Crise des migrants à Ceuta : des centaines de mineurs en errance

La crise des migrants dans l’exclave méditerranéenne espagnole de Ceuta s’est atténuée. Après la mort de trois personnes cherchant une protection dans la zone frontalière, le Maroc a accepté le retour d’environ 7 500 personnes sur un total de 9 000.

Parmi eux se trouvent de nombreux enfants et adolescents dont les parents ont fourni la preuve qu’ils sont les tuteurs légaux.

Cependant, des centaines de mineurs non accompagnés restent encore dans la ville autonome.

Mabel Deu est la vice-présidente régionale de la ville de Ceuta : « Nous travaillons sans relâche et jusqu’à l’épuisement pour obtenir l’affiliation de ces enfants, les données nécessaires et la confirmation de leurs parents pour pouvoir ramener ces mineurs chez eux. »

Le problème : de nombreux autres mineurs errent dans l’exclave. Sans savoir où aller ni vers qui se tourner. Ils ne sont pas tous originaires du Maroc, loin s’en faut.

« Nous n’avons rien »
« Quel âge avez-vous ? » demande le journaliste. « J’ai quinze ans et je viens de Guinée Conacry » dit l’adolescent. « Là-bas, nous n’avons rien à manger, nous n’avons rien, les écoles ne sont pas efficaces » explique-t-il.

L’arrivée massive de migrants à Ceuta, contre laquelle le Maroc n’a rien fait, s’est produite dans le contexte d’une grave crise diplomatique entre Rabat et Madrid. Elle a été déclenchée par l’hospitalisation accordée par l’Espagne à Brahim Ghali. Il est le chef du Front Polisario, qui lutte pour l’indépendance de la région du Sahara occidental, dont une grande partie a été annexée par le Maroc.

Selon les médias, Ghali est sur la voie de la guérison après sa grave maladie du Covid 19.

Euronews, 24 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Migration, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali,