Sahara Occidental : Qui est Manuel Ollé, l’avocat de Brahim Ghali?

Expert en droit pénal international et dans les affaires impliquant l’application de la compétence universelle, il assistera Brahim Gali dans son témoignage devant le juge Santiago Pedraz.

L’avocat a agi devant des organisations et des tribunaux internationaux et dans des affaires telles que celle du jésuite espagnol Ignacio Ellacuría, assassiné au Guatemala.

L’avocat Manuel Ollé, qui a pris en charge la défense du leader du Front Polisario, Brahim Gali, a coordonné l’équipe de juristes espagnols qui a réussi à obtenir de l’Audience nationale qu’elle poursuive douze hauts gradés de l’armée et de la police marocaines pour le crime de génocide contre le peuple sahraoui.

Manuel Ollé, professeur de droit pénal international à la Faculté de droit de l’Université Complutense de Madrid, assistera en tant que conseil le secrétaire général du Front Polisario et président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui est toujours hospitalisé à San Pedro, Logroño, où il est traité pour le COVID-19.

Brahim Gali devrait comparaître le 1er Juin devant le juge de la Cour nationale Santiago Pedraz par voie télématique depuis Logroño en relation avec deux plaintes, l’une par un Sahraoui de nationalité espagnole qui a dénoncé avoir subi des tortures quand il était détenu dans les camps de réfugiés de Tindouf (Algérie) et l’autre déposée par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (ASADEH), qui a été provisoirement rejetée et qui a été rouverte avec la présence du chef du Polisario en Espagne.

L’avocat Manuel Ollé est un expert en affaires pénales par application de la compétence universelle et a agi devant la Cour européenne des droits de l’homme, la Cour pénale internationale et des organismes internationaux tels que la Commission interaméricaine des droits de l’homme, le Comité des droits de l’homme des Nations unies ou la Commission africaine des droits de l’homme, entre autres.

Ollé, qui a été président de l’association Pro Human Rights d’Espagne, est intervenu en tant que procureur privé dans la procédure d’assassinat du jésuite espagnol Ignacio Ellacuría au Guatemala, et dans la demande d’extradition du dictateur chilien Augusto Pinochet, entre autres affaires.

En mai 2015, il s’est rendu dans les camps de réfugiés sahraouis, ce qui coïncidait avec la 12e édition du Festival international du film FiSahara, consacré cette année-là à la justice universelle. Il y a recueilli les témoignages de témoins directs des bombardements au phosphore blanc et au napalm contre la population sahraouie effectués en février 1976 par l’armée de l’air marocaine.

Parmi d’autres actions liées au Sahara Occidental, en juin 2010 et au nom de l’Association pour les Droits de l’Homme en Espagne, avec cinq autres organisations, il a déposé un recours administratif contre une résolution du Secrétaire d’Etat au Commerce pour arrêter la vente d’armes au Maroc.

Le 25 mai, Manuel Ollé a publié un article dans elDiario.es dans lequel il affirme que les accusations portées contre Brahim Gali sont une campagne qui « dégage un arôme strictement politique », est « écrite de l’autre côté du détroit » et répond à une « tactique bien connue des tribunaux : lorsque vous n’avez pas raison dans votre demande, établissez des faits choquants avec l’apparence de la vraisemblance pour que l’accusation soit admise pour être traitée ». Et c’est ce qui s’est passé ».

Etiquettes : Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, justice universelle, Maroc, Manuel Ollé,