Trois marocains inculpés dans les tueries de Barcelone

Trois membres de la cellule djihadiste à l’origine des attentats de Barcelone en 2017 emprisonnés.

Un tribunal espagnol a condamné jeudi à de lourdes peines de prison trois membres d’une cellule djihadiste responsable des attentats de Barcelone en 2017, qui ont fait 16 morts et plus de 100 blessés.

L’Espagnol Mohamed Houli Chemlal et le Marocain Driss Oukabir ont été condamnés à des peines de 53 et 46 ans, respectivement, pour appartenance à une organisation terroriste, fabrication d’explosifs, tentative d’actes terroristes et 29 chefs d’accusation de lésions corporelles graves.

Les procureurs avaient requis des peines de 41 ans pour Houli et 36 ans pour Oukabir.

Le tribunal a déclaré que les deux hommes ne devraient pas purger plus de 20 ans de leur peine et que la sentence pouvait faire l’objet d’un appel.

Le Marocain Said Ben Iazza, troisième membre du groupe, a été condamné à une peine de huit ans pour collaboration avec une organisation terroriste.

Les charges sont liées à une explosion accidentelle la veille de l’attaque qui s’est produite à Alcanar, au sud-ouest de Barcelone, où des explosifs et des bonbonnes de gaz avaient été stockés, mais pas au saccage lui-même.

Le 17 août 2017, au plus fort de la saison touristique, un attaquant seul à bord d’une camionnette louée a traversé une foule dense sur le boulevard Las Ramblas de Barcelone, tuant 14 personnes.

Le conducteur a ensuite tué une autre personne en prenant la fuite.

Cinq militants ont ensuite foncé dans la foule au volant d’une voiture dans la station balnéaire de Cambrils et ont attaqué les passants au couteau, tuant une femme et en blessant plusieurs autres.

Tous les auteurs de ces attaques ont été tués par la police.

Reuters, 28 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Barcelone, Maroc, terrorisme, attentats de Barcelone, Mohamed Houli Chemlal, Driss Oukabir, Said Ben Iazza, Las Ramblas,