Mohamed VI : du grand espoir du Maroc à sa grande déception

ANA POLO ALONSO

La rareté de la presse libre au Maroc, s’il en reste une, se réfère généralement à Mohammed VI comme au « roi nomade » ou, à la limite de la censure, comme au « monarque hors d’atteinte », c’est-à-dire inaccessible, dans des lieux éloignés ou inconnus. Ce n’est pas une exagération : le roi alaouite passe tellement de temps hors du palais, à faire la fête, en vacances ou directement à l’étranger que, lorsque le roi Philippe VI a effectué un voyage d’État dans le pays voisin en février 2019, les journalistes ont dit que celui qui était vraiment en visite officielle était le roi du Maroc lui-même.

Dans les milieux internationaux, il existe des milliers d’anecdotes sur la tendance de MVI ou M6, comme on l’appelle, à faire des escapades soudaines. Même Houdini ne pourrait pas s’échapper si facilement.

En 2000, un an à peine après son accession au trône, il était en Espagne pour un voyage officiel et, à la dernière minute, il a déclaré qu’il n’allait pas assister au dîner officiel au Palais royal parce qu’il était fatigué. Toutefois, comme l’a révélé la reine Sofia elle-même, il avait organisé ce soir-là une fête privée au Palacio del Pardo, où séjournent les dignitaires étrangers en visite en Espagne.

L’ancien président français, Nicolas Sarkozy, a également pu expliquer quelques astuces et même Condoleezza Rice elle-même, l’ultra-puissante secrétaire d’État du temps de Bush, a dû essuyer une rebuffade : Mohammed VI devait la recevoir à Rabat, mais elle a finalement dû se contenter du ministre marocain des affaires étrangères, Fassi Fihri.

Les très rares biographies sérieuses publiées à son sujet disent qu’au fond, Mohammed VI fuit ses responsabilités à la moindre occasion parce qu’il est un homme écrasé par sa position, qu’il n’a jamais souhaité être roi et qu’il aimerait vivre sans attaches.

Cependant, il ne fait également aucun doute qu’il est volatile, gâté, irresponsable, impulsif et exagérément capricieux. Un homme qui, lorsque son père, Hassan II, est mort en 1999 et qu’il est devenu monarque et souverain quasi absolu, s’est vite habitué aux machinations du pouvoir et, surtout, à ses paillettes. Sa vie, qui avait été luxueuse mais quelque peu rigide en raison de la discipline de fer que lui imposait son père, est passée à des niveaux d’hédonisme totalement farfelus, où l’argent était dépensé sans compter et où les affaires du gouvernement étaient systématiquement négligées.

De l’argent à sa disposition, bien sûr, il en avait et en a toujours. La monarchie alaouite est l’une des plus riches du monde et celle qui reçoit le plus d’argent public : quelque 250 millions chaque année sur le budget public, soit beaucoup plus que de nombreux ministères.

En outre, Mohammed VI est le plus grand propriétaire foncier du pays, le principal entrepreneur agricole et l’actionnaire majoritaire de la Société nationale d’investissement, un holding immobilier qui englobe des propriétés dans tout le pays, des entreprises, des banques et des biens et dont les performances génèrent des bénéfices annuels plus que succulents pour le souverain.

Pour toutes ces raisons, le magazine Forbes a toujours placé Mohammed VI parmi les dix monarques les plus riches de la planète et le roi le plus riche d’Afrique. Sa fortune, d’ailleurs, ne cesse de croître : si selon Forbes, en 2009 elle était de 2 500 millions de dollars, en 2015 elle est passée à 5 700.

Avec un tel trésor à sa disposition et en tenant compte du fait que ses dépenses personnelles de base – entretien des douze palais royaux au Maroc, salaires des 1100 serviteurs à sa disposition, etc. – sont couvertes par le gouvernement, Mohamed VI dépense l’argent pour de véritables caprices de multimillionnaire, comme des yachts gigantesques.

Il en utilisait normalement un appelé El Boughaz I, un bateau de 70 mètres, mais en 2019, il a également acquis le Badis I, un navire de 90 millions de dollars qui est considéré comme l’un des voiliers les plus grands et les plus luxueux du monde. Il est si gros que, au Maroc, il ne peut accoster que dans trois ports. Dans les autres, ça ne va pas du tout.

Les voitures constituent un chapitre à part : on estime qu’il possède 600 véhicules haut de gamme, certains hérités de son père et de son grand-père (comme des Rolls-Royce et des Cadillac) et d’autres nouvellement acquis, comme des Ferrari, des Bentley et des Aston-Martiin.

Et puis, bien sûr, il y a la garde-robe (dont une grande partie est payée par le gouvernement). Commençons par les montres : il en possède des centaines, des Rolex aux modèles sertis de diamants. Ses djellabas ont des boutons dorés et son goût pour les vestes flashy aux imprimés impossibles a été décrit comme une influenceuse, bien qu’il serait plus exact de la qualifier de ringarde.

La presse favorable au régime a dit avec finesse que le monarque s’inspire des rock stars et surtout du hip hop, mais qu’il y ajoute des touches de couleur et des motifs géométriques typiques du Maroc. Le résultat ne pourrait pas être pire.

La modernité qui n’arrive jamais

Bien sûr, Mohammed VI s’efforce de donner une image de modernité absolue, même en tant qu’instagramer. En effet, depuis son accession au trône, il a insisté pour que son nom soit synonyme de progrès et d’idées nouvelles au Maroc, de rénovation flamboyante et de progrès dans le monde arabe, fer de lance du Maghreb et de l’Afrique. Mais tout cela n’est qu’une façade, car le pays n’a pas beaucoup progressé dans des domaines clés pour son développement.

De plus, les Marocains ne connaissent que trop bien l’idée de se vendre comme le champion des changements qui ne viennent jamais. Déjà sous le règne de son père, Hassan II, qui a gouverné d’une main de fer de 1961 à 1999, le Maroc s’est vendu au monde comme un endroit moderne qui savait combiner son âme islamique avec les dernières avancées technologiques.

Cependant, Hassan II, appelé le prince des croyants (la tradition musulmane veut que le monarque du Maroc soit un descendant direct du prophète Mohammed), est aussi un homme qui a écrasé les révolutions, les coups d’État internes et les tentatives de révolte.

Sans oublier qu’il a annexé le Sahara occidental parce qu’il en avait envie et qu’il n’a eu aucun scrupule à utiliser 350 000 Marocains, dont certains étaient de jeunes enfants, comme une avalanche humaine (la fameuse Marche verte) contre laquelle l’armée espagnole a refusé de tirer un seul coup de feu. Les Espagnols se sont retirés à quarante kilomètres au sud pour éviter un conflit armé et, peu après, nous avons cédé la souveraineté de l’endroit, une partie au Maroc et l’autre à la Mauritanie (plus tard, le Maroc a également annexé cette partie).

De nombreux Sahraouis ont refusé de vivre sous le joug des Marocains et le Front Polisario est né. En 1991, l’ONU a mandaté un référendum pour que le peuple sahraoui décide de son avenir. Ils n’ont pas encore pu voter.

Hassan II a vendu au monde entier que la Constitution qu’il a lui-même promulguée en 1962, un an après son accession au trône, reconnaissait le Maroc comme un État démocratique, pleinement respectueux de la loi. Cependant, la belle phrase est restée une promesse creuse : bien qu’un parlement ait été mis en place et que des élections aient été instituées, dans lesquelles (soi-disant) les hommes et les femmes pouvaient voter librement, Hassan II n’a pas hésité à détruire toute opposition à son pouvoir absolu, à enfermer tous ceux qu’il considérait comme des ennemis (et le terme était utilisé de manière trop vague) et a même envoyé en exil des parents auxquels il ne faisait pas vraiment confiance. Tant de sang a été versé au cours de ces années que l’on se souvient encore de cette période comme des « jours sombres ».

Cependant, bien qu’étant un véritable dictateur et aussi un tyran, Hassan II était un diplomate consommé qui savait très bien jouer ses cartes sur un plateau de jeu incroyablement fragile, fragmenté et dangereusement inflammable.

Sa spécialité est ce qu’on appellera plus tard la triangulation, qui consiste à se lier d’amitié avec des pays ennemis les uns des autres. Il flirte ouvertement avec l’URSS, mais ses relations avec les États-Unis sont excellentes. Il y a eu une période de refroidissement avec la France, mais elle a été rapidement résolue.

Le Maroc a combattu Israël sur le plateau du Golan (dans le cadre de la guerre des Six Jours), mais les relations ont été rétablies en 1994 et l’amitié est restée stable depuis lors. Il y a également eu un rapprochement avec l’Union européenne et un accord commercial a été signé en 1995.

Hassan II était particulièrement habile pour convaincre l’Occident que lui et, par extension, la monarchie, étaient le meilleur rempart de la stabilité politique et la meilleure barrière protectrice contre l’islamisme politique qui dominait déjà l’Algérie, l’Égypte et plusieurs pays du Moyen-Orient à l’époque. C’est lui qui a suggéré que le Maroc était le porte-drapeau d’un pays tranquille, avec une vision modérée de l’Islam et un certain pragmatisme vis-à-vis d’Israël.

Le grand espoir

Mohammed VI a appris de son père que sa survie en tant que monarque dépendait de sa bonne entente avec les dirigeants internationaux. En effet, sa formation d’héritier du trône a très tôt mis en avant sa facette diplomatique.

Mohammed VI est né le 21 août 1963 à Rabat et a reçu une éducation complète, bien qu’il ne soit pas un bon élève. À l’âge de quatre ans, il fréquente déjà le Collège Royal de Rabat et, à dix ans, en avril 1974, il représente son père à l’étranger pour la première fois. C’était lors des funérailles solennelles du président français George Pompidou à Note-Dame.

Six ans plus tard, il est déjà plongé dans les voyages officiels en Afrique et, après avoir étudié le droit à Rabat, obtenu un certificat d’études supérieures en sciences politiques et un diplôme d’études supérieures en droit public, il se rend à Bruxelles pour un stage. Il a pu y voir Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, en action.

Outre l’acquisition de connaissances diplomatiques approfondies, Mohammed était également fortement occidentalisé, ce qui a amené de nombreux pays à penser que lorsqu’il deviendrait roi, de profondes réformes commenceraient au Maroc.

En fait, lorsqu’il est finalement monté sur le trône en 1999, à l’âge de 36 ans, toute la presse internationale a cru que Mohammed serait une bouffée d’air frais et beaucoup ont commencé à parler d’une possible transition démocratique à l’espagnole.

La vérité, il faut le dire, est qu’il a commencé du bon pied : il a permis au chef historique de l’opposition communiste, Abraham Serfaty, de rentrer d’exil et a limogé le ministre de l’intérieur, Driss Basri, qui était directement responsable de nombreuses violations des droits de l’homme. En 2004, il a réformé le code de la famille et inscrit l’égalité entre les hommes et les femmes dans la Constitution.

Lorsqu’il a épousé Salma Bennani en 2001, au lieu de la cacher, comme le voulait la tradition jusqu’alors, il a décidé de lui donner le titre de princesse et l’a autorisée à faire office de première dame. Salma, une femme instruite et moderne ayant suivi une formation universitaire, représentait un nouveau type de femme marocaine : beaucoup plus occidentale, non voilée et très impliquée dans la vie publique.

Avec elle, Mohammed a eu deux enfants : le prince héritier Moulay Hassan, qui vient d’avoir 18 ans, et la princesse Lalla Khadija, 14 ans. Salma a quitté la vie publique en 2017 et en mars 2018, le magazine Hola a annoncé en exclusivité la nouvelle de leur divorce.

L’héritier, qui pourrait déjà accéder au trône sans conseil de régence, est très proche de sa mère. Mohammed VI a de sérieux problèmes de santé : il a été opéré deux fois pour une maladie cardiaque et souffre de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). L’abdication est une option sérieuse.

L’espoir perdu

Malgré ce bon départ, le rythme des réformes s’est rapidement ralenti et les mauvaises habitudes du passé sont revenues. Les Marocains ont été consternés – mais pas excessivement surpris – de constater que le nouveau monarque, qui s’était autoproclamé prince des pauvres et se présentait comme proche du peuple, était en réalité un hédoniste qui dilapidait autant, voire plus, d’argent que son père, déjà connu pour être dépensier.

De plus, les prétendues vraies libertés n’étaient pas encore arrivées et les bons vœux restaient lettre morte. Même le printemps arabe (qui, au Maroc, était assez insignifiant) n’a pas réussi à changer grand-chose. Il est vrai que Mohammed VI a vu la barbe de ses voisins s’amenuiser et a donc réformé une nouvelle fois la Constitution, renforcé le pluralisme et reconnu davantage de droits et de libertés.

Il est également vrai qu’il a renoncé à bon nombre de ses pouvoirs au profit du parlement et du gouvernement, et que le Maroc choisit désormais son premier ministre parmi le parti majoritaire qui a remporté les élections législatives.

Cependant, il est également vrai que les principaux partis sont tous proches du roi, que le monarque peut nommer et révoquer les ministres à volonté, que l’administration fonctionne à peine et que la corruption est systématique et massive. La séparation des pouvoirs est une véritable chimère et, bien que Mohammed VI ne soit plus officiellement une personne sacrée, il est obligatoire de lui témoigner du respect et une révérence confinant à l’adoration.

Étant donné que toute opposition a été réprimée pendant des décennies, il n’y a pas de nouveaux dirigeants ni de structures politiques stables ou efficaces pour canaliser les critiques des citoyens. De temps en temps, les Marocains descendent dans la rue, mais leurs efforts, aussi bien intentionnés soient-ils, ne donnent aucun résultat, car au-delà des proclamations criées et des drapeaux brandis, il n’y a personne pour les défendre ou savoir comment faire aboutir leurs revendications.

Un bon diplomate

Malgré le fait que le Maroc n’a pratiquement pas fait de réels progrès dans de nombreux domaines, Mohammed VI a fait en sorte que ses alliés internationaux le regardent favorablement et parlent de lui en bien. Parfois même très bien : lorsque Hillary Clinton était secrétaire d’État dans l’administration Obama, elle est allée jusqu’à dire que le Maroc réalisait « un virage vers la démocratie qui devrait être un modèle pour les autres pays de la région ».

Les États-Unis considèrent le Maroc et, par excellence, Mohammed VI, comme l’un de leurs principaux alliés dans l’Afrique du Nord troublée, leur principal interlocuteur en dehors de l’OTAN et, depuis le 11 septembre, les relations entre Rabat et Washington sont constantes, fluides et dans les meilleurs termes.

Ces dernières années, la coopération militaire entre les deux pays s’est renforcée, les États-Unis ont aidé Rabat à renforcer sa propre industrie militaire et il n’est pas difficile de voir des soldats américains et marocains effectuer des manœuvres conjointes.

Il en va de même pour les relations avec Paris : en 2012, Mohammed a été le premier chef d’État à être reçu par le président Hollande, alors nouvellement élu, et avec Emmanuel Macron les contacts sont également étroits.

Comme son père, Mohammed VI a appris à s’entendre avec tout le monde et à diversifier ses partenaires. Depuis trois ou quatre ans, le Maroc se rapproche progressivement de Moscou et de Pékin, et dans une moindre mesure de l’Amérique latine.

Les contacts avec les pays subsahariens ont été considérablement renforcés : son père a quitté l’Union africaine en 1982 en raison de désaccords avec le Front Polisario, mais Mohamed VI a décidé de la réintégrer en 2017. En peu de temps, Rabat est déjà devenu le premier investisseur d’Afrique occidentale et le deuxième du continent, derrière l’Afrique du Sud.

Il y a également un rapprochement croissant avec l’Arabie Saoudite et ses acolytes. Avec le reste des pays arabes, en revanche, il y a un refroidissement. En fait, Mohammed VI a brillé par son absence lors du 28e sommet de la Ligue arabe à Amman en 2017. Ils ne veulent rien avoir à faire avec le Maghreb et les relations avec l’Algérie ont atteint un point dangereux.

Récemment, en outre, Mohammed VI a remporté un grand succès politique : après deux ans de négociations diplomatiques discrètes, les États-Unis de Donald Trump ont reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara. Le 4 novembre 2020, pour être précis, Trump a paraphé son approbation. Quelques jours plus tard, le gendre du président de l’époque, Jared Kushner, est arrivé à Rabat avec une délégation américaine et israélienne pour signer plusieurs accords économiques (3 milliards pour des projets d’investissements privés dans le pays) et pour signer une déclaration conjointe entre le Maroc, les États-Unis et Israël.

Avec l’Espagne, cependant, les choses sont différentes. Depuis son arrivée sur le trône, la pression pour Ceuta et Melilla s’est accrue : Mohamed applique des pressions commerciales depuis un certain temps et, depuis 2018, de grands travaux ont été réalisés pour clôturer ces deux enclaves.

Bien que le pire, comme nous le savons tous, soit arrivé il y a quelques jours seulement. Mohammed VI, se sentant fort après ses récents succès électoraux, a mis l’Espagne dans les cordes. Utilisant sa propre population comme une simple marchandise, et profitant du désespoir absolu d’une grande partie de ses citoyens, il a lancé une impulsion diplomatique comme on en a rarement vu au cours de la dernière décennie.

Dans les prochains jours, nous verrons si elle a gagné.

El Independiente, 23 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Mohammed VI, dictature, répression, torture, pauvreté, sous-développement, Ceuta, Melilla, Sahara Occidental,