Algérie : La campagne électorale se fait «plus précise»

LÉGISLATIVES DU 12 JUIN : La campagne se fait «plus précise»

par Mohamed Kebci

La campagne électorale pour les élections législatives anticipées du 12 juin prochain commence à son sixième jour, hier mardi, à se faire «plus précise» en termes de thèmes abordés. Du moins, par certains des chefs de parti les «plus en vue».

M. Kebci – Alger (Le Soir) – Comme nous l’avouait, hier mardi, le chargé de la communication de Jil Jadid, les questions récurrentes qui reviennent lors de ces premiers jours de la campagne électorale pour les élections législatives anticipées du 12 juin prochain sont liées à la confiance et aux chances d’un véritable changement.

Habib Brahmia, qui accompagnait le président du parti qui était en campagne de proximité au centre-ville de la capitale des Aurès, dans la matinée avant de se rendre dans l’après-midi à Aïn-Beïda, dans la wilaya limitrophe d’Oum-el-Bouaghi, affirme que des nombreuses rencontres avec les citoyens ressortent deux principales préoccupations : le rétablissement de la confiance perdue et les chances pour un véritable changement.

Ce à quoi, selon notre interlocuteur, Soufiane Djilali réplique à chaque fois que ce tout prochain scrutin pourrait constituer justement «l’occasion pour l’amorce de ce changement tant caressé». Ce qui suppose, poursuit-il, une participation active et massive des citoyens à cette élection. Car, pour lui, les choses ne peuvent évoluer et changer sans une véritable participation des citoyens dans les choix de leurs représentants», estimant que l’ancien système s’est effondré et qu’il est «impératif d’en édifier un autre, tout nouveau» Cela dit, précise Brahmia, d’autres soucis sont abordés lors de cette campagne, citant notamment la problématique du chômage. Ce qui pourrait être, tout au moins, jugulé en accordant plus d’importance à certains secteurs d’activité à très forte demande de main-d’œuvre comme l’agriculture, l’artisanat, le tourisme et le bâtiment.

Autre thématique récurrente qui revient dans cette campagne électorale, les menaces auxquelles ferait face le pays notamment sur sa stabilité. Face à ces périls, les chefs de parti, dans leur presque totalité, prescrivent l’unique antidote, une participation massive des citoyens pour le choix des représentants du peuple lors de ces élections législatives.

Des élections dont «les indices, comme le souligne le président du Front el Moustakbal, sont prometteurs quant au recouvrement de la confiance des citoyens en les institutions, notamment celles élues comme l’Assemblée populaire nationale». Aussi, le secrétaire général du RND a évoqué, lui, avant-hier, le dossier des élus locaux qui, selon lui, doivent bénéficier d’une protection juridique.

Tayeb Zitouni soutient que «les poursuites judiciaires contre ces élus doivent obéir à une législation claire, qui permet de rétablir dans ses droits tout élu innocenté».

Des élus locaux, victimes, selon lui, de «vision méprisante» qui «limite leurs missions aux travaux de nettoyage et d’éclairage».

Le Soir d’Algérie, 26 mai 2021

Etiquettes : Algérie, élections législatives, campagne éléctorale, thèmes abordés, thématique, partis politiques,