L’UE est devenue vulnérable au chantage

Commentaire de l’invité sur la situation à Ceuta

Les migrants doivent pouvoir venir en Europe en toute sécurité – mais pas de la manière dont les Verts le souhaitent.

L’UE est devenue vulnérable au chantage. Le manque de volonté de parvenir à un accord politique est l’obstacle crucial à une intégration européenne plus profonde et à une aide durable à long terme pour l’Afrique. Le temps presse. Une solution ne peut plus attendre.

Ces derniers jours, des milliers de personnes ont tenté de rejoindre l’enclave espagnole de Ceuta en Afrique depuis le Maroc. A la nage, à pied sur les plages à marée basse ou en canot pneumatique, ils ont voulu tenter leur chance pour une vie meilleure. C’est compréhensible. Le Maroc n’est pas une démocratie libérale, mais c’est un pays stable dont le bilan en matière de droits de l’homme est tolérable au regard des normes régionales. Mais le Covid-19 a, à tout le moins, aggravé les perspectives économiques de la jeune population du pays.

C’est la cause, mais pas la cause, de la ruée vers l’enclave espagnole. Le déclencheur immédiat a été un problème interne, ou du moins intra-africain, entre le Maroc et les milices du Polisario. Parce que l’Espagne a traité ses dirigeants médicalement, le Maroc a été scandalisé et fait maintenant du chantage à l’Espagne – et avec elle toute l’UE.

C’est intolérable. Il est tout aussi intolérable que le président turc mène l’UE par le bout du nez depuis des années en utilisant les réfugiés syriens en Turquie comme moyen de pression. Tout aussi intolérable est le soutien de l’UE aux forces en Libye qui promettent de manière très crédible à l’époque qu’elles arrêteront la migration à travers leur pays au plus tard à la côte. Et tout aussi intolérable est l’indifférence avec laquelle l’UE assiste à la transformation de l’Égypte en un État totalitaire, tant que personne n’en fuit.

La politique migratoire ne peut être le seul principe directeur de notre politique étrangère, de sécurité et des droits de l’homme. Et l’UE doit enfin cesser de conclure des accords avec ses maîtres chanteurs. Parce qu’il y a suffisamment de moyens de pression – ne serait-ce qu’en raison de l’importante aide au développement que nous accordons à ces États.

La pression migratoire en provenance d’Afrique ne cessera pas dans un avenir prévisible

Mais il serait préférable de ne pas dépendre du tout de la bonne volonté de nos voisins. Je trouve donc d’autant plus surprenant que la gauche et les Verts critiquent maintenant bruyamment les refus des autorités de sécurité espagnoles en les qualifiant d’inhumains. Si chaque passage de frontière est récompensé par une admission, alors nous créons une course. Et cette course ne commence pas sur la plage au Maroc, elle commence dans les bidonvilles de Lagos, dans les villages de l’est de la Guinée-Bissau et parmi les bergers du nord de la Mauritanie. Nous nous rendons complices des trafiquants si nous affirmons que ceux qui parviennent jusqu’à nous ont gagné – et que tous les autres n’ont pas gagné.

C’est pourquoi nous avons besoin d’une protection solide des frontières et de quotas d’admission fixes pour les réfugiés, comme les États-Unis le pratiquent avec succès depuis des décennies. Parce que la pression migratoire économique de l’Afrique ne cessera pas dans un avenir prévisible. La croissance économique est trop faible, le taux de natalité trop élevé et, surtout, des régimes kleptomanes comme l’Érythrée continuent de sucer leur population à blanc, bloquant toute création de richesse.

L’automne dernier, la Commission européenne a présenté un ensemble de règlements de plus de 400 pages sur la réforme, ou plutôt la justification, d’une politique migratoire européenne. Le résultat des consultations menées jusqu’à présent n’est pas digne de l’UE. Hormis quelques questions techniques, les Etats membres n’ont pas avancé d’un millimètre. L’arrêt des négociations à Bruxelles est toujours synonyme de progrès pour les passeurs et les trafiquants d’Afrique du Nord. Tous les gouvernements, de Varsovie à La Haye en passant par Porto, doivent enfin s’en rendre compte.

Aider l’Afrique à combler plus rapidement l’écart de prospérité avec nous

Le poids politique que tous les gouvernements mettent dans la balance pour parvenir à un accord sur la protection du climat ou sur les questions financières doit également être utilisé pour résoudre le « problème des problèmes » de l’UE. Mais pour ce faire, chacun doit sortir d’un millimètre de sa coquille nationale. Ceci est d’un intérêt élémentaire pour nous, Allemands, au cœur de l’Europe, si nous voulons préserver et renforcer la cohésion de l’UE.

C’est pourquoi, en tant qu’UE, nous devrions permettre aux personnes victimes de persécutions de demander des visas humanitaires avec des quotas flexibles. Nous serions alors également en mesure de répondre plus rapidement à des crises telles que celle du Tigré. En outre, nous devons lancer une initiative en matière d’éducation – pour les étudiants africains qui souhaitent étudier en Allemagne et faire ensuite profiter leur pays d’origine de devises étrangères et, à leur retour, de leur savoir-faire.

Ainsi, nous pourrions mieux assumer notre responsabilité en matière de droits de l’homme, aider l’Afrique à combler plus rapidement l’écart de prospérité qui la sépare de nous, montrer à ceux qui souhaitent migrer une voie inoffensive vers l’Europe – via l’éducation et la formation – et restructurer notre politique dans la région – sans fausses priorités qui font de nous le jouet d’intérêts étrangers.

L’antisémitisme chez les migrants : Nous avons besoin d’un groupe de travail contre la moralité des élites gauchistes !

Focus Online, 23 mai 2021

Etiquettes : Espagne, Maroc, UE, Union Européenne, Ceuta, migration, chantage,