laquelle les Arabes sont les personnes qui ont créé cette religion (Cette affirmation peut être un lieu de discussions supplémentaires entre chercheurs.) Pourtant, aujourd’hui, l’islam est plus grand que son conteneur initial. Depuis son émergence, de nombreuses cultures ont adopté l’islam comme religion. Ainsi, parce que l’Islam est l’hôte de ces cultures étranges, il se façonne pour adopter ses nouveaux environnements. En d’autres termes, l’Islam s’est converti de sa culture arabe d’origine en une nouvelle culture. C’est-à-dire, des versions hybrides de l’Islam font partie de leurs nouvelles cultures (Hybride ne signifie pas un message différent, mais une manière différente de transmettre ce message.) Aujourd’hui, il y a l’Islam iranien, un islam au sein de l’identité persane ; L’islam-turc, un islam dans l’identité turque… Au Maroc, nous avons notre islam-amazigh. C’est une version hybride dans le contexte marocain. L’islam amazigh marocain est différent de l’original (l’islam-arabe) en termes de traditions, pourtant, le message est le même. Pour résumer, le Maroc peut être une nation musulmane sans nier son identité amazighe. L’Islam et l’identité ne sont pas deux concepts contradictoires. Même le message islamique dit que l’Islam est adapté à chaque moment et à chaque site, et c’est une autre preuve de notre approche. mais une manière différente de réaliser ce message.) Aujourd’hui, il y a l’Islam iranien, un islam dans l’identité perse; L’islam-turc, un islam dans l’identité turque… Au Maroc, nous avons notre islam-amazigh. C’est une version hybride dans le contexte marocain. L’islam amazigh marocain est différent de l’original (l’islam-arabe) en termes de traditions, pourtant, le message est le même. Pour résumer, le Maroc peut être une nation musulmane sans nier son identité amazighe. L’Islam et l’identité ne sont pas deux concepts contradictoires. Même le message islamique dit que l’Islam est adapté à chaque moment et à chaque site, et c’est une autre preuve de notre approche. mais une manière différente de réaliser ce message.) Aujourd’hui, il y a l’Islam iranien, un islam dans l’identité perse; L’islam-turc, un islam dans l’identité turque… Au Maroc, nous avons notre islam-amazigh. C’est une version hybride dans le contexte marocain. L’islam amazigh marocain est différent de l’original (l’islam-arabe) en termes de traditions, pourtant, le message est le même. Pour résumer, le Maroc peut être une nation musulmane sans nier son identité amazighe. L’Islam et l’identité ne sont pas deux concepts contradictoires. Même le message islamique dit que l’Islam est adapté à chaque moment et à chaque site, et c’est une autre preuve de notre approche. nous avons notre amazigh-islam. C’est une version hybride dans le contexte marocain. L’islam amazigh marocain est différent de l’original (l’islam-arabe) en termes de traditions, pourtant, le message est le même. Pour résumer, le Maroc peut être une nation musulmane sans nier son identité amazighe. L’Islam et l’identité ne sont pas deux concepts contradictoires. Même le message islamique dit que l’Islam est adapté à chaque moment et à chaque site, et c’est une autre preuve de notre approche. nous avons notre amazigh-islam. C’est une version hybride dans le contexte marocain. L’islam amazigh marocain est différent de l’original (l’islam-arabe) en termes de traditions, pourtant, le message est le même. Pour résumer, le Maroc peut être une nation musulmane sans nier son identité amazighe. L’Islam et l’identité ne sont pas deux concepts contradictoires. Même le message islamique dit que l’Islam est adapté à chaque moment et à chaque site, et c’est une autre preuve de notre approche.

L’islam – comme le judaïsme – peut faire partie de notre identité amazighe, mais qu’en est-il de la langue ? Comme discuté ci-dessus, la langue est un critère très important de la culture. Puisque les Marocains parlent arabe, alors les Marocains doivent être Arabes. Même si cette conclusion est incorrecte en raison de ce que nous avons dit avant «perdre un critère de culture (langue) ne signifie pas perdre toute l’identité», cette affirmation elle-même est discutable: parlons-nous arabe? Cette question suspecte nous conduit à un autre stéréotype. Il existe quatre principales langues parlées au Maroc : le tamazight, le français, le darija et l’arabe. Le stéréotype considère le darija comme un dialecte arabe, ce qui est faux. Le darija (la langue maternelle de la majorité des Marocains) présente de nombreuses différenciations linguistiques cruciales avec l’arabe. Un seul exemple sera traité dans cet article : Le darija et l’arabe ont deux structures de phrases différentes. Une phrase en arabe suit le modèle suivant : verbe + nom + objet. Exemple: أكل أحمد الموزة Alors que la phrase en darija suit un modèle différent: nom + verbe + objet. Exemple: حمد كلا لبنانة Comme vous pouvez le constater, les exemples donnés fournissent deux traductions différentes de la phrase: Ahmad a mangé la banane. Il existe d’autres différenciations en termes de grammaire, de vocabulaire, de phonologie (la phonologie du darija est très différente de l’arabe, en fait, elle est similaire au tamazight)… Ahmad a mangé la banane. Il existe d’autres différenciations en termes de grammaire, de vocabulaire, de phonologie (la phonologie du darija est très différente de l’arabe, en fait, elle est similaire au tamazight)… Ahmad a mangé la banane. Il existe d’autres différenciations en termes de grammaire, de vocabulaire, de phonologie (la phonologie du darija est très différente de l’arabe, en fait, elle est similaire au tamazight)…

Ironiquement, avec tous les lambeaux linguistiques de preuves des différenciations entre le darija et l’arabe, il va de soi que le darija est un dialecte de l’arabe. La seule preuve de cette affirmation est le vocabulaire. Cependant, cette preuve ne réussit pas le test de la certitude. Darija emprunte son vocabulaire à cinq sources principales :

Le vocabulaire emprunté perd ses identités linguistiques initiales une fois qu’il fait partie de Darija. En d’autres termes, le mot (semana) en espagnol n’est pas le même que le mot (simana) en darija. Maintenant, ce sont deux mots différents avec des formes phonologiques, des définitions et des règles grammaticales différentes. En fait (simana) est une traduction du mot (semana). Par la suite, la même règle concerne tout le vocabulaire emprunté au contexte arabe. Pour résumer, Darija emprunte de nombreux vocabulaires à l’arabe dans le cadre d’une tendance générale entre les langues (même le persan a une quantité considérable de vocabulaire emprunté à l’arabe, l’arabe lui-même emprunte à d’autres langues comme l’hébreu, etc.) Pourtant, ce vocabulaire « perd ses identités linguistiques initiales une fois qu’il fait partie du darija ».

Les stéréotypes font partie de ce monde. Ils submergent la vérité pour créer une réalité trompeuse. Les vainqueurs des guerres créent leurs stéréotypes pour obscurcir leurs crimes. Les anciens envahisseurs ont créé leurs stéréotypes pour soumettre leurs sujets. Les terroristes et les fanatiques créent leurs stéréotypes pour influencer plus d’adeptes. Politiciens, médias, universités, employés de bureau… tous les individus et institutions corrompus génèrent leurs stéréotypes pour se maintenir au centre de la société. C’est (alors) une manière de tromper le peuple pour avoir une supériorité à l’intérieur de la société. Peut-être que nous ne pouvons pas empêcher les stéréotypes de se répandre. C’est un autre péché que l’humanité ne peut éviter. Cependant, il est de notre devoir de fournir à la population les installations appropriées pour riposter. Tout le monde devrait être armé d’un esprit critique. Une personne qui pose beaucoup de questions,

Eurasia Review, 1 jui 2021 (traduction non officielle)

Etiquettes : Maroc, culture, identité, amazigh, Tamazight, Darija, arabe, espagnol, français,