Maroc : Un journaliste détenu en grève de la faim (Spiegel)

La nouvelle répression des critiques du gouvernement au Maroc
Soulaiman Raissouni est en grève de la faim depuis plus de 40 jours. L’ex-rédacteur en chef du dernier journal libre du Maroc, qui a été abandonné, est en prison sans condamnation – comme de nombreux journalistes critiques dans le pays.

Par Monika Bolliger

« Mon problème est que j’ai toujours de l’espoir. » Saida El Kamel rit, mais cela n’a pas l’air gai. La journaliste marocaine de 36 ans s’inquiète pour son collègue et ancien rédacteur en chef Soulaiman Raissouni, emprisonné. Sa vie est en danger, dit El Kamel au téléphone. Raissouni a entamé une grève de la faim il y a plus de 40 jours.

Les responsables disent que Raissouni va bien et reçoit des soins médicaux. Cependant, sa femme ainsi que des organisations de défense des droits affirment qu’il est extrêmement faible. « Ce qui lui arrive me fait très mal. Et je me demande ce qu’il me reste en tant que journaliste dans un pays où un collègue meurt en prison simplement parce qu’il veut un procès équitable », dit El Kamel.

« Beaucoup de choses indiquent un coup monté ».

Les accusations portées contre Raissouni pèsent lourd : un jeune homme de la communauté LGBTQ du Maroc l’accuse d’agression sexuelle. Les militants des droits de l’homme soupçonnent que l’accusation est politiquement motivée. Ils ne demandent pas l’acquittement inconditionnel de Raissouni, mais ce à quoi ont droit tous les citoyens d’un État de droit : un procès équitable et transparent.

Cela ne fait aucun doute : Soulaiman Raissouni est en prison depuis un an, et jusqu’à présent, aucun verdict n’a été prononcé à son encontre. Toutes les demandes de libération provisoire ont été rejetées. La militante marocaine des droits de l’homme Khadija Ryadi dénonce par téléphone un processus non transparent. Elle déclare : « Ce n’est pas à moi de juger ce qu’il a fait. Beaucoup de choses indiquent un coup monté. Il y avait des contradictions dans l’acte d’accusation. Mais quels que soient les faits : Ce n’est pas une raison pour ne pas respecter ses droits. »

Raissouni est l’un des cinq journalistes anti-gouvernementaux qui seront jugés lors de différentes audiences en juin. Il n’est pas le seul à être accusé de crimes sexuels. Le journaliste Omar Radi est également sur le banc des accusés en juin pour avoir violé une femme – et pour avoir prétendument mis en danger la sécurité de l’État.

Instrumentalisation de #MeToo ?

Radi a été arrêté l’été dernier, un mois après que l’organisation de défense des droits humains Amnesty International eut signalé que son téléphone avait été illégalement mis sur écoute par les autorités. Amnesty International constate qu’au Maroc, les allégations d’agressions sexuelles sont systématiquement utilisées comme prétexte pour faire taire les voix indésirables. Les critiques accusent donc le gouvernement du pays d’exploiter le mouvement mondial #MeToo à ses propres fins.

Que le pouvoir judiciaire marocain s’intéresse soudainement aux droits des femmes et des personnes LGBTQ ne semble pas très crédible : l’homosexualité est toujours illégale au Maroc. En 2019, la journaliste Hajar Raissouni – une nièce de Soulaiman Raissouni – a été arrêtée pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage et avoir avorté. Les autorités l’ont obligée à subir un examen médical pour vérifier si un avortement avait eu lieu. Après tout, elle a été pardonnée par le roi six semaines plus tard.

Le journal pour lequel les deux Raissounis avaient travaillé a été contraint de fermer en mars en raison de problèmes financiers et de la pression de l’appareil d’État. « Akhbar Alyoum » était le dernier journal indépendant au Maroc ayant une certaine portée qui osait critiquer le gouvernement. La journaliste Saida El Kamel, qui fait actuellement campagne pour Raissouni, a également écrit pour ce journal. Elle précise : « Ce n’était pas un journal d’opposition, mais un journal qui défendait un journalisme professionnel et factuel. »

Un espace réduit

El Kamel raconte comment la fermeture a eu lieu : une campagne de diffamation contre le personnel du journal, basée en partie sur l’arrestation des deux Raissounis, avait fait pression sur les rédacteurs. Le journal a souffert financièrement parce que beaucoup n’osaient plus faire de publicité dans le journal : « Quand une publication a de mauvaises relations avec l’appareil du pouvoir, les gens s’en éloignent », dit-elle. Les subventions de l’État à « Akhbar Alyoum », auxquelles tous les médias imprimés avaient droit, ont été arrêtées un jour sans justification. Au final, les employés ont dû travailler sans être payés pendant des mois.

Maintenant, El Kamel est au chômage. Connue pour sa plume acérée, la journaliste a du mal à publier dans le pays : « Ils estiment que c’est un risque de me confier des missions », dit-elle des autres organes de presse. Dans le même temps, les quelques publications numériques qui font du journalisme critique manquent d’argent. Mais El Kamel garde espoir et essaie de continuer à écrire.

Les organisations de défense des droits de l’homme observent depuis un certain temps une nette augmentation de la répression contre les voix critiques au Maroc. C’est un retournement de situation après une ouverture relative il y a dix ans, lorsque le printemps arabe a ému les pays voisins et que les figures de l’opposition au Maroc ont aussi été soudainement invitées à faire des apparitions publiques à la télévision.

El Kamel déclare : « Je le sens dans les entretiens : Personne n’ose plus parler. Les gens me demandent parfois ce que je fais encore au Maroc – et ils pensent que quelqu’un comme moi, qui n’est pas encore en prison, ferait mieux de quitter le pays. »

Spiegel, 28 mai 2021

Etiquettes : Maroc, presse, journalistes, répression, liberté d’expression, journaliste en grève de la faim, Omar Radi, Soulaiman Raïssouni, Taoufik Bouachrine,