Quel a été le résultat de la dernière guerre de Gaza ?

JERUSALEM (AP) – Un cessez-le-feu est entré en vigueur vendredi après 11 jours de violents combats entre Israël et le Hamas, le parti militant de Gaza, qui ont été déclenchés par des manifestations et des affrontements à Jérusalem.

Israël a mené des centaines de frappes aériennes contre ce qu’il a qualifié de cibles militantes dans la bande de Gaza, détruisant des maisons et endommageant des infrastructures vitales dans ce territoire appauvri, soumis à un blocus paralysant depuis que le Hamas y a pris le pouvoir il y a 14 ans.

Les militants palestiniens, quant à eux, ont tiré plus de 4 000 roquettes sur Israël, dont certaines ont atteint Tel Aviv, paralysant ainsi certaines parties du pays.

Au moins 243 Palestiniens ont été tués, dont 66 enfants et 39 femmes, et 1 910 personnes ont été blessées, selon le ministère de la Santé de Gaza. Douze personnes en Israël, dont un garçon de 5 ans et une fille de 16 ans, ont été tuées.

Voici un aperçu de la suite des événements :

___

UNE AUTRE IMPASSE

Les Palestiniens de Gaza, de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie occupée ont célébré ce que beaucoup considèrent comme une victoire du Hamas contre un Israël beaucoup plus puissant. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a quant à lui été confronté aux critiques de sa base faucon, beaucoup l’accusant de mettre fin prématurément à la guerre sans avoir vaincu le Hamas.

M. Netanyahu a déclaré qu’Israël avait infligé des dommages importants aux capacités militaires du Hamas, tuant 200 militants, dont 25 commandants supérieurs. Il affirme avoir frappé plus de 100 kilomètres de tunnels militants, ainsi que des lance-roquettes et d’autres infrastructures militaires.

Mais Israël n’a jamais réussi à arrêter les tirs de roquettes.

Les militants palestiniens ont lancé des barrages massifs de roquettes qui semblaient parfois avoir raison des formidables défenses aériennes d’Israël. L’armée israélienne affirme avoir eu un taux d’interception de 90 % et que des centaines de roquettes sont tombées sur Gaza, l’une d’entre elles ayant tué une famille palestinienne de huit personnes.

___

UNE AUTRE TRÊVE FRAGILE

Comme lors des trois dernières guerres, les combats ont pris fin par un cessez-le-feu informel négocié par l’Égypte et d’autres médiateurs, dont les termes exacts n’ont pas été rendus publics.

Le Hamas a affirmé qu’Israël avait accepté de mettre fin aux opérations de police dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, qui constitue un point chaud, et à la menace d’expulsion de familles palestiniennes du quartier voisin de Sheikh Jarrah. Ces deux mesures avaient déclenché des protestations palestiniennes et des affrontements avec la police qui ont fini par déclencher la guerre. Mais il n’y a eu aucune confirmation de la part d’Israël ou des médiateurs.

Les cessez-le-feu précédents ont permis de mettre fin à des combats importants, mais se sont avérés fragiles. Israël et le Hamas se sont livrés quatre guerres et ont échangé des tirs à de nombreuses reprises depuis que le groupe militant islamique a pris le contrôle de Gaza aux forces loyales à l’Autorité palestinienne en 2007. Des affrontements épars à Al-Aqsa après la prière du vendredi ont constitué un premier test de la durabilité de la trêve.

Aucun cessez-le-feu n’a permis de résoudre les problèmes sous-jacents qui alimentent ce conflit vieux de plusieurs décennies, notamment l’occupation par Israël de terres que les Palestiniens souhaitent voir se constituer en un futur État et le refus du Hamas de reconnaître le droit d’Israël à exister. Israël et les Palestiniens n’ont pas tenu de pourparlers de paix substantiels depuis plus de dix ans.

___

UNE AUTRE ÉLECTION ISRAÉLIENNE ?

Les adversaires politiques de Netanyahou étaient sur le point de former un gouvernement et de l’évincer après quatre élections non concluantes en deux ans. Mais les délicates négociations de coalition avec les partis arabes ont été suspendues lorsque les combats ont éclaté.

La guerre a d’abord semblé renforcer les perspectives politiques de Netanyahou, lui permettant de se présenter comme un dirigeant dur qui punissait les ennemis du pays. Mais depuis que le cessez-le-feu est entré en vigueur, il a dû faire face à de nouvelles critiques.

Il n’a jamais été évident que les adversaires de M. Netanyahou, qui couvrent l’ensemble de l’échiquier politique – de ses anciens alliés de droite aux partis arabes – seraient capables de mettre de côté leurs différences pour le pousser hors du pouvoir. Une autre élection plus tard dans l’année est une possibilité distincte.

Ces dernières années, les Israéliens se sont profondément polarisés sur Netanyahou, qui a dû faire face à des allégations de corruption pour lesquelles il est actuellement jugé. Dans les mois qui ont précédé la guerre, des militants avaient organisé des manifestations hebdomadaires devant sa résidence. Ces manifestations vont maintenant reprendre.

UNE AUTRE INTERVENTION AMÉRICAINE

L’administration Biden, qui espérait sortir les États-Unis des conflits insolubles de la région pour se concentrer sur la montée en puissance de la Chine et le changement climatique, a été prise au dépourvu et a été entraînée à nouveau dans le rôle décourageant de médiateur du Moyen-Orient.

Dès le début de la dernière guerre, les États-Unis ont affirmé à plusieurs reprises le droit d’Israël à se défendre tout en encourageant discrètement les efforts de cessez-le-feu. Mercredi, cependant, le président Joe Biden a dit à Netanyahu qu’il voulait voir une « désescalade significative ».

M. Netanyahu a d’abord semblé le balayer d’un revers de main, se disant « déterminé à poursuivre » l’offensive jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints. Mais il a accepté le cessez-le-feu le jour suivant.

Cet échange a marqué un premier test de la relation entre les deux dirigeants, qui ont connu des moments de tension au fil des ans. Entre-temps, Biden est confronté à la pression intérieure d’une base démocrate qui sympathise de plus en plus avec les Palestiniens.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken prévoit de se rendre dans la région dans les prochains jours.

Associated Press, 21 mai 2021

Etiquettes : Palestine, Ghaza, Israël, Hamas, bombardements, violence, résistance,