L’Audiencia Nacional refuse d’imposer des mesures conservatoires à l’encontre de Brahim Gali

Le leader du Front Polisario a témoigné par vidéoconférence depuis l’hôpital de Logroño où il est admis.

Le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, a nié toute implication dans les graves violations des droits de l’homme qui lui sont imputées par les deux procès intentés contre lui, lors de la déclaration qui a eu lieu mardi devant le juge de l’Audience nationale Santiago Pedraz.

Ghali, qui a témoigné par vidéoconférence depuis l’hôpital de San Millan-San Pedro (Logroño), où il est admis pour des complications découlant du COVID-19 depuis le 18 avril, a été convoqué par une plainte déposée par l’Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l’Homme (ASADEDH) et une autre déposée par l’activiste sahraoui Fadel Breica.

« Le président Ghali a expliqué que sa participation, en tant que ministre de la Défense à l’époque, il n’avait aucune responsabilité ni action dans les comportements qui lui sont imputés par les accusations », a déclaré son avocat, Manuel Ollé, dans des déclarations à la presse à l’issue de la comparution.

Ollé comprend que « cela s’est très bien passé » car « il a été démontré que les faits qui ont fait l’objet de l’accusation contre lui sont absolument faux ».

Il a attribué les accusations contre le Ghali à des « fins politiques », « pour tenter une fois de plus de décrédibiliser le peuple sahraoui et sa lutte sur la voie de l’autodétermination qui est la sienne ».

DEMANDERA UN REJET GRATUIT DE LA PROCÉDURE

« On peut voir qu’ils ont essayé, en profitant du fait qu’il était ici, de l’utiliser comme un trophée ou comme une proie politique », a-t-il dénoncé. Pour cette raison, il a avancé qu’il demandera le rejet gratuit de la procédure et la condamnation aux dépens des accusations pour estimer qu’ils ont agi avec « mauvaise foi » et « imprudence ».

Les accusations, pour leur part, ont demandé au juge d’adopter des mesures de précaution contre le leader sahraoui pour s’assurer qu’il reste en Espagne. Plus précisément, ils ont exigé le retrait de son passeport et ordonné son placement en détention provisoire. Le bureau du procureur s’est limité à demander un numéro de téléphone et une adresse pour pouvoir le localiser.

Maintenant, c’est Pedraz qui devra décider de tout cela. L’avocat s’est montré « optimiste », assurant que ces mesures de précaution souffrent d’un « manque de solidité ». « C’est comme demander maintenant, selon ce qui est dans les voitures, ce qui est mis à la neige à Madrid », a-t-il illustré.

« TRÈS FAIBLE »

L’avocat de la défense a souligné que le Ghali a fait « un effort énorme » pour comparaître « volontairement » devant la justice espagnole, soulignant qu’il est encore « très faible ».

Interrogé sur la durée du séjour de son client en Espagne, il a indiqué qu’il faudra attendre la résolution de l’affaire Pedraz. « Et, à partir de ce moment, (le Ghali) décidera de ce qui convient. Il est faible en santé et, dès qu’il sera fort, il décidera de ce qu’il doit faire », a-t-il déclaré.

En outre, il a profité de l’occasion pour préciser qu’il était entré en Espagne avec son passeport et a souligné qu’à son arrivée, « il était plus proche de la mort que de la vie ».


COPE, 01 juin 2021

Etiquettes : Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, Brahim Ghali, Logroño, hospitalisation, covid, Audiencia Nacional, Juge Santiago Pedraz,


Comments are closed.