The Economist : Le roi Muhammad du Maroc arme la migration

Il veut que l’Espagne accepte l’occupation du Sahara occidental par le Maroc.

Le roi Muhammad du Maroc arme les migrations
Il veut que l’Espagne accepte l’occupation du Sahara occidental par le Maroc.

Ils sont venus par centaines, contournant à la nage la clôture frontalière qui protège la ville espagnole de Ceuta, ou traversant la plage à marée basse sous le regard permissif des gardes-frontières marocains, qui les auraient normalement arrêtés. En 36 heures cette semaine, 8 000 candidats à l’immigration ont débarqué à Ceuta, une enclave de 85 000 habitants (voir la carte). Pour les autorités espagnoles, faire face à cet afflux a été un casse-tête humanitaire immédiat. Et la militarisation de la migration par le Maroc place également le gouvernement de Pedro Sánchez, le premier ministre espagnol, dans une situation délicate à plus long terme.

Clairement ébranlée et prise par surprise, l’Espagne a déployé 3 000 soldats et des véhicules blindés de la garnison de Ceuta et a envoyé 200 policiers en renfort. M. Sánchez lui-même s’est rendu dans la ville, jurant de défendre son « intégrité territoriale ». Les responsables espagnols se souviennent de la « Marche verte » de 1975, lorsque Hassan II, alors roi du Maroc, a mobilisé 350 000 civils pour occuper le Sahara occidental, au sud, alors que l’Espagne abandonnait sa colonie.

Bien que le Maroc revendique Ceuta et Melilla, une autre enclave espagnole, l’objectif de l’incursion de cette semaine était plus limité. Le gouvernement est furieux que l’Espagne ait récemment admis Brahim Ghali, le leader du Polisario, un groupe qui lutte pour l’indépendance du Sahara occidental depuis l’époque coloniale, pour un traitement contre le covid-19. L’Espagne n’a pas informé le Maroc d’une action qu’elle dit être purement humanitaire. « Les actions ont des conséquences », a déclaré l’ambassadeur du Maroc à Madrid cette semaine.

Ayant fait valoir son point de vue, le Maroc a de nouveau fermé la frontière avec Ceuta le 18 mai. L’Espagne a renvoyé la plupart des migrants, mais en vertu du droit international, elle ne peut pas facilement expulser quelque 1 500 mineurs non accompagnés. Les responsables espagnols soulignent que le Maroc est un partenaire avec lequel ils apprécient les liens étroits et la coopération. Ils ont pris soin de ne pas attiser la confrontation. Mais il est peu probable que cette semaine marque la fin de mois de tension croissante.

Le roi actuel du Maroc, Mohammed VI, s’est senti conforté par la décision prise en décembre par Donald Trump, alors président des États-Unis, de rompre le consensus international et de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en échange de sa reconnaissance d’Israël. Le Maroc souhaite que l’Espagne lui emboîte le pas. C’est difficile pour deux raisons. En tant qu’ancienne puissance coloniale, l’Espagne se sent obligée de soutenir les résolutions des Nations unies qui obligent le Maroc et le Polisario à négocier. En fait, il n’y a pratiquement aucune chance que le différend soit réglé. Le contrôle marocain est une réalité ; le Polisario ne détient que 20% du Sahara Occidental, profondément dans l’intérieur du désert. La deuxième raison est que l’Espagne dépend de l’Algérie, principal soutien du Polisario, pour un tiers de ses importations de gaz naturel.

Pourtant, le Maroc est un partenaire essentiel pour l’Espagne, notamment en matière de contrôle de la migration et du terrorisme. « Ils disent que nous vous aidons sur des questions qui sont existentielles pour vous et j’ai une question existentielle [le Sahara occidental] et vous ne m’aidez pas du tout », déclare José Ignacio Torreblanca du Conseil européen des relations étrangères, un groupe de réflexion.

Le roi Muhammad ne risque-t-il pas de surjouer son rôle ? Sa reconnaissance d’Israël est impopulaire dans son pays. Ce n’est sûrement pas une coïncidence si l’opération de Ceuta a eu lieu alors qu’Israël pilonnait Gaza. La pandémie a interrompu des années de croissance économique régulière. De nombreux jeunes Marocains, mieux éduqués que leurs parents et ayant de la famille en Europe, ont envie de partir. Son gouvernement, dont la compréhension de la politique espagnole est meilleure que l’inverse, sait que l’envoi de mineurs non accompagnés à Ceuta donne du grain à moudre à Vox, un parti nationaliste d’extrême droite qui serait un voisin hostile.

L’Union européenne, qui est une source importante de commerce et d’aide pour le Maroc, s’est empressée de soutenir l’Espagne cette semaine. Après la crise syrienne, le reste de l’Europe a compris que la migration incontrôlée est un « énorme facteur potentiel de déstabilisation politique, surtout lorsqu’elle est utilisée comme une arme », déclare M. Torreblanca. Mais cela n’a pas empêché le dirigeant turc, Recep Tayyip Erdogan, d’utiliser les migrants de cette manière. De l’autre côté de la Méditerranée, le roi Mahomet pense peut-être pouvoir continuer à faire de même.

The Economist, 21 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Ceuta, migration, Sahara Occidental, Front Polisario, Brahim Ghali, pression migratoire, politique migratoire,