Haines des juifs : Les”Jeunes du Maroc ou de Turquie” pointés du doigt

Un cessez-le-feu est désormais en vigueur dans le conflit de Gaza. Mais les affrontements continuent de se répercuter ici aussi. Mme Merkel souligne le droit à la liberté d’expression et met en garde contre la haine des Juifs.

À la lumière des incidents antisémites survenus lors de manifestations contre la politique palestinienne d’Israël, la chancelière allemande Angela Merkel (CDU) met en garde contre le franchissement des frontières. “La loi fondamentale garantit le droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique. Mais elle ne laisse aucune place aux attaques contre les personnes d’autres confessions, aucune place à la violence, au racisme et à l’incitation”, a-t-elle déclaré dans son message vidéo hebdomadaire publié samedi.

“Celui qui porte la haine contre les Juifs dans nos rues, celui qui profère des insultes incitatives, se place en dehors de notre Loi fondamentale. De tels actes doivent être systématiquement punis et avoir des conséquences tangibles pour leurs auteurs”, a déclaré Mme Merkel.

Mme Merkel a fait ces remarques à l’occasion de la Journée du droit fondamental, dimanche. Après l’embrasement du conflit de Gaza entre le Hamas et Israël, les manifestations pro-palestiniennes se sont multipliées en Allemagne, y compris les incidents antisémites.

“Beaucoup de gens sont contre”

Le chancelier a parlé de “déclarations antisémites intolérables lors de certaines manifestations ces derniers jours.” Elle a ajouté : “Mais je suis également heureuse que tant de personnes se dressent contre ces tendances, qu’elles défendent clairement les valeurs de notre loi fondamentale et la protection de la dignité humaine.”

Les manifestants ont à nouveau appelé à la solidarité avec la Palestine lors de rassemblements organisés dans différentes villes samedi. Les événements sont restés paisibles jusqu’en début de soirée. Selon les estimations d’un journaliste de dpa, des centaines de personnes ont participé à Berlin. A Leipzig, la police a parlé d’environ 200 participants. Sur des pancartes, ils réclamaient, entre autres, “Liberté pour la Palestine” et “Stop à la terreur israélienne”. À Francfort, la police a déclaré qu’environ 950 manifestants y ont pris part. Des rassemblements de solidarité avec Israël ont également eu lieu. À Giessen, par exemple, environ 300 personnes se sont rassemblées.

“Infraction grave”

Pendant ce temps, le Premier ministre bavarois Markus Söder a appelé à des mesures plus sévères contre l’hostilité envers les Juifs. “L’antisémitisme – même l’antisémitisme quotidien – est un délit grave. Nous devrions également opérer avec des sanctions plus élevées”, a déclaré le leader de la CSU au journal Funke Mediengruppe (dimanche). M. Söder estime également qu’une “nouvelle idée de l’intégration” est nécessaire. En fin de compte, a-t-il dit, cela doit être clair : qu’ils soient chrétiens, musulmans, juifs, bouddhistes, hindous ou athées, tous doivent se sentir citoyens allemands et vivre la philosophie d’une société démocratique libre.

Le Conseil central des Juifs considère que le pouvoir judiciaire est sollicité. Le président Josef Schuster a déclaré au Augsburger Allgemeine : “La lutte contre l’antisémitisme nécessite toujours au moins deux personnes : un législateur déterminé et un pouvoir judiciaire qui applique aussi résolument cette loi.” Il a ajouté : “Mais je vois les plus grands déficits dans le système judiciaire, qui a une certaine faiblesse de vision dans l’œil droit.” Dans le même temps, il a mis en garde contre le fait de voir la cause de l’antisémitisme uniquement dans l’immigration depuis 2015. La haine du Juif est également répandue dans d’autres secteurs de la société, notamment chez les soi-disant penseurs latéraux, a-t-il ajouté.

“Les Allemands ont une responsabilité particulière”

Le Comité international d’Auschwitz a également exprimé son inquiétude. “Chaque attentat antisémite, chaque drapeau israélien allumé, chaque étoile juive barrée, chaque pierre d’achoppement détruite confirme que quelque chose a commencé à déraper dans la société”, a déclaré le vice-président du comité, Christoph Heubner, aux journaux Funke Mediengruppe. Cela prouve que les auteurs de ces actes espéraient une approbation tacite de leur haine des Juifs.

Le président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, a déclaré au Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung que “toute la rigueur de l’État de droit” était nécessaire, ainsi qu’un consensus politique selon lequel il n’y a pas de place pour les antisémites. Les Allemands ont une responsabilité particulière pour le droit à l’existence d’Israël, a-t-il déclaré. “Tous ceux qui vivent en Allemagne doivent comprendre cela. Lorsque des jeunes du Maroc ou de Turquie viennent en Allemagne, vous devez leur expliquer cela.” En plus des mesures policières, des efforts d’intégration supplémentaires sont nécessaires, a-t-il déclaré.

dtj-online, 24 mai 2021

Etiquettes : Allemagne, Maroc, Turquie, antisémitisme, Palestine, Israël, Ghaza,