Allemagne : « L’UE ne doit pas se soumettre au chantage » du Maroc

MICHAEL ROTH : SECRÉTAIRE D’ÉTAT ALLEMAND AUX AFFAIRES EUROPÉENNES
Le secrétaire d’État allemand aux affaires européennes, Michael Roth, regrette que le Maroc utilise ses jeunes sans perspectives comme monnaie d’échange politique.

Le secrétaire d’État allemand aux affaires européennes, Michael Roth (Heringen, Allemagne, 50 ans), répond à la fois de sa position au sein de la grande coalition gouvernementale d’Angela Merkel et de son militantisme social-démocrate. Comme Olaf Scholz, le candidat de son parti pour les élections générales en Allemagne en septembre, il est favorable à l’avancement de la réforme économique de l’UE et à l’émission d’euro-obligations, ce que les conservateurs rejettent. Après la crise migratoire de Ceuta et les arrivées incessantes à Lampedusa, il estime qu’un pacte européen sur les migrations et l’asile est plus urgent que jamais. Dans un entretien virtuel avec EL PAÍS et deux autres correspondants de l’alliance de journaux européens LENA, M. Roth se félicite de la réponse rapide de l’UE au « terrorisme d’État » du président biélorusse Aleksandr Lukashenko, qui a détourné un avion dimanche dernier pour détenir un militant.

Question : Comment Lukashenko peut-il être tenu personnellement responsable s’il ne libère pas le blogueur dissident Roman Protasevich ?

Réponse. Des sanctions personnelles ont déjà été imposées à des individus biélorusses. Ceci en réponse au refus des dirigeants d’autoriser des élections libres et à leur pratique de persécution et d’emprisonnement des opposants. M. Lukashenko peut être assuré que nous le surveillons de près. Nous devons nous concentrer, avant tout, sur le réseau financier qui approvisionne le régime de Minsk.

P. On ne sait pas encore si la Russie a participé à l’opération, mais le Kremlin ne l’a pas condamnée et certains politiciens de haut niveau à Moscou l’ont applaudie. Quelles en sont les conséquences ?

R. Tout d’abord, ce qui s’est passé doit être éclairci rapidement et complètement. Nous ne pouvons pas laisser passer ça. Tout le monde sait que les relations entre l’Europe et la Russie sont dans un moment compliqué. En effet, la Russie mène une politique destructrice qui viole le droit international et vise à désinformer l’Europe, et l’Allemagne en particulier. Toutefois, je suis encouragé par les derniers signaux en provenance des États-Unis. Le président Biden a accepté une rencontre à haut niveau avec Poutine en juin. Il serait très inquiétant que la Russie n’accepte pas cette main tendue pour engager enfin des pourparlers.

P. Malgré tout, l’Allemagne poursuit la construction du gazoduc Nord Stream 2 en provenance de Russie, même après les protestations des partenaires européens. Comment les deux s’articulent-ils ?

R. Nous sommes préoccupés par la sécurité de l’approvisionnement énergétique de l’ensemble de l’Europe. Des dizaines d’entreprises de 12 États membres de l’UE participent au projet Nord Stream 2. La chancelière allemande, Mme Merkel, a convenu avec le président Poutine que l’Ukraine bénéficierait également du transit de gaz. La clé de l’indépendance vis-à-vis de la Russie à moyen et à long terme réside dans la diversification de l’énergie et dans l’amélioration de sa durabilité et de son efficacité.

P. Récemment, les États-Unis ont annoncé par surprise qu’ils n’avaient pas l’intention d’imposer de nouvelles sanctions à Nord Stream 2. L’Allemagne a-t-elle fait des concessions, par exemple en achetant le gaz que les États-Unis obtiennent par fracturation ?

R. Il n’y a pas d’engagement de ce type. On aurait pu s’attendre à de telles exigences de la part de l’administration précédente, mais pas de l’actuelle. Le projet est presque terminé et ne doit pas être utilisé comme un jouet dans les relations transatlantiques. La politique européenne et allemande doit assurer l’approvisionnement de tous les pays partenaires. L’objectif premier est le passage structurel aux énergies renouvelables, mais nous avons également besoin d’un approvisionnement fiable pour cette transition.

P. Les crises de Ceuta et Lampedusa montrent que la question des migrations n’est toujours pas résolue dans l’UE. L’Allemagne est-elle prête à accueillir des migrants en provenance d’Italie ?

R. Ce dont nous avons besoin de toute urgence, c’est d’une politique européenne commune en matière de migration et d’asile. Nous devons maintenir cette question en tête des priorités. Et nous ne devons pas permettre à certains États membres de fermer les yeux ou de refuser catégoriquement de trouver une solution. Mais si un pacte commun sur les migrations échoue, il ne restera qu’une seule chose : une coalition fiable, solidaire et humaine de quelques États qui se défendront mutuellement et veilleront à ce que les règles soient respectées et que plus personne n’ait à craindre pour sa vie en Méditerranée.

Q. Est-il juste de donner de l’argent à certains pays pour qu’ils accueillent des migrants alors que d’autres refusent ?

R. Je dis cela du point de vue d’un social-démocrate : on discute de points avec lesquels il est difficile d’être d’accord. Mais la question est maintenant de savoir si l’UE peut obtenir un pacte qui puisse aller de l’avant. Nous avons eu la même chose pendant des années. Les solutions ad hoc qui ont été trouvées, dans lesquelles l’Allemagne est toujours impliquée, sont laborieuses, prennent du temps et sont tout sauf durables. Nous ne pouvons pas continuer comme ça. Certains peuvent avoir du mal à accepter que certains États membres ne veulent pas accueillir un seul immigrant. La proposition de la Commission n’est pas idéale, mais elle tente de rassembler différents intérêts de manière pragmatique.

P. L’UE verse des millions au Maroc et, tout à coup, le pays ouvre sa frontière. Pensez-vous que ce qui s’est passé à Ceuta relève du chantage et peut se répéter avec d’autres pays ?

R. L’UE aide des pays comme le Maroc à donner une perspective à leurs jeunes, à créer des emplois. Mais j’ai l’impression que les jeunes sans perspectives deviennent une monnaie d’échange politique pour ceux qui sont au pouvoir. C’est cynique. L’UE ne doit pas se laisser aller au chantage. A cet égard, je suis très choqué par les images de Ceuta.

P. Lampedusa a une fois de plus donné un haut-parleur aux populistes de droite en Italie, comme Matteo Salvini. Le parti d’extrême droite Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni a dépassé le Parti démocratique dans les sondages. En Espagne, Vox tente de tirer parti de la crise de Ceuta. Craignez-vous que la question de la migration ne donne à nouveau des ailes à la droite en Europe ?

R. Je suis très reconnaissant au Premier ministre italien, Mario Draghi, d’avoir voulu inscrire la question des migrations à l’ordre du jour d’un des prochains sommets européens. Nous sommes en retard sur les réformes fondamentales de la politique de migration et d’asile. Et il n’est pas dans notre intérêt que l’échec d’une politique commune en matière de migration et d’asile incite les nationalistes et les populistes à se renforcer et à mettre davantage la démocratie sous pression. Ce ne sont plus des questions domestiques. Nous sommes tous étroitement interconnectés dans l’Union européenne. Nous devons construire un pare-feu contre la propagande et contre les campagnes de peur et les mensonges des nationalistes et des populistes dans toute l’Union européenne.

P. Le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, a récemment prévenu que les candidats à l’adhésion à l’UE dans les Balkans occidentaux deviennent financièrement dépendants de Pékin. Que peut-on faire à ce sujet ?

R. Cela montre déjà le problème : la Chine parvient à créer la fausse impression que ses investissements dans les Balkans occidentaux sont indispensables. Mais il n’y a aucune base pour cela. En réalité, l’UE est de loin le plus gros investisseur dans la région. Nous devons être plus agressifs dans la lutte contre les campagnes de désinformation de la Chine.

Q. Quelles concessions l’UE doit-elle faire dans les Balkans ?

R. Je serais heureux si tous les membres de l’UE reconnaissaient le grand danger d’un retrait stratégique de l’Europe. Le vide serait immédiatement comblé par des pays qui ne partagent pas nos valeurs. Nous devons nous en tenir à notre calendrier, par exemple en ce qui concerne la libéralisation des visas avec le Kosovo. Je ne m’engage pas sur des dates, mais l’Albanie et la Macédoine du Nord remplissent depuis longtemps les conditions d’ouverture des négociations d’adhésion. S’y opposer est politiquement peu clairvoyant. Les Balkans occidentaux sont les voisins de l’Europe ; si la réconciliation, la paix, la stabilité, la liberté et la démocratie y sont menacées, nous avons un énorme problème.

P. Dans certains pays de l’UE, comme la Bulgarie ou la Roumanie, par exemple, l’État de droit est un problème majeur. Comment l’UE entend-elle éviter que cela ne se reproduise avec les nouveaux candidats ?

R. Lors des précédents élargissements, l’accent a souvent été mis sur les détails techniques du marché intérieur. Passons maintenant aux choses sérieuses : qu’en est-il de l’indépendance du pouvoir judiciaire ? Qu’en est-il de la diversité des médias ? L’objectif n’est pas seulement le progrès économique et la politique de cohésion. Si nous éclaircissons ce point une fois pour toutes maintenant, nous gagnerons beaucoup de temps par la suite.

P. La Chine a également beaucoup d’influence dans des pays de l’UE comme la Hongrie, le Portugal et la Grèce. Ils peuvent devenir la porte d’entrée de Pékin en Europe.

R. Je n’ai pas l’impression que des pays comme la Hongrie veulent se passer des milliards qu’ils reçoivent de l’UE pour construire des infrastructures. Mais en fin de compte, ces pays doivent aussi décider eux-mêmes dans quelle mesure ils veulent être des membres de l’UE respectueux des traités et, en même temps, prendre des engagements envers la Chine. Il n’y a rien contre le commerce avec la Chine, comme l’Allemagne le fait aussi. Mais il doit toujours être clair que nous ne nous laisserons pas faire du chantage ; il ne doit jamais y avoir de concessions sur les droits de l’homme, par exemple.

P. Il a été difficile d’introduire un mécanisme de sanctions financières pour les violations de l’État de droit. Toutefois, la Cour constitutionnelle de Varsovie pourrait bientôt décider que le droit communautaire n’est pas contraignant en Pologne, et il existe une opposition similaire en Hongrie. Il existe une opposition similaire en Hongrie. Quelle est la crédibilité de ce mécanisme ?

R. Le mécanisme doit encore recevoir le feu vert de la Cour de justice européenne. Mais je n’ai aucun doute à ce sujet. Au final, personne ne pourra s’en sortir. C’est ce que tous les États membres devraient comprendre. Nous ne pouvons défendre de manière crédible la démocratie et l’État de droit au niveau international que si nous ne laissons aucune place au doute au sein de l’UE quant au renforcement et à la défense de nos valeurs fondamentales.

« LA PROSPÉRITÉ DE L’ALLEMAGNE DÉPEND DE NOS VOISINS ».

Le secrétaire d’État allemand aux affaires européennes, Michael Roth, souligne l’ambition du fonds de relance de l’UE et plaide pour une plus grande intégration européenne.

P. Olaf Scholz, candidat de votre parti aux élections allemandes, considère le fonds de reconstruction de l’UE comme une sorte de « moment Hamilton », c’est-à-dire qu’il compare le financement commun de la dette à la fondation des États-Unis. Y aura-t-il bientôt une dette commune sous forme d’euro-obligations ?

R. Je suis très reconnaissant qu’avec Next Generation EU, nous ayons réussi à créer un paquet de solidarité vraiment ambitieux. En tant que social-démocrate, je soutiens naturellement la politique de notre candidat Olaf Scholz. Le SPD souhaite une intégration européenne plus poussée vers des États-Unis d’Europe. Nous avons besoin de plus de coordination sociale, économique et aussi fiscale. Et avec un caractère contraignant.

P. Les conservateurs considèrent la dette commune comme une « rupture du barrage ». Comment expliquez-vous au contribuable allemand que vous allez être responsable des dettes d’autres pays ?

R. La prospérité, la stabilité sociale et l’emploi en Allemagne dépendent dans une large mesure de la situation de nos voisins. Plus de 60 % de nos exportations sont destinées à l’UE. Le chômage élevé, la faiblesse économique et les troubles sociaux dans d’autres pays de l’UE sont très dangereux pour nous. Nous sommes tous dans le même bateau.

El Pais, 28 mi 2021

Etiquettes : Allemagne, Michael Roth, Espagne, Maroc, ñigration, chantage, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, marocain, sahraoui, espagnol, Ceuta, Melilla, enclave,