Le tourisme en baisse en Tunisie

L’amphithéâtre antique d’El Jem, qui est l’une des principales attractions de la Tunisie, présente un aspect désolé après avoir été détruit par COVID-19.

Cette structure du IIIe siècle est un symbole de la Tunisie et figure sur le billet de 20 dinars. Il accueille habituellement environ 190 000 visiteurs chaque année, mais en 2020, seuls 45 000 l’ont visité. Jusqu’à présent cette année, il est resté désert la plupart du temps.

Au cours des deux dernières semaines, les chiffres ont commencé à s’améliorer après que le gouvernement a assoupli les règles de quarantaine pour les voyages à forfait afin d’apporter des revenus étrangers de la haute saison estivale, mais ils sont encore loin des niveaux pré-pandémiques.

Sur la place à l’extérieur de l’amphithéâtre, les entreprises touristiques ferment peu à peu leurs portes, comme c’est le cas dans tout le pays, mettant des vies en attente et poussant les gens à trouver d’autres occupations. La Tunisie, qui dépend de l’aide étrangère pour se procurer les vaccins COVID-19, est confrontée à des stocks insuffisants.

La plupart des touristes visitent la Tunisie pour ses longues plages blanches. Mais elle offre aussi des cités romaines en ruine, des forêts de liège, des mosquées médiévales, des plateaux de tournage de la Guerre des étoiles et des oasis sahariennes. Le tourisme représente normalement environ un dixième de l’économie tunisienne.

La plus grande ville balnéaire voisine est Sousse, où le Movenpick Resort & Marine Spa n’emploie que la moitié de ses 550 employés habituels, a déclaré son directeur des ventes et du marketing, Zied Maghrebi.

Travel And Tour World, 26 mai 2021

Etiquettes : Tunisie, tourisme, coronavirus, covid 19, pandémie,