Espagne : Le conflit avec le Maroc prive 20.000 marocains d’un précieux revenu

Le conflit avec le Maroc accélère l’arrivée des travailleurs saisonniers du Honduras

Le gouvernement est contraint d’accélérer la signature d’un accord avec le Honduras pour éviter le manque de main-d’œuvre agricole en Espagne.

Le conflit diplomatique entre l’Espagne et le Maroc, qui s’est traduit par une agression contre nos frontières, a eu des conséquences dramatiques pour les quelque 20000 travailleuses saisonniers marocains qui viennent chaque année dans notre pays pour travailler dans les champs. Pour cette raison, le gouvernement a été contraint d’accélérer la signature d’un accord avec la République du Honduras pour réguler et ordonner les flux migratoires entre les deux pays et éviter le manque de main-d’œuvre agricole pendant la saison estivale. Les principales associations agricoles espagnoles se réjouissent de cet accord, notamment en raison des facilités qu’implique le partage de coutumes similaires et de la même langue.

Le président d’Asaja, Pedro Barato, a assuré qu’il s’agissait d’un accord « important et positif », dont ils sont « satisfaits » car ils n’ont « aucun autre recours », a-t-il dit. « En principe, tout accord conclu avec les pays américains est important, surtout lorsque nous partageons la même langue et que nos coutumes sont très similaires. Le problème est que nous avions tout très bien organisé avec le Maroc, car chaque année, entre 14 000 et 20 000 hommes et femmes venaient de là-bas, mais l’excès de diplomatie du gouvernement espagnol avec le Maroc rend la campagne un peu compliquée pour nous ».

La Commission des flux de main-d’œuvre, qui regroupe les principaux syndicats et associations agricoles, réclame depuis un an un accord pour faciliter l’embauche à la source avec le Honduras, entre autres pays. Mais le conflit avec le Maroc « a accéléré » le processus au risque de laisser les campagnes espagnoles sans travailleurs saisonniers. L’ASAJA insiste sur le fait qu’il faut continuer à travailler pour « conclure des accords avec d’autres pays du Maghreb, d’Amérique et d’Asie, en suivant l’exemple de nos voisins portugais », a déclaré M. Barato, qui demande également que les pays d’origine « soient coresponsables » des coûts, « qui ne peuvent pas incomber uniquement aux employeurs ».

Bien que l’ASAJA ne pense pas que cette année il y aura un manque de travailleurs saisonniers, M. Barato insiste sur le fait qu' »il y aura des situations complexes » pendant la campagne et que le conflit avec le Maroc « aura des conséquences » pour la campagne espagnole, du moins jusqu’à ce que les agriculteurs puissent se réorganiser. Il a également dénoncé le fait qu' »en Espagne, on ne manque pas de main-d’œuvre. Ce qui manque, c’est l’envie de travailler » et déplore « qu’avec trois millions et demi de chômeurs, il y ait des gens qui préfèrent une subvention ou une aide plutôt que de travailler sur le terrain ».

Libre Mercado, 31 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, travailleurs saisonniers, récolte, ouvriers agricoles, crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne, Ceuta,