Le Maroc utilise des migrants comme « des pions »

Le recours du Maroc à l’utilisation de la migration clandestine comme moyen de chantage dans les relations bilatérales avec l’Espagne et l’Union européenne (UE), montre que Rabat n’a aucune considération pour la vie humaine, a estimé le représentant du Front Polisario en Espagne, Abdulah Arabi.

Dans une interview accordée à la chaîne d’information « 24 heures sur 24, Radio y Televisioon de Espana (RTVE) », le diplomate sahraoui a affirmé que cette manœuvre « ne surprend pas, car c’est ce qu’il (Maroc) fait et sait habituellement faire: chantage, manipulation et déformation ». « Le recours à l’immigration clandestine par le Maroc, comme moyen de chantage dans les relations bilatérales avec l’Espagne et l’Union européenne, (…) montre ce dont le Maroc est capable », a-t-il expliqué, qualifiant de « regrettable » l’utilisation de vies humaines (mineures), comme moyen de chantage.

« Ce que nous avons vu ces derniers jours, et l’Europe en a été témoin, montre que le Maroc ne considère pas la vie humaine et est capable de recourir à toute atrocité pour tenter d’exercer des pressions afin de conditionner toute position favorable à la légalité internationale dans la mesure où le Sahara occidental est concerné », a-t-il souligné.

Rappelant les mises en garde historiques de l’Etat sahraoui concernant les politiques expansionnistes du Maroc aux frontières légales des pays voisins, le délégué sahraoui a rappelé que le Front Polisario lutte depuis « 45 ans contre l’occupation illégale de notre pays par le Maroc et nous souffrons de toutes sortes de violations des droits humains ».

« Nous voyons comment les femmes sahraouies ont été torturées et attaquées de manière sauvage par le Maroc », a dénoncé Arabi, faisant référence à la situation grave que vivent les sœurs Khaya dans les zones occupées du Sahara occidental.

« Le Maroc tente depuis décembre de faire pression sur l’Espagne et l’Europe en vue de suivre la démarche effectuée par l’ex-président américain Donald Trump qui a annoncé sa reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Et il (Maroc) n’a pas réussi », a conclu le délégué du Front Polisario en Espagne, Abdulah Arabi.

Dans un récent rapport, l’ONG Amnesty international a dénoncé l’utilisation par le Maroc des migrants comme « des pions » dans le cadre de l’échiquier politique « morbide » avec l’Espagne.

L’ONG a affirmé que 8.000 personnes, dont 2.000 mineurs non accompagnés, sont arrivées à Ceuta, à la nage ou à pied, entre le 17 et le 18 mai, sur fond de crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc.

Amnesty, dénonce « le fait que des personnes demandeuses d’asile ou migrantes soient utilisées comme des pions sur un échiquier politique morbide ».

L’ONG a rappelé qu’une publication sur Facebook du ministère marocain des droits de l’Homme indique que « l’ouverture des frontières vers Ceuta est intervenue en représailles » à accueil en Espagne du chef de l’Etat sahraoui, à titre humanitaire comme l’avaient affirmé les autorités espagnoles.

Jeudi dernier, le gouvernement espagnol a accusé le Maroc d' »agression » et de « chantage » après l’arrivée de plus de 8.000 migrants, dont un grand nombre d’enfants, depuis lundi dans l’enclave espagnole de Ceuta.

L’afflux de ces migrants en provenance du Maroc « est une agression à l’égard des frontières espagnoles mais aussi des frontières de l’Union européenne », a dénoncé Margarita Robles sur la radio publique, en dénonçant un « chantage » de Rabat qu’elle a accusé d' »utiliser des mineurs ».

« Nous ne parlons pas de jeunes de 16, 17 ans », le Maroc a laissé passer des « enfants de 7 ou 8 ans, d’après ce que nous ont rapporté les ONG (…) en faisant fi du droit international », a vilipendé la ministre.

L’image d’un bébé sauvé de la noyade par un agent de la garde civile espagnole a notamment fait le tour du monde, suscitant l’effroi sur les réseaux sociaux.

Agences

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, Sahara Occidental,