Maroc : Les migrants à l’assaut de Melilla

Des milliers de Marocains continuent d’exercer une pression migratoire sur l’Espagne

Après le calme à Ceuta, les Africains cherchent maintenant à entrer illégalement par l’enclave de la ville méridionale de Melilla.

La pression migratoire sur l’Espagne s’est déplacée ces dernières heures de la ville de Ceuta à celle de Melilla, lorsque des centaines d’immigrants ont tenté de sauter la clôture qui sépare l’enclave du territoire marocain, selon la délégation du gouvernement espagnol dans la ville autonome.

« Il y a eu six tentatives d’entrée entre 22h20 jeudi et 3h45 hier à différents points du périmètre de la frontière terrestre. Ils ont réussi à faire entrer 30 hommes, tous marocains et majeurs », a déclaré la source à l’agence de presse Sputnik.

Ils ont également ajouté que ces 30 immigrants illégaux n’ont pas encore été localisés, mais que la pratique habituelle dans ces cas est de se cacher dans un premier temps, et même que « comme ils sont d’origine marocaine, il est possible qu’ils aient des parents à Melilla et qu’ils se trouvent chez eux ».

Ce nouvel événement intervient cinq jours après l’invasion de quelque 8 000 migrants à Ceuta, l’autre ville de souveraineté espagnole située sur le sol africain, au nord de ce continent, autorisée par les autorités marocaines en représailles à la décision de l’Espagne d’autoriser les soins de santé à Brahim Ghali, un chef rebelle luttant pour l’indépendance du Sahara occidental.

À cet égard, le gouvernement de Pedro Sanchez a précisé que Ghali, secrétaire général du Front Polisario, n’est pas arrivé en Espagne avec un faux passeport, bien qu’il ait utilisé une autre identité à l’hôpital de Logroño, où il est toujours hospitalisé et sans aucune intervention des autorités.

Des sources du ministère des affaires étrangères citées par l’agence de presse Europa Press ont insisté sur le fait que le transfert était dû à des « raisons humanitaires », car le Ghali était dans un état grave après avoir attrapé le coronavirus.

En ce sens, ils ont souligné qu’elle n’implique aucun type d’évaluation politique des relations avec le Maroc, que l’Espagne continue de considérer comme « stratégiques » et « positives ».

Le Ghali est entré en Espagne depuis l’Algérie et, selon ces sources, il l’a fait avec le passeport avec lequel il voyage habituellement et qui répond aux « exigences ordinaires ».

En ce qui concerne l’incursion des migrants à Melilla, le ministre espagnol de l’intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a déclaré dans une interview radio sur le réseau COPE que tous les immigrants qui ont sauté la clôture seront « localisés et les procédures appropriées seront faites pour que, s’ils ne méritent pas de protection internationale, ils soient renvoyés ».

Diario Nuevo, 22 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, Melilla, migration, pression migratoire, chantage,