Algérie/ Front interne : Une soupape de sécurité

Il sera une soupape de sécurité: sur lequel échouent toutes les tentatives de déstabilisation La consolidation du front interne, une revendication persistante de la classe politique

Selon de nombreux observateurs et analystes politiques, les élections législatives prévues le 12 juin prochain contribueront grandement à la consécration du renouvellement de la classe politique dans le pays qui a franchi des étapes essentielles dans l’édification d’une Algérie nouvelle.

Conformément aux engagements pris par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie avance à pas résolus pour consacrer plus de démocratie, l’Etat de droit et la justice sociale, en tenant compte des aspirations exprimées par le peuple dans le sillage du Hirak, notent ces mêmes observateurs. Ils ont estimé que la politique menée par le président Abdelmadjid Tebboune vise à consolider le front interne qui sera une soupape de sécurité sur lequel échouent toutes les tentatives de déstabilisation, de notre pays. Ce front serait capable, relève-ton, de réduire l’alliance douteuse entre l’argent sale, ses parrains et les apprentis de la politique en dehors du cadre réglementaire et de la légitimité, une alliance représentant pour les ennemis de l’Algérie «un terreau fertile pour élaborer leurs complots visant la déstabilisation de l’Algérie». A ce titre, plusieurs partis politiques ont plaidé ces derniers temps pour relance de l’action commune en vue d’initier un projet national inclusif permettant de renforcer le front interne pour faire face aux différentes menaces externes et affronter les prochains défis qui attendent le pays. Ils ont appelé, à cet égard, à une coopération «sincère et sérieuse» devant aboutir au lancement d’un projet national fédérateur à même de renforcer le front interne et de contrecarrer toute menace venant de l’extérieur. De même qu’ils ont lancé un appel pour l’édification d’institutions crédibles et jouissant de la légitimité populaire qui préservent l’Algérie et contribuent à son développement politique, économique, social et culturel, ainsi que dans tous les domaines. Ils ont également dénoncé l’ingérence étrangère dans les affaires internes de l’Algérie, estimant que cette démarche participait d’une vision colonialiste et arrogante, visant à semer la discorde entre les enfants du seul peuple. Une ingérence condamnée par les positions officielles et les partis, car pleinement conscients des visées de cette intervention qui entendait faire chanter les responsables et institutions officielles, en vue de réaliser des objectifs économiques, socioculturels et géostratégiques. Au niveau des frontières sud de l’Algérie, relèvent ces mêmes acteurs de la classe politique, des chantages et des visées de forces coloniales exigent une reprise en main du dossier des pays du Sahel en vue de préserver la sécurité et la coopération entre les Etats de la région. Ils ont souligné que l’Algérie s’achemine, lors de cette phase, vers la préparation des prochaines élections législatives et locales, d’où l’intérêt de bien assimiler l’importance de cette étape dans le processus d’édification du pays, à travers le parachèvement de la construction des institutions de l’Etat et de donner une véritable signification à la pratique politique probe et propre en la prévenant de tous les aspects négatifs vécus par le passé.

De même, le peuple algérien et son Armée sont appelés à constituer un mur infranchissable contre toutes les tentatives visant l’unité du pays, sa sécurité et sa stabilité «Ni les alliances ni les mensonges ne triompheront, tout comme les intentions malveillantes visant à ébranler l’unité de notre peuple et de notre territoire ne se concrétiseront. Les éléments de notre Armée et tous les enfants fidèles de notre peuple constitueront un mur infranchissable face à quiconque animé d’intentions malveillantes qui tenterait de porter atteinte à l’unité de notre Algérie, territoire et peuple», rapporte l’organe central de l’Armée dans sa dernière édition. Il rappelle à l’évidence que dans sa longue Histoire, l’Algérie «n’a jamais eu affaire à une organisation -quel que fut son degré d’extrémisme et de trahison- revendiquant le divorce et la séparation de la nation-mère pour la création d’une entité indépendante qui nie et rejette l’unité du peuple et du territoire», précisant que «le simple fait de penser à une telle éventualité relève de l’impossible et constitue une vue de l’esprit». Evoquant les traîtres inféodés à l’occupant ayant surgi durant la guerre de Libération nationale, mais qui n’ont jamais pensé à la séparation d’une région de l’Algérie et voulaient que toute l’Algérie avec son territoire et son peuple soit française, il est relevé qu’au cours de ses négociations avec le FLN, la France coloniale a tenté d’accorder l’indépendance à l’Algérie, mais amputée du Sahara, issue que les braves enfants de notre pays ont catégoriquement refusé d’en envisager même l’idée, et la réponse a été donnée sur le champ de bataille, à savoir que l’Algérie était une et indivisible, de Tébessa à Tlemcen et de Tizi-Ouzou à Tamanrasset. Dans le même sillage, deux mouvements qui s’allient aux ennemis de l’Algérie pour attenter à sa sécurité et à sa stabilité, en recrutant des mercenaires, en entraînant des traîtres et en les préparant à exécuter des opérations terroristes à l’intérieur du territoire national pour tuer des Algériens et détruire la patrie, sont pointés du doigt. Il s’agit, explique-t-on, d’un mouvement qui ne représente guère la région de Kabylie, laquelle a donné naissance à des héros ayant défendu et porté l’Algérie dans le cœur et sont tombés au champ d’honneur, à l’image de Cheikh El Haddad, El Mokrani, Fatma N’soumer, Amirouche et Abane Ramdane, ainsi que des milliers de martyrs issus de cette région qui ont sacrifié leur vie pour que l’Algérie vive unie. «Ce mouvement ignore l’Histoire et renie les sacrifices de tous les martyrs et les moudjahidine, mais semble ne pas avoir idée de la détermination du peuple algérien à préserver son unité», note la même source. Depuis des années, ajoute-t-on, «ces traîtres n’ont de cesse de rendre visite à l’entité sioniste usurpatrice, non pas à des fins de tourisme ou pour prier dans les lieux saints d’El Qods, mais pour se tenir devant le Mur des Lamentations, verser des larmes et solliciter au passage le secours et supplier les ennemis pour qu’ils les aident à établir leur république platonicienne imaginaire». Le peuple algérien, poursuit la même source, «ne pardonnera pas aux traîtres et gardera en mémoire leurs campagnes acharnées contre l’Algérie, ainsi que leur sollicitation de l’ennemi pour attenter à l’unité du peuple et du pays» . A ce propos, la préservation de la stabilité du pays et l’appel à une participation massive aux élections législatives du 12 juin prochain constituent la réponse idéale à ceux qui veulent à tout prix porter atteinte à la stabilité de l’Algérie, à sa sécurité et à l’unité de son peuple..

Benslimane