Maroc-Allemagne : Une importante alliance pour l’hydrogène vacille

La coopération avec le Maroc, tant vantée, est soudainement « sur le banc d’essai », selon le ministère allemand des affaires étrangères. Les premiers représentants des entreprises se préparent déjà à un report important.

Sur la voie de la neutralité climatique, l’Allemagne aura besoin de beaucoup plus d’hydrogène vert produit à partir d’électricité verte que ce qui peut être produit ici. Le gouvernement allemand s’appuie donc sur des partenariats énergétiques avec d’autres pays. La stratégie nationale pour l’hydrogène a prévu 2 milliards d’euros pour l’établissement de tels partenariats.

Le Maroc est considéré comme un grand espoir parmi les futurs fournisseurs d’hydrogène, car il peut bénéficier de beaucoup de vent et de soleil ainsi que de la proximité géographique. Le ministre allemand du développement Gerd Müller (CSU) a forgé une « alliance » en juin 2020, et les plans pour la construction d’une première centrale électrique hybride comprenant une usine de dessalement de l’eau de mer et un électrolyseur de 100 mégawatts sont bien avancés. En mars, le gouvernement allemand a répondu à une question des Verts en affirmant que la mise en œuvre de la « centrale de référence » au Maroc se déroulait « comme prévu ».

Mais soudain, des doutes planent sur cette réalisation. Alors que, jusqu’à présent, l’idée que le Maroc puisse avoir lui-même besoin du précieux vecteur énergétique sur la voie de la neutralité climatique à moyen terme suscitait des objections sceptiques, le partenariat germano-marocain dans le domaine de l’hydrogène menace désormais d’éclater dès le début en raison de désaccords diplomatiques.

« Sur le banc d’essai en raison des développements actuels ».

La raison en est la position de l’Allemagne sur le Sahara occidental : Berlin avait critiqué la décision des Américains de reconnaître la souveraineté du Maroc sur ce territoire. En conséquence, le Royaume accuse la République fédérale d’hostilité et retire son ambassadeur de Berlin au début du mois de mai. La coopération germano-marocaine en matière de politique de développement a été suspendue. On peut se demander si la production d’hydrogène peut réellement commencer bientôt comme prévu.

Le ministère des affaires étrangères confirme ces doutes dans une réponse à une question du groupe parlementaire FDP, que le F.A.Z. peut consulter. L’alliance germano-marocaine pour l’hydrogène repose sur de nombreuses années de coopération fructueuse en matière de développement et sur le partenariat énergétique germano-marocain. De l’avis du gouvernement allemand, cette coopération reste dans l’intérêt mutuel, mais elle est sous surveillance en raison des développements actuels. » Et encore : « Si la situation actuelle devait devenir permanente, le gouvernement fédéral estime que des conséquences négatives pour le lancement d’affaires et l’attractivité du marché ne peuvent être exclues. »

L’argent allemand ne doit pas circuler jusqu’à nouvel ordre. « Les fonds ne seront versés que si le partenaire remplit ses obligations contractuelles », précise le ministère des Affaires étrangères. Une porte-parole de la KfW estime les coûts du projet pour la centrale de référence au Maroc à 325 millions d’euros. Il est prévu de financer une « grande partie » des coûts du projet par des prêts et des subventions de la banque de développement. Cependant, la KfW déclare maintenant aussi : « Actuellement, les activités de projet en cours sont reportées. Dans quelle mesure cela entraînera des retards dans la mise en œuvre du projet, nous ne pouvons pas le dire pour l’instant. »

« Le Maroc a toujours été un point d’ancrage pour la stabilité ».

Les premiers représentants des entreprises se préparent déjà à un report important. « Je ne crois pas que les désaccords diplomatiques avec le Maroc puissent être résolus à court terme », déclare Stefan Liebing, président de l’Association africaine des entreprises allemandes. Cependant, des progrès sont réalisés dans d’autres pays africains.

Un grand nombre de nouveaux projets y sont actuellement mis en place avec la participation d’entreprises allemandes, qui misent principalement sur l’achat d’hydrogène dans le cadre du projet H2global du ministère fédéral de l’Économie et de la Technologie ; contrairement au partenariat avec le Maroc, dont le ministère du Développement est responsable, celui-ci repose sur des contrats de différences plus rentables au lieu de prêts classiques.

« Cela me semble plus prometteur », dit Liebing. « Et qui sait si un projet pilote marocain sera encore d’une grande importance dans un an ou deux, alors que l’hydrogène est déjà produit dans d’autres pays et livré en Allemagne. »

De son côté, Christoph Hoffmann, porte-parole du groupe parlementaire FDP pour la politique de développement, met en garde contre une remise en cause trop rapide du royaume d’Afrique du Nord. « Construire une toile de fond menaçante contre le Maroc et prétendre que les projets d’hydrogène vert sont en danger n’est pas dans l’intérêt de l’Allemagne », dit-il. Après tout, l’Allemagne a un besoin urgent d’hydrogène vert pour un avenir sans CO2, a-t-il déclaré. « Le Maroc a toujours été une ancre de stabilité en Afrique du Nord, il serait donc d’autant plus important que le ministre des affaires étrangères se rende au Maroc pour aplanir les difficultés », explique M. Hoffmann.

Franfurter Allegemeine, 25 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Allemagne, hydrogène, énergie renouvelable, énergie verte, électricité, climat,