Maroc : si proche et si lointain

Tout au long de ma carrière politique, j’ai toujours apprécié l’importance des relations fondées sur le respect et la coopération entre les deux pays.

MANUEL CHAVES GONZALEZ*

Les relations entre l’Espagne et le Maroc s’inscrivent dans une histoire faite de rencontres et de malentendus. Cette histoire comprend des guerres comme celle du Rif dans la première moitié du XXe siècle et des incidents armés comme celui de l’île de Perejil au siècle actuel. C’est aussi une histoire marquée par la proximité géographique et les liens entre les cultures et les populations des deux pays, mais le passé colonial a créé une méfiance et des préjugés qui n’ont pas encore été surmontés. Deux questions continuent d’affecter les relations : la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et la revendication du Maroc sur les villes espagnoles de Ceuta et Melilla. Tout ce contexte explique la priorité que l’Espagne accorde aux relations avec le Maroc, car ces deux questions sont au cœur de la plupart des conflits entre les deux pays.

Lorsque le Maroc a ouvert ses postes frontières pour faciliter le départ de milliers de Marocains, il a provoqué un conflit politique et une crise humanitaire qui ont été supportés par les citoyens de ce pays. Un rapide coup d’œil sur le conflit montre les aspects convergents : la question du territoire du Sahara occidental ; un leader du Front Polisario (Brahim Gali) en guerre contre le Maroc pour l’indépendance de ce même territoire ; et la ville de Ceuta, centre de la crise humanitaire. L’hospitalisation de Brahim Gali en Espagne a été le prétexte qui a déclenché un conflit politique qui couvait depuis décembre dernier, lorsque les États-Unis ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara en échange de la reconnaissance de l’État d’Israël par le Maroc. Étant donné que l’Espagne et l’Union européenne n’ont ni apprécié ni partagé cette décision, contraire aux résolutions de l’ONU, la réaction du Maroc a été d’ouvrir ses postes frontaliers, provoquant une crise humanitaire en réponse au conflit politique.

Malheureusement, cette crise a des perdants évidents : les milliers de jeunes Marocains qui, frappés par la grave situation économique et sociale résultant de la pandémie, ont vu leurs espoirs d’une vie meilleure anéantis. D’un point de vue politique, la question qui se pose est de savoir si, à cette occasion, le gouvernement marocain a évalué les mesures prises dans le cadre de sa stratégie. D’une part, des millions de personnes dans le monde ont vu les images de jeunes et d’enfants fuyant leur pays au péril de leur vie ; un pays qui, ces dernières années, a adopté des mesures politiques et économiques pour moderniser l’État et la société. Le retour en arrière est évident. D’autre part, il est normal que le gouvernement espagnol réaffirme le caractère espagnol et l’intégrité de Ceuta et Melilla. Tous les gouvernements espagnols, d’une tendance politique ou d’une autre, l’ont fait depuis le début de la démocratie. Mais la force avec laquelle la Commission européenne a affirmé que les frontières de Ceuta et Melilla sont aussi des frontières européennes a une signification politique que le Maroc devra analyser.

L’UE, l’Espagne et le Maroc devront faire face aux conséquences du conflit et de la crise humanitaire. Bien que cela puisse paraître étrange en ce moment, l’Espagne et le Maroc sont partenaires et amis. Nous pouvons rappeler l’importance pour les deux pays des relations de voisinage et de la connaissance mutuelle pour surmonter les préjugés entre les populations. Nous pouvons rappeler que l’Espagne abrite une communauté de plus d’un million de personnes d’origine marocaine, qui aspirent à vivre dans notre pays et à contribuer à sa richesse et à son développement.

Tout au long de ma carrière politique, j’ai toujours apprécié l’importance des relations fondées sur le respect et la coopération entre les deux pays ; j’ai apprécié la contribution de l’Andalousie à leur renforcement. Les deux pays partagent également une responsabilité géostratégique pour la sécurité et la stabilité menacées par le terrorisme islamiste, pour la protection environnementale de la Méditerranée et pour garantir la sécurité des personnes dans les mouvements migratoires. Il continuera à y avoir des désaccords et des conflits entre les deux pays, mais ils doivent être traités comme des pays amis, par le dialogue et la diplomatie, et non en faisant peser les conséquences de ces conflits sur la vie et la dignité des citoyens.

*Ancien président du gouvernement régional d’Andalousie

Granada Hoy, 23 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, Melilla, Sahara Occidental,