La « mauvaise génération » à la tête des manifestations en Tunisie

Herchi Abdselm*

Les protestations menées par une génération qui n’a pas connu la répression de l’ère Ben Ali brisent le moule de ce à quoi ressemblent les protestations en Tunisie.

La Tunisie est entrée en 2021 accablée par de nombreuses crises. Des milliers de personnes ont perdu leur emploi en raison des effets de Covid-19 ; le taux de chômage est passé de 15,3 % avant la pandémie à 17,4 % selon l’Institut national de la statistique. Le secteur de la santé est confronté à des difficultés pour gérer la propagation du virus Covid-19, qui a déjà coûté la vie à 10 000 Tunisiens. En outre, la confusion règne quant à la manière de mener efficacement les campagnes de vaccination dans le pays afin de garantir que tous les Tunisiens puissent recevoir un vaccin. En plus des problèmes économiques engendrés par la pandémie, la Tunisie est également aux prises avec un désaccord politique entre les trois principaux dirigeants : le président du parlement, le premier ministre et le président. L’agitation politique et la crise économique ont provoqué des troubles sociaux dans tout le pays, entraînant l’arrestation de 1 600 civils et la mort d’un jeune homme touché par une grenade lacrymogène.

Selon Ramadan Bin Omar, porte-parole officiel du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, les protestations ont pris de l’ampleur cette année avec environ 3 865 cas de troubles civils au premier trimestre de cette année, soit 1801 de plus qu’au premier trimestre de 2020.

Depuis 2011, la jeunesse tunisienne a maintenu la tradition de manifester en janvier, ce à quoi les autorités politiques s’attendent. Cependant, les protestations de cette année ont été plus fréquentes et plus intenses. Un quartier de l’ouest de Tunis a organisé la première manifestation de l’année, qui a duré plusieurs jours et a fini par se transformer en violentes échauffourées au cours desquelles la police a utilisé des gaz lacrymogènes contre les manifestants. Ces cas de violence entre la police et les manifestants sont apparus dans d’autres gouvernorats de Tunisie également, notamment à Sousse, Kasserine, Bizerte et Siliana, où l’armée est intervenue pour protéger certaines installations.

Les manifestations ont été confrontées à un niveau de répression sans précédent de la part des forces de police. Plus de 1 600 civils âgés de 30 à 51 ans ont été arrêtés. La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme a documenté des  » violations flagrantes  » commises à l’encontre des détenus, dont certains étaient des enfants. Les violations documentées comprenaient la torture, le harcèlement, les coups, la menace d’abus sexuels et le viol. Yousef, un manifestant arrêté interrogé par l’auteur, a raconté les insultes, les coups et les tortures dont lui et ses amis ont été victimes.1 Plus choquant encore, un homme de 21 ans aurait perdu son testicule gauche à la suite des tortures intenses qu’il a subies en garde à vue.

Le slogan « le peuple veut renverser le régime » a refait surface lors des récentes manifestations. Les manifestants demandent le renversement du gouvernement actuel, des élections anticipées et le respect des libertés individuelles. Ces protestations sont menées par une génération de manifestants qui sont les enfants de ceux qui ont participé à la transition démocratique de la Tunisie. Parce qu’ils étaient de jeunes enfants à l’époque de Ben Ali, ils ne connaissent pas les restrictions des libertés et la répression perpétrée par Ben Ali.

Cette génération se sépare clairement des manifestants de la dernière décennie ; un groupe de jeunes, par exemple, a récemment lancé sur les médias sociaux le hashtag #TheWrongGeneration. Les forces politiques et civiles ne parviennent pas à faire entrer ce mouvement, qui rejette les groupes traditionnels, dans le moule typique des mouvements en Tunisie.

Selon le journaliste et analyste politique Mohamed Al-Youssefi, « l’État tunisien, avec sa mentalité dépassée, est incapable de comprendre cette nouvelle génération et de répondre à ses demandes. Jusqu’à présent, la crise en Tunisie a été traitée avec une insouciance politique, ce qui conduira à une pression croissante sur les trois principaux dirigeants ».2 Peut-être l’autorité politique en Tunisie a-t-elle réussi temporairement à freiner cette nouvelle vague de protestations en arrêtant et en intimidant les dissidents. Cependant, il s’agit d’une approche dangereuse, car elle accroît la probabilité de nouveaux troubles sociaux dans le pays.

Actuellement, aucun parti politique n’est en mesure de comprendre ou d’accueillir cette nouvelle génération et ses exigences. La nouvelle génération recherche un pays démocratique fondé sur la responsabilité avant la réconciliation, ainsi que sur la lutte contre la corruption en tant que pratique réelle plutôt qu’en tant que slogan. Cette génération aspire à un pays qui opère dans le cadre d’une stratégie de développement qui suit le rythme des évolutions mondiales et qui défend la justice sociale et économique. Le rejet par cette génération de tout ce qui est politique contribue également à l’incapacité du gouvernement à gérer leurs demandes, un dilemme que l’activiste de la société civile Mohamed Barhoumi suggère de résoudre en adoptant une stratégie claire de lutte contre la corruption politique.3 Selon Barhoumi, la seule façon de réinitialiser l’atmosphère politique et de restaurer la confiance de la jeunesse tunisienne dans le système politique est de voir les membres corrompus de la classe politique rendre réellement des comptes.

Herchi Abdslem est journaliste, professeur de finance et chercheur sur l’expérience de la Tunisie en matière de corruption depuis l’indépendance. Suivez-le sur Twitter : @abdslemher

1 Interviewed by phone on April 23, 2021 
2 Interviewed on April 25. 2021
3 Interviewed on May 5, 2021

Carnegie Endowment for international peace, 24 mai 2021

Etiquettes : Tunisie, jeunesse, nouvelle génération, manifestations, protestations, crise économique,