Parlement Africain : Menaces, bagarre, chaos

Chaos au parlement africain après la menace de « je vous tuerai ».

Le Cap, Afrique du Sud (AP) – Le chaos a régné lundi lors d’une réunion du Parlement de l’Union africaine, alors que des législateurs se sont battus pour une urne et qu’un homme a semblé viser une collègue d’un coup de pied à hauteur de tête, alors que l’on criait que des personnes armées de fusils se trouvaient dans la salle.

De nombreuses échauffourées ont éclaté au cours de la réunion à Midrand, en Afrique du Sud, alors qu’un désaccord sur le processus d’élection du nouveau président de l’organe législatif de l’UA a dégénéré. Ces scènes ont été diffusées par la SABC, le radiodiffuseur national sud-africain. L’élection du Parlement panafricain a été suspendue le temps que les dirigeants trouvent une solution.

L’élection avait déjà été reportée jeudi dernier lorsqu’un membre du personnel travaillant sur le site près de Johannesburg a été testé positif au coronavirus. Mais cette réunion de la semaine dernière a également révélé pour la première fois les tensions lorsque le législateur sud-africain Julius Malema a été entendu menaçant le législateur malien Ali Kone au milieu de la séance.

« Je vais vous tuer à l’extérieur. En dehors de cette pièce, je vais te tuer. Je vais te tuer », a-t-on entendu Malema, leader notoirement enflammé d’un parti d’opposition d’extrême gauche en Afrique du Sud, dire en pointant son doigt vers Kone.

Tout cela découle d’un désaccord entre un bloc de pays d’Afrique de l’Ouest et un bloc d’Afrique australe sur la question de savoir si la présidence doit se déplacer entre les différentes régions d’Afrique sur la base d’une rotation. Les deux derniers présidents du Parlement panafricain étaient originaires d’Afrique de l’Ouest et il n’y a jamais eu de président originaire du Sud dans la courte histoire du Parlement, qui a vu le jour en 2004.

Alors que les esprits s’échauffent à nouveau lundi, les législateurs se disputent une urne blanche placée à l’avant de la salle et destinée à contenir les bulletins de vote pour l’élection. Deux femmes se sont d’abord battues pour l’urne, essayant de se l’arracher des mains l’une de l’autre. D’autres membres du parlement se sont ensuite joints à la bagarre. Puis, un législateur enragé a arraché sa veste de costume et a donné un coup de pied en direction de la députée sud-africaine Pemmy Majodina. Le législateur non identifié a déclaré qu’il n’essayait pas de frapper Majodina, mais plutôt d’arracher un téléphone portable de la main d’un autre législateur qui enregistrait le chaos sur son téléphone.

« C’est une situation assez difficile et chaotique maintenant, et l’affaire concerne l’élection et le principe de rotation », a déclaré Majodina à SABC.

Alors que le chaos s’installe, d’autres législateurs crient dans leur micro qu’il y a « des hommes armés dans la salle » et appellent à plusieurs reprises la police et la sécurité. Ils ont affirmé qu’ils étaient menacés par un groupe de Sud-Africains armés. M. Majodina a déclaré qu’il n’y avait pas d’armes dans la salle.

Charles Sinkala, expert en relations africaines et internationales, a déclaré à la SABC que ces scènes, diffusées à la télévision en Afrique du Sud, étaient embarrassantes.

« Nous ne nous attendons pas à ce que des dirigeants élus se comportent comme de telles horreurs », a-t-il déclaré. « Regardez les images (…) ce sont des adultes qui ont besoin de la surveillance d’adultes ».

Associated Press, 31 mai 2021

Etiquettes : Parlement Africain, Union Africaine, UA, chaos, bagarre, « je vais te tuer »,