Trébucher sur la géopolitique

La dernière crise des relations entre l’Espagne et le Maroc montre à quel point l’illusion de dépolitiser les relations bilatérales sur la base de l’interdépendance est vaine, et à quel point il est faux de balayer les tabous et les problèmes territoriaux sous le tapis.

IRENE FERNÁNDEZ-MOLINA

Le recours explicite à l' »arme de la migration massive » à la frontière de Ceuta constitue une situation sans précédent dans la politique étrangère du Maroc à l’égard de l’Espagne et de l’Union européenne dans son ensemble. Que nous apprend-elle sur le passé, le présent et l’avenir des relations bilatérales entre Madrid et Rabat ?

Le passé nous rappelle que les cartes, l’aspect territorial, continuent d’être des fractures ouvertes même 65 ans après la décolonisation du protectorat marocain et 45 ans après le retrait anormal de l’Espagne du Sahara occidental. Tant le conflit perpétué – gelé ou chaud – sur la souveraineté de ce dernier territoire non autonome que la revendication marocaine et la liminalité géopolitique des villes de Ceuta et Melilla sont des questions que les gouvernements de Madrid auraient volontiers effacées de l’agenda bilatéral il y a des décennies : la première parce que l’Espagne s’est officiellement proclamée depuis 1976 « libre de toute responsabilité internationale » pour son administration ; la seconde, directement comme une question dont on ne parle pas. Cependant, les deux questions territoriales ont tendance à se glisser par la porte de derrière de temps en temps, avec plus ou moins de fanfare, parfois diaboliquement entrelacées. Ajoutez à cela les frictions quotidiennes provoquées ces dernières décennies par les politiques d’externalisation des frontières de l’UE et de ses États membres, les griefs – mais aussi le pouvoir – qui accompagnent le rôle ingrat de « gendarme de l’Europe ». Le résultat est que l’aspect territorial est en train de devenir le talon d’Achille des politiques étrangères espagnole et européenne à l’égard du Maroc, ce qui est particulièrement paradoxal au moment où l’UE, non sans une certaine confusion conceptuelle, tente de s’ériger en puissance « géopolitique ».

Quant au présent, la crise actuelle confirme à nouveau que le fameux coussin d’intérêts – imaginé dans les années 1990 comme un vaccin contre les tensions d’origine territoriale entre l’Espagne et le Maroc – a été à la fois un succès et un échec. Devenue un précepte du consensus diplomatique espagnol post-transition depuis les années 1990, cette doctrine prêchait que la création d’un réseau dense d’intérêts partagés basé sur un dialogue politique institutionnalisé et une coopération dans tous les secteurs, combinée à l’européanisation de politiques telles que l’agriculture et la pêche, permettrait de prévenir ou d’atténuer les conflits cycliques entre les deux pays voisins. En d’autres termes, elle a cherché à faire passer l’interaction bilatérale de l’échiquier réaliste classique de l’équilibre des forces et des jeux à somme nulle à une logique typiquement libérale d’interdépendance complexe et de solutions gagnant-gagnant.

La première partie de l’équation a fonctionné, dépassant même les attentes. Différents indicateurs montrent le bond effectué par l’interdépendance hispano-marocaine dans le domaine économique et social au cours des trente dernières années. Il y a près d’une décennie, l’Espagne a détrôné la France en tant que premier partenaire commercial du Maroc. Elle est aujourd’hui le troisième pays d’origine des stocks d’investissements directs étrangers dans le royaume. Le Maroc fait également partie depuis longtemps des pays prioritaires, destinataires d’un plus grand volume de ressources, pour l’aide au développement et la coopération culturelle et éducative espagnole. Et sur le plan social, on a assisté à une expansion rapide de la communauté d’immigrants marocains établie en Espagne. Mais il est tout aussi vrai que nous avons continué à avoir un Perejil en 2002, une crise de Ceuta en 2021. La deuxième partie de l’équation a échoué. Les questions territoriales ont persisté dans la coexistence avec une interdépendance et une coopération multipliées, créant une curieuse dualité entre des logiques en principe antagonistes.

« Les questions territoriales ont persisté dans la coexistence avec une interdépendance et une coopération multipliées, créant une curieuse dualité entre des logiques en principe antagonistes. »

De ces deux âmes de la relation bilatérale, depuis la résolution de la crise de 2001-2003, la coopération a prévalu sans solution de continuité. La fluidité des relations entre les autorités des deux pays a été influencée par la convergence des positions en matière de contrôle des frontières et de la migration et, surtout, par le rôle croissant de l’Espagne en tant que défenseur des intérêts marocains auprès de l’UE et des Nations unies. Cela a été vital à des moments défavorables pour le Maroc dans le conflit du Sahara occidental. Ce fut le cas en 2003, lorsque Rabat a rejeté le plan Baker II, se positionnant comme un trouble-fête aux yeux de la communauté internationale. Les actions de la diplomatie espagnole au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, dont l’Espagne était alors un membre non permanent, ont permis de revoir à la baisse les termes du premier projet de résolution sur la question, le privant ainsi d’un caractère contraignant ou coercitif et sauvant la situation en faveur du Maroc. Par la suite, dans le contexte agité qui a suivi la dénommée intifada sahraouie à El Aaiún en 2005, un soutien discret a été apporté aux travaux d’élaboration du plan d’autonomie marocain pour le territoire, soumis à l’ONU en 2007, et ses insuffisances ont été négligées. Plus récemment, Rabat a eu besoin de la médiation de Madrid lors de sa crise sans précédent avec Bruxelles (2016-2019) déclenchée par les arrêts de la Cour de justice de l’UE (CJUE) annulant l’application au Sahara occidental des accords UE-Maroc sur le commerce agricole, la pêche et l’aviation, en raison du statut juridique distinct du territoire. Le gouvernement espagnol a agi au sein du Conseil en tant que défenseur actif d’une renégociation créative des accords en accord avec les demandes marocaines, essayant de résoudre la quadrature du cercle en se conformant formellement aux exigences de la CJUE mais en conservant le Sahara.

Ces précédents donnent des indices sur ce que le Maroc attend de l’Espagne dans les circonstances actuelles d’un point de vue stratégique, au-delà de l’incident de l’hospitalisation du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, à Logroño : l’intercession à Bruxelles et à New York en faveur de ses objectifs sur le Sahara occidental, plus maximalistes que jamais depuis la déclaration présidentielle de Donald Trump de reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le territoire, et en prévision du scénario possible de nouveaux arrêts de la CJUE défavorables à Rabat.

Pour l’avenir, cette crise montre l’inanité de l’illusion libérale de dépolitiser les relations bilatérales sur la base de l’interdépendance, et l’erreur de balayer constamment les tabous et les problèmes territoriaux sous le tapis.

Politica Exterior, 27 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali,