Le gouvernement espagnol « tourmenté » par l’acheminent du gaz algérien via le Maroc

Suite à la crise diplomatique entre Madrid et Rabat :

Selon des sources médiatiques internationales, le gouvernement espagnol ressent une grande inquiétude quant à l’approvisionnement par le gaz algérien via le pipe-line traversant le royaume du Maroc, sachant qu’une crise diplomatique sans précédant est survenue récemment entre les deux pays (Espagne et Maroc) en raison du flux migratoire provenant de ce pays nord africain.

Selon le site espagnol « IL Confidentiel » qui cite des « sources gouvernementales espagnols » , C’est surtout cette inquiétude qui a poussé le gouvernement espagnol a demandé des « garanties » de l’Algérie pour assurer tout manque éventuel d’approvisionnement en gaz si la crise aurait à s’aggraver entre le Maroc et l’Espagne et ce via le pipe – line « Med Gaz » reliant Béni saf dans la wilaya de Ain Temouchent à Almeria en Espagne et ce en cas de problèmes qui pourraient survenir en approvisionnement à travers le pipe-line traversant le Maroc vers l’Espagne notamment parce que les délais contractuels de ce pipe-line expirent dans 4 mois.

Le même site a ajouté que « cette situation a poussé le gouvernement espagnol à doubler ses actions pour garantir l’approvisionnement en gaz algérien. Elle a finalement réussi puisque le Groupe espagnol Naturgy( activant dans le domaine énergétique ) qui est un partenaire important de Sontrach, peut approvisionner l’Espagne en 10 milliards de mettre cubes de gaz par année rien qu’à travers le pipe-line Med Gaz en provenance de l’Algérie et sans même passer par le pipe-line traversant le territoire marocain ».

Le site espagnol « « IL Confidentiel » a également souligné que « le gouvernement espagnol trouve l’utilité de ses contacts avec l’Algérie dans ce sillage dans l’aspect crucial que revêt la garantie de sa sécurité énergétique et éviter une flambé du prix du gaz en cas de complications dans la crise avec le Maroc ».

Concernant le renouvèlement du contrat portant sur le transport du gaz algérien vers l’Espagne à travers le Maroc, qui va expirer dans 4 mois, le même site prévoit qu’ « en cas ou l’Algérie refusera de renouveler le contrat avec le Maroc, ce dernier se retrouvera dans une situation difficile du fait qu’il sera obligé d’acheter la moitié de ses besoins en gaz à partir du marché international alors que le prix du gaz est lié au prix du pétrole qui ne cesse d’augmenter ».

Sur le terrain, les donnés indiquent que le Groupe algérien Sonatrach compte plus sur le transport du gaz algérien via le pipe-line « Med Gaz » et ce en comparaison avec le transport de ce produit énergétique via le pipe-line traversant le territoire marocain.

A rappeler que le ministre de l’énergie Mohamed Arkab avait récemment inauguré un autre pipe-line appuyant le « Med Gaz » de façon à pouvoir transformer l’acheminement du gaz passant par le Maroc vers « Med Gaz » puis vers l’Espagne.

Par Aziz Latreche

Le Chiffre d’Affaires, 22 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Algérie, Gaz, Med Gaz,